Accueil » L’hélice certifiée Flair-2 de Duc Hélices clouée au sol

L’hélice certifiée Flair-2 de Duc Hélices clouée au sol
premium
libre

Suite à la perte de l’une des cinq pales de l’hélice Flair-2 sur un remorqueur DR400-180R au décollage, Duc Hélices a émis un bulletin de service interdisant l’utilisation de cette hélice jusqu’à nouvel ordre. 14 avions sont concernés.

30.05.2017

La perte d'une pale est due à une rupture du moyeu aluminium localisée au niveau du logement du pied de pale des 2 demi-moyeux aluminium. © DR

L’incident qui fait l’objet d’une enquête du BEA s’est donc produit le 16 mai 2017 à Vinon-sur-Verdon (83), lors du décollage d’un DR400-180R qui remorquait un planeur. Une pale de l’hélice s’est désolidarisée lors de la montée. Le pilote qui a eu le bon réflexe, a arrêté le moteur et s’est posé sans autre problème.

Rupture du moyeu d’aluminium

Dans son Bulletin Service BS-2017-001, Duc Hélices précise qu’il s’agit d’« une rupture du moyeu aluminium localisée au niveau du logement du pied de pale des 2 demi-moyeux aluminium ». La perte de la pale a entrainé « la cassure du cône carbone localisée au niveau de l’ouverture du pied de pale et la dégradation d’une autre pale ». Toutes les hypothèses sont étudiées : « défaut dans la matière première, défaut d’usinage, défaut de montage, sur sollicitation de l’hélice en surrégime, … »

Dans l’attente d’une explication Duc Hélices a donc décidé d’interrompre immédiatement l’utilisation, au sol comme en vol, de l’hélice 5-pale Flair-2 certifiée. Il demande aux utilisateurs de lui retourner leurs hélices afin de réaliser « un contrôle approfondi de la structure ».

Un précédent en 2013

L’hélice Flair-2 a été certifiée le 7 juillet 2016 par l’EASA, en même temps que la Flash-R tripale. Duc Hélices en a livré 14. En 2013, un incident analogue à celui de Vinon s’est produit à Megève, avec un Jodel D140C Mousquetaire, équipé d’une hélice à cinq pales, non certifiée.

Cet événement qui n’a fait heureusement aucune victime, arrive à un moment crucial du développement de l’hélicier français. Duc Hélices connaît un fort développement de son activité qui s’est traduit, en 2016, par une augmentation de 20% de son chiffre d’affaires (1,5 M€ en 2016) et le transfert, en décembre 2016, de ses installations sur l’aérodrome de Villefranche-Frontenas (1.700 m2 avec accès direct à la piste).

Des STC en perspective

La certification de l’hélice Flair-2 sur l’avion-remorqueur DR400-180R est l’aboutissement de longues années de recherche menée en collaboration avec l’Onera notamment. Lors de notre rencontre au salon Aero de Friedrichshafen, en avril 2017, Vincent Duqueine, gérant de Duc Hélices, nous a précisé qu’il travaillait sur la certification de cette hélice sur le MS893 (remorqueur), le Cessna C172 et le Piper PA28 qu’il espérait, alors obtenir, dans le courant 2017, pour ensuite embrayer sur la gamme Robin (120 à 160 cv) avec l’hélice Flash-R tripale. L’événement de Vinon risque de bouleverser ce calendrier.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

7 commentaires

  • Suranyi Patrick

    Le moyeux habituel des hélice DUC bi et tripale est réalisé en carbone UD/pré-preg époxy et ne pose jamais de problème, seul est concerné la 5 pales spécifique remorquage, qui pour une raison que j’ignore possède un moyeux en métal.
    Attendons les résultats de l’enquête avant de tirer des conclusions hative et jeter l’opprobre sur une entreprise française que j’estime particulièrement sérieuse.

    • hobi

      Un probleme classique d’un moyeu en composite est l’incompatibilite avec un plateau de vilbrequin chaud, ce qui est le cas de Lycomings. Ou alors il faut utiliser du preimpregne haute temperature

      Ce n’est pas le cas des moteurs reductes, ou le plateau d’helice du moteur et loin d’etre aussi chaud.

      C’est peut etre une des raisons du choix de Duc.

  • Gérard GELAY

    Sans présager de l’expertise, je rappelle les fondamentaux de la physique que même la SNCF avait négligée lors du passage du TGV en Acier simple niveau, au TGV en Alu double niveau, des problèmes dans l’aménagement intérieur et peut être au delà ?.

    Coefficients de dilatation de différent matériaux utilisés en Aéronautique :
    Alliages de Titane : 9 X 10-6
    Alliage d’Acier : 11 X 10-6
    Alliage d’Alu : 25 X 10-6
    Carbone HR Epoxy Pseudo isotrope : 3 X 10-6
    Carbone HR Epoxy Unidirectionnel : 0,3 X 10-6
    Résine Epoxy : 60 X 10-6

    Ce qui veux dire que l’on a véritablement intérêt à associer, le Carbone Epoxy avec le titane plutôt qu’avec l’alu, ce que l’on fait dans le spatial, d’autant que les structures de Satellite  » Optique  » sont athermique, c’est a dire que le Coef de dilatation est nul dans le sens optique.
    Ceci grâce a la combinaison de fibre à Ultra Haut Module et aux angles que font les plis unidirectionnels.

    • Jean Jacques ROUTABOUL

      Bonjour Monsieur,je suis très heureux de voir que vous faites connaître quelques fondamentaux de l’association de différents matériaux entre eux lors d’un assemblage mecanique . Règles de base qui n’ont pas été appliqués pour la fabrication de ces helices .
      des helices soit disant certifiés par l’EASA.
      Quoi qu’il en soit une expertise sérieuse devra être faite car mettre en peril des personnes est très grave.
      Nous sommes au courant de cet événement parce que l’helice était monté sur un avion en CDN et c’est bien .
      Est ce qu’il en eu d’autres sur des avions en CNRA ou ULM ?
      Si dans mon club un aéronef en était équipé ,CDN ou cnra ,peut importe , je demande tout de suite le remboursement intégral de ce matériel.

      • Pilotaillon de première classe

        On peut comprendre votre émotion… de là à jeter le bébé et l’eau du bain !
        Nous avons lu dans ces colonnes que les entrepreneurs Autrichiens étaient performants et obtiennent des résultats. A-t-on été informé par amplification disproportionnée toutes les étapes du développement de leur matériels ?
        Alors quand va-t-on se calmer et devenir raisonnables ?
        Tous les matheux vous dirons que la suppression du risque est impossible. C’est asymptotique. Qu’au delà d’un seuil le prix de la prévention s’envole pour des différences de résultats réduits.
        Il me semble que rien ne s’oppose à ce que la règle en la matière soit appliquée.
        Ou peut-être voulez-vous encore durcir la réglementation ?
        Ce qui veut dire plus cher, plus complexe ?
        … et un prix qui va « mécaniquement s’envoler » (désolé pour la facilité)
        Vous avez une part de la tendance entre vos mains (sur votre clavier) :o)

  • Routa88

    Il sera important de savoir pourquoi les pales se font la mâle, bien sûr c’est le moyeu qui est en cause.
    j’espère que l’ensemble va finir au laboratoire de Saclay pour expertise métallurgique et définir l’échantillonnage de l’ensemble moyeux pales.
    qu’un compte rendu sera rendu public , parce’que vu le prix de vente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *