Accueil » Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer

Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer

Alors que l'assemblage du prototype du Sun Flyer s'achève et que les premiers tests de roulage sont imminents, l'avion électrique "made in USA" vient de recevoir une commande de 30 appareils biplaces, doublant ainsi le nombre de commandes et d'intentions d'achats.

13.04.2016

En phase finale d'assemblage, le Sun Flyer devrait faire son premier vol avant l'été

Développé sur la base de l’Elektra One de l’entreprise allemande PC-aero, le Sun Flyer a été imaginé par George Bye, directeur d’Aero Electric Aircraft Corp. (AEAC) et son équipe. AEAC travaille depuis deux ans à l’élaboration d’un biplace tout électrique dédié à l’école, disposant de panneaux solaires sur les ailes, qui serait le premier de sa catégorie à être certifié par la FAA (Federal Aviation Administration) aux Etats-Unis.
En phase finale d'assemblage, le Sun Flyer devrait faire son premier vol avant l'été
Jusqu’à présent, AEAC était plutôt discret sur les éléments techniques de son avion, dont la motorisation. Le prototype du Sun Flyer, actuellement en phase finale d’assemblage dans les locaux d’AEAC sur l’aéroport Centennial, près de Denver, se dévoile peu à peu, au grée des annonces qui se multiplient ces derniers jours et qui précèdent les essais au sol, imminents.

AEAC a récemment annoncé que son prototype est équipé d’un moteur électrique conçu par l’entreprise slovène Enstroj, le Emrax 268, développant 100 kilowatt (130 hp). Il dispose également de cinq batteries fabriquées par le sud-coréen LG, permettant trois heures de vol, ceci, d’après AEAC, sans compter la capacité « régénératrice » en énergie de l’hélice, additionnée aux cellules photovoltaïques disposées sur les ailes du Sun Flyer. AEAC a estimé le coût d’opération du Sun Flyer, incluant la maintenance et le rechargement des batteries, à un peu plus de 11 $ par heure, soit environ 9,60 €. Par ailleurs, la charge utile du Sun Flyer, comprenant le pilote, le passager et les bagages, est annoncée à 200 kgs.
Le Sun Flyer, biplace d'entraînement électrique, devrait avoisiner les 200.000$
Une autre annonce récente d’AEAC concerne les commandes. Le carnet de commandes et d’intentions d’achat du Sun Flyer s’est en effet étoffé récemment. Jusqu’à présent, le Sun Flyer totalisait 35 commandes, dont une de l’Aero Touring Club de France de Toussus-le Noble, signée en juillet dernier. Bloomington Corp. vient de commander 30 avions ainsi que les stations de recharge, qui iront équiper plusieurs écoles basées en Floride, portant ainsi le Sun Flyer à 65 commandes et intentions d’achats.

A ce sujet, il est intéressant de noter la capacité de George Bye, président directeur général d’AEAC, de s’entourer de personnes d’influences. Outre l’ancien président de Cessna Aircraft Charlie B. Johnson et le français Alexandre Couvelaire, ancien PDG d’AOM et Euralair, AEAC compte treize membres du comité directeur au rang desquels Lary Williams, dirigeant de Bloomington Corp. qui vient donc de passer une commande de 30 Sun Flyer. Parmi cette armée de directeurs, on trouve également Mark Van Tine, directeur de Jeppesen, filiale de Boeing, en poste jusqu’à la fin juin prochain, qui a par ailleurs été président de GAMA (Général Aviation Manufacturers Association), association mondiale représentant les intérêts de l’aviation générale, qui vient de faire entrer AEAC au sein de ses membres associés.

Le premier prototype à peine en phase de tests, George Bye à également annoncé la volonté d’AEAC de développer une version quadri place puis six places de son Sun Flyer. Pour l’heure, le Sun Flyer devrait faire ses premiers essais au sol et ses premiers tests de roulage d’ici peu. Le premier vol est espéré avant l’été pour une présentation en vol à l’EAA AirVenture 2016 à Oshkosh.

Fabrice Morlon

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé en 2013, Airia Editions, agence d’éditions spécialisée dans l’aéronautique. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

