Accueil » Tecnam dévoile la version Mk2 du P2002 Sierra

Tecnam dévoile la version Mk2 du P2002 Sierra

Tecnam a redessiné le capot moteur du P2002 et modifié la verrière. © Tecnam

  Le constructeur italien propose plus qu’un rafraichissement de son modèle emblématique. Elégant et performant, le P2002 Sierra MK2 répond aux exigences de confort des pilotes des biplaces ultra-légers modernes… et s’éloigne définitivement de l’esprit ULM.

Franck Luthi, le distributeur français de Tecnam, sait qu’il va avoir des demandes, mais qu’il ne vendra pas pour autant de P2002 Sierra Mk2. Avec ses 367 kg de masse à vide et ses 233 kg de charge utile, cette nouvelle machine est bien trop lourde pour le marché français, ou pour être plus précis, avec 600 kg de masse maxi au décollage, elle n’entre plus dans aucune case.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Un comparatif avec l’ APM 30 Lion serait le bienvenu ….

    Répondre
    • Nous ajoutons cette proposition à notre liste.
      Le choix d’emmener Aerobuzz.fr et ses lecteurs vers les abonnements payants a pour objectif de donner à la rédaction les moyens de réaliser des reportages, des enquêtes, des dossiers et des études plus poussées comme celle que vous aimeriez trouver ici…
      Comparer deux avions légers demande beaucoup de travail si on souhaite aller au-delà de comparer les fiches fournies par les deux constructeurs. Il faut commencer par trouver les pilotes compétents pour le faire, organiser des rendez-vous pour rencontrer les constructeurs et essayer les machines, analyser les résultats et rédiger les sujets, traiter les photos et dans un autre temps proposer des infographies et des vidéo. Un avion qui vole est plus parlant qu’un long discours…
      Ce n’est pas parce que c’est sur le net que ce n’est pas du travail !
      En attendant, nous nous échauffons en réalisant des présentations d’une machine volante à la fois. Nous avons commencé par l’ulm VL3 evolution essayé du côté de Saint-Omer dans le Nord, nous allons poursuivre par le Husky essayé à Carcassonne. D’autre sont dans les tuyaux. Nous aimerions en faire plus régulièrement, mais cela a un coût.
      Je ne cherche pas à vous faire pleurer, ni à faire l’aumône. Juste à vous expliquer où en est aujourd’hui Aerobuzz.fr dans son développement. Nous avons tous intérêt à ce que la presse indépendante se développe. Dans l’aéronautique comme ailleurs !

      Répondre
    • @Jerry
      @ Chalumeau
      L’essai d’un nouvel avion est toujours intéressant.
      Mais dans une comparaison, il me semble souhaitable de comparer des choses comparables.
      Les APM sont des avions certifiés.
      Ce P2002 ne l’est pas … et l’absence de certification permet de « couper dans les virages » sur la justification de choix techniques sans avoir à le justifier devant personne d’autre que soit même.
      Tecnam est évidemment un constructeur sérieux et il est possible que les « raccourcis » correspondent à des futures évolutions de la CS-23 et ne fassent que devancer un scénario trop lent d’évolution de la réglementation.
      Mais peut-être pas …
      Et c’est là toute la difference entre certification et liberté.
      Cette différence recouvre de nombreuses dimensions : économiques, philosophiques …
      C’est un choix de pilote.
      Qui serait non discutable s’il était correctement documenté.
      Ce dont certaines discussions avec des pilotes de l’Annexe 2 (du monde non certifié) me permettent de douter. Tous (loin de là) ne font pas la différence.
      Quoiqu’il en soit, bon vols à tous et à toutes.
      Certifié ou pas !

      Répondre
      • @ Moltobaleze
        C’est juste …
        Malgré tout, pour l’utilisateur ces 2 avions sont comparables ; ils ont déjà le même moteur.
        Le même moteur ? Pas sûr : l’un est certifié et l’autre pas forcément ; sont-ils pour autant différents ?
        Tecnam n’est certainement pas un constructeur amateur (sans aucune connotation péjorative), donc je pense qu’ils ont un dossier de calcul structural sérieux, voire plus….
        Pour ce qui est des qualités de vol, notamment aux basses vitesses, je suppose aussi que leur avion est sain.
        La question qui se pose, quand on voit la floraison d’Ulm qui ont des performances d’avions et le lobbying pour augmenter leur MTOW, c’est justement celle d’une certification adaptée qui permettrait enfin de résoudre cette question « philosophique ».
        Il s’agit de sécurité, pas de liberté. Soit les contraintes réglementaires sont trop fortes pour les avions (légers) certifiés, soit certains Ulm modernes sont potentiellement dangereux : il serait temps de définir une base de certification raisonnable, qui permette à chacun de s’y retrouver.

        Répondre
      • @ Jerry
        Bien sur qu’ils ne sont pas comparables et d’ailleurs vous utilisez les bons mots pour en parler : vous « pensez » qu’ils ont un bon dossier, vous « supposez » que l’avion est sain.
        Je ne connais pas vos compétences, etj’espère ne pas vous blesser si je suppose que vous ne pouvez pas avoir le compétence cumulée des experts de l’EASA en motorisation, en qualité de vol, en calculs structural, en avionique, …
        Alors une certification ne peut être comparée à ces « sentiments » ou ces « croyances ».
        Nous sommes nombreux à partager l’idée que les codes de certification actuels ne sont plus adaptés et ce aussi bien du coté des pilotes, des constructeurs que de Autorités.
        Mais cela ne justifie en rien de considérer comme équivalents les niveaux de sécurité apportés par une machine certifiée et ceux d’un ULM.
        A ce titre, la FAA ne s’y est pas trompée en resserrant les contrôles sur les LSA (qui là bas « béneficient » d’une auto-certification).
        Quant à la base de certification raisonnable (que comme vous j’appelle de mes voeux), j’ai le sentiment qu’elle arrive : CS-VLA et CS-LSA n’exigent ni moteurs ni avionique certifiés, la CS-STAN facilitent évolutions et réparations, l’EASA déclare faciliter l »‘importation » de STC-FAA, la part M-light pointe son nez …mais je ne vois guère les offres commerciales évoluer …

        Répondre
  • souhaitons bonne chance a ce petit tecnam, il faut bien regarder ailleurs compte tenu du peu d actualité de l aviation générale en France : rien chez robin pour longtemps surement , rien chez dyn aéro malgré son rachat et surement rien chez APM pour longtemps compte tenu des investissements réalisés ces dernieres années ,tecnam fait son petit bonhomme de chemin ; bonne chance a tous en ces temps malgré tout difficiles Nico

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.