Accueil » Thomas Pesquet, nouveau parrain d’Aviation Sans Frontières

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Thomas Pesquet, nouveau parrain d’Aviation Sans Frontières

Aviation Sans Frontières, qui célèbre ses quarante ans l'an prochain, avait déjà une marraine, la chanteuse Anggun. Lors d'une conférence de presse organisée au premier étage de la Tour Eiffel, ASF vient d'introniser son nouveau parrain, l'astronaute Thomas Pesquet.

12.09.2019

Patrick Gandil, directeur de la DGAC, Gérald Similowski, cofondateur d'ASF, Thomas Pesquet, astronaute et l'incontournable Gérard Feldzer, Président d'ASF. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr

Depuis son retour sur terre, Thomas Pesquet, qui figure en bonne place dans la liste des personnalités préférées des français, a été très sollicité, de toutes parts. Il vient pourtant d’accepter de devenir le porte-drapeau d’ASF : « M’engager pour une ONG ? je voulais que ce soit avec un organisme à taille humaine. Je ne veux pas être qu’un prête-nom ! L’aviation, c’est dans mon ADN, je suis pilote ! » A-t-il tenu à préciser d’emblée.

Les ailes de l’humanitaire ou l’aventure d’Aviation sans frontières

Thomas Pesquet rêve d’un Cessna Caravan en Afrique

D’ailleurs, il est arrivé à Paris aux commandes d’un Cessna Caravan, l’avion emblématique d’ASF. Ce vol était organisé pour le tournage d’un clip promotionnel afin de présenter l’activité de l’association. Il devrait être diffusé très prochainement. « Mon atterrissage n’a pourtant pas été fantastique ! » 

Mais lorsqu’on évoque alors les missions d’ASF en Afrique, il se remet à sourire : « ha, si j’avais six mois ou un an de libre devant moi, je partirai avec plaisir. J’aime être au contact, faire les choses. Je rêve de faire du Caravan pour ASF ! Mais je passe mon temps entre Cologne et Houston. Ha, si j’avais six mois… et être totalement déconnecté et injoignable ! »

#ParSolidarité

On parle de lui pour une très prochaine nouvelle mission spatiale, son rôle ne sera donc, pas tout de suite, de piloter un des deux avions basés en Afrique.

Gérard Feldzer, Président d’ASF depuis quelques mois a tenu à préciser que pour ses quarante ans l’ONG allait mener une nouvelle campagne, sous le titre « #ParSolidarité ». « Nous allons former des jeunes de banlieue aux techniques aéronautiques en leur faisant construire des avions légers sur lesquels on espère bien les faire voler ensuite ! Et très vite, nous allons faire en sorte qu’ASF soit totalement décarbonnée, que toutes nos émissions soient intégralement compensées. »

Gérard Feldzer élu Président d’Aviation Sans Frontières (ASF)

ASF célèbre ses 40 ans et comme pour toutes les ONG, les temps sont durs. Les dons diminuent, les partenariat se crispent. Et en tant que compagnie aérienne disposant d’un CTA (certificat de transporteur aérien), ASF souffre aussi des ponctions que les transporteurs aériens font dans les compagnies plus petites. Il y a encore quelques mois, a la suite d’une série de départs, ASF peinait à trouver les pilotes dont elle avait besoin.

ASF recherche aussi des pilotes professionnels

« Nous avons l’équivalent de deux pilotes salariés à plein temps et nous disposons d’un réservoir d’une douzaine de pilotes bénévoles (défrayés). Ces derniers sont professionnels, pilotes de ligne et peuvent justifier de 200 heures de vol sur Caravan pour les commandants de bord et 50 heures pour les copilotes. Nous pouvons assurer les qualifications de type grâce à nos partenaires. », précise néanmoins Jean-Yves Grosse, ancien président d’ASF et désormais Secrétaire Général. Ces avions sont utilisés à un rythme élevé. « Nous effectuons environ 1.800 heures de vol par an, soit une moyenne de 75 heures par mois et par avion ! »

Aviation Sans Frontières : ces hommes qui portent l’espoir à l’autre bout du monde

Transports de malades, de colis, acheminement des équipes médicales ou de ravitaillement, les missions sont effectivement nombreuses et vitales… Mais lointaines. Thomas est donc là pour faire parler de l’association, pour aider à récolter les budgets nécessaires, pour inciter aussi les pilotes qui le veulent à tenter l’expérience sur les avions basés en République centrafricaine et en République démocratique du Congo.

L’homme de l’espace étant aussi « sans frontière », son association avec ASF ressemble clairement à une évidence.

Frédéric Marsaly

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

2 commentaires

  • marc.chiumento
    CHIUMENTO

    En effet, si j’étais plus jeune ….
    Thomas PESQUET est un grand espoir pour l’espace et pour l’aéronautique. Les frontières il nen a pas, il les a placées très loin vers Mars et Ô combien il a raison.

  • lieutenant Bleubéret

    Il y a des pilotes, comme ceux des Dragon, des Canadair, des Tracker ou d’Aviation Sans Frontière, qui font le plus beau métier du monde…Si j’étais plus jeune….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.