13 commentaires

  • Philippe

    Poids de l’avion en vol =1425kg
    Vitesse mini 102Km/h maxi 222Km/h
    Vitesse de croisière à finesse max = 162km/h = 45m/s (supposition)
    Puissance moteur 100 KW = 135Ch consommation 1000 A max pendant 120 secondes max et 500 A en continu 130 volt entre 92 et 98 % rendement. (Supposition moteur Emrax268 bas voltage pour une hélice en direct dans le tr /min compatible vitesse extrémité pale)
    100000W= 1000A*100V.
    Finesse = 21.5
    Taux de montée max 7.3m/s
    Puissance nécessaire pour monter à 7.3m/s = 14250KN*7.3 + (puissance nécessaire pour vaincre la trainée) = 104025W + ? (ça passe pas !)
    Autonomie 3 heures.
    Si on monte deux minute à puissance max la capacité est de 1000A/ (60min/2min) = 33Ah ( à 4m/s * 120s = 480m altitude)
    Trainée à finesse max = 1425 kg/21.5*9.81= 650.2 N
    Puissance nécessaire pour maintenir le palier à finesse max = 650.2 N * 45m/s= 29260 W = 29 KW
    Puissance fournie par la batterie pour fournie cette puissance à l’avion = 29260W / 0.92 rmoteur/0.85rhelice/rcontroleur1 = 37416W
    Consommation de courant à cette puissance = 37416W/100V= 374A
    En admettant une belle polaire, la trainée à l’autonomie max, soit à puissance mini est = 1425kg/18*9.81=776N et la puissance mini fournie par la batterie est de
    776N*33.3m/s = 25840 W/0.92/0.85 = 33043W
    Consommation à cette puissance = 33043W / 100 V = 330A
    Pendant 178 minutes de vol restante = 330/ (60/178) = 979 Ah
    La capacité de la batterie est donc approximativement de 979+33 = 1012Ah
    En KWh ça donne une batterie de 100V * 1012 Ah = 101200 Wh = 101 KWh soit +/- 600kg de batterie si on compare avec tesla.
    Soit un planeur de +/-600kg.

  • Simon Spriet

    Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
    Quelqu’un peut m’expliquer la procédure panne(s) moteur(s) sur un multi rotor électrique??? La portance d’une aile peut servir, quel soit aile fixe ou tournante…

    Quand un multi rotor terminera sur une maison et ses occupants sa carrière aura été celle du constel 😉

    • philouze44

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      argument idiot, au vu du nombre de rattrapages réussi lors de pannes moteur.
      La procédure en question s’appelle parachute et elle sauvera probablement autant de monde en ULM que sur multirotor. le multirotors électrique s’il se développe un jour, aura probablement beaucoup moins de pannes que le thermique et probablement moins de soucis de nav du fait de l’assistance / contrainte énorme de l’automatisme (à défaut de pilotage automatique auquel je crois peu au cours de la décennie à venir)

  • Grisez Ph

    Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
    Ne pas oublier la différence de conso entre le multi rotor électrique ,et cet engin … Mais partir de chez soi ,pourquoi pas ? Dans la tranche d’altitude des oiseaux …0 à 50 m .

  • Michel Barry

    Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
    Capacité « régénératrice » en énergie de l’hélice ?
    Argument peu crédible. La récupération d’énergie avec l’hélice en aérogénérateur se fait avec un faible rendement global (max 0,4). Mieux vaut garder ses Joule dans les batteries en débutant la descente plus tôt, que de chercher ensuite à en récupérer une fraction en descente. Le bilan énergétique du vol sera bien supérieur. D’autant plus qu’un appareil-école ou de voyage, de finesse rarement supérieure à 20, n’a pas besoin d’être freiné en descente lors de vols courants. Or la récupération d’énergie par l’hélice en aérogénérateur dégrade considérablement la finesse et ne peut donc se faire que sous des pentes de descente (mini 10%) en général peu compatibles avec le tour de piste et la cohabitation avec les autres usagers.

    • Fbs

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      Vous n’avez pas encore compris que ce n’est que du barratin pour aller à la pêche aux subventions ? Cet avion n’a aucune chance d’avoir une carrière opérationnelle, au mieux c’est un mauvais motoplaneur. Il n’a assez de joules que pour faire fonctionner le moteur qu’une dizaine de minutes, donc pour faire une heure d’instruction avec, il va falloir s’accrocher aux pompes…

    • philouze44

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      l’e-fan avec des batteries de 2014 vole 1 heure 15,
      un avion électrique allemand a franchi les Alpes,
      mais vous décrétez à la louche que cet avion annoncé pour 3 heures de vol ne tiendra pas 10 mn, vos êtes très crédible…

    • Moltobaleze
      Moltobaleze

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      Bonjour
      @FBS : le Sun Flyer est développé par George BYE aux US : là bas guère de subventions !
      Mais des investisseurs … parfois pas plus clairvoyants d’ailleurs et qui en effet auraient probablement intérêt à lire Michel Barry est son explication limpide du non sens de l’hélice régénératrice.

      @ Philouze : Je connais 2 traversée des Alpes « électriques » en 2015 : (1) l’Elektra One Solar de PC-Aero qui a d’abord parcouru 190 km en environ 2 heures 30 entre d’Unterwössen (Allemagne) et Lienz (Autriche) puis l’e-Genius de Pipistrel qui a parcouru 320 kilomètres en deux heures entre Stuttgart (Allemagne) et un aérodrome près de Varese, en Lombardie (Italie) puis retour.
      Dans les 2 cas il s’agit de motoplaneurs dont la motorisation auxiliaire complète les qualités vélivoles des pilotes.
      Est-il possible d’ajouter que ces vols furent à la fois électriques et thermiques (au sens des ascendances, pas des moteurs …) ?
      Bons vols à tous

    • philouze44

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      Merci pour l’info sur le pipistrel, je ne savais pas !
      Pour l’electra-one, on peut se procurer un reportage de la conception complète et ses aventures, avec un patron qui force le respect.
      Certes la traversée des alpes fait appel aux thermiques, mais le concepteur projetait avant son crash vénitien de traverser la méditerranée, et là. .. pas de thermiques.

      Quoiqu’il en soit on est très loin des 10mn d’autonomie du premier contributeur, malgré des technologies batteries aujourd’hui dépassées. ..

  • BALLI

    Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
    Dommage de consacrer tant d’énergie et d’argent sur un concept centenaire (malgré la propulsion électrique…) mais qui va s’effondrer dans les années toutes proches du fait de l’apparition de ces multi rotors stabilisés tous les 2 centièmes de seconde, pilotables même par un gamin de 10 ans (tout comme le Super Constel à pistons et même le DC7 turbines se sont effondrés en 2 ans face au 707… )

    Quand une technologie est à bout, et qu’une nouvelle 10 fois plus performante (décollage de chez soi, non nécessité de se taper 30-50 bornes pour rejoindre un aérodrome, se faire plumer de taxes pour faire 2 tours de piste avec un peu de chance…), et qui sera 10 fois moins chère à l’achat comme à l’entretien, et qui en plus correspond à l’air du temps (plus personne veut se prendre la tête, se ruiner, se faire humilier tous les quatre matins avec des entrainements rébarbatifs qui ne servent d’ailleurs à rien — une simple panne de moulin et tout le monde finit au paradis, alors à quoi bon s’entrainer!…–, des tests, des coups de tampons et autres joyeuseté…
    Dommage que les éminents « vieux »pros de l’aviation qui sont au manettes de ce coucou, ne sentent pas la révolution, mais c’est toujours ça avec les « vieux », toujours une guerre de retard…

    • H

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      Salut,
      Le jour ou l’aviation de loisir telle qu’on la connait s’effondre, on s’appelle. D’une part car, malgré le prix d’exploitation, comme tu le dis, les gens continuent à voler et les jeunes s’y lancent et pas majoritairement en vue d’un avenir professionnel dans un cockpit. D’autre part le jour ou l’EAS/DGAC et autres organismes autoriseront pleinement le « décollage de chez soi », car crois moi, c’est un sacré bordel pour des questions de sécurité, est encore loin. Sans compter les plaintes récurantes du voisinage qui n’acceptera pas mieux les bruits d’hélices électriques décollant du jardin qu’il n’accepte d’habiter sous un finale de petit aérodrome ou à moins de 10 bornes d’une éolienne.
      De plus, permet moi de te contredire sur le fait que les entrainements panne moteur ne servent à rien, bien au contraire. Sans rien supposer, on vois que tu n’es pas dans le domaine pour affirmer ce genre de bétises … Faire le lien entre humiliation et entrainements, drôle de mentalité, quel que soit le domaine d’application.
      Enfin, le prix à l’achat du sunflyer sera sans doute assez élevé, mais lorque l’on regarde le coût d’explotation (maintenance comprise) on divise les coûts actuels par 12 (à puissance comparable) !! Assez bon argument pour voir ce genre d’engins apparaître assez rapidement dans notre ciel.

      Alors certes, les « multi-rotors stabilisés tous les 2 centièmes de seconde … » sont moins cher en exploitation et en prix d’achat, pilotables par des gamins de 10 ans (ce qui n’arrivera jamais pour des questions de responasbilité) mais on a le temps avant des les voir apparaitre dans notre ciel et remplacer les mono-moteur à pistons que l’on connait. De plus on parle bien de multi rotor, plus proche de l’hélico que de l’avion lui même, donc comparaison difficile ..

      H

    • Guynemer13

      Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
      Tiens, j’ai encore été censuré !!! Je répondais @Balli que je n’étais pas d’accord avec lui car contrairement à ce qu’il pense, pas mal de pilotes, dont je fais parti, trouve beaucoup de plaisir, à titre professionnel ou privé, à maîtriser les caractéristiques techniques d’un vol, la conduite des moteurs, l’utilisation de l’aérodynamique, l’utilisation de l’avionique, à réaliser une approche parfaite, à utiliser une MTO parfois capricieuse pour s’en faire un allié lors d’une approche difficile, à réaliser des exercices de panne moteurs N-1 ou N moteurs en finissant pil poil au point d’aboutissement préalablement choisi. Quel régal et quelle satisfaction ! Tout ce qui est facile et paresse m’ennuie terriblement, tout ce qui est difficile me stimule et m’aide à m’améliorer. On ne doit pas avoir la même philosophie @Balli ! Être à bord d’un machin qui vole tout seul, aucun intérêt.
      Comme apparemment @Balli se fait « humilier tous les 4 matins » c’est que vraisemblablement son bagage technique n’est pas du tout au niveau pour pouvoir exercer ses privilèges de pilote (si tenté qu’il en soit un…) et emmener des passagers en toute sécurité. Je lui conseille donc de reprendre contact avec son instructeur préféré afin de revoir un peu (beaucoup…) de technique et/ou à ses passagers de choisir un autre coché.

  • philouze44

    Roll out imminent pour l’avion électrique Sun Flyer
    l’équipe de l’E-fan va vite devoir revoir sa copie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *