Accueil » Traversée de la Manche réussie pour le drone solaire Sunbirds

Traversée de la Manche réussie pour le drone solaire Sunbirds

Le 14 septembre 2020, Sunbirds a réussi sa traversée de la Manche en aller-retour avec son drone solaire. Un vol de 2 heures et 10 minutes entre Sangatte et Douvres (Grande-Bretagne), riche en symboles.

16.09.2020

Après plus de deux heures de vol, le drone solaire SB4 Phoenix de Sunbirds s'est reposé avec les batteries chargées à 100%. © Sunbirds

Le drone solaire SB4 Phoenix a décollé à 13h10 de Blériot-Plage (Sangatte). Il a fait deux passages photographiques devant les falaises de Douvres, avant de revenir à Sangatte, où il s’est posé à 15h20. Le vol s’est déroulé dans des conditions optimales, avec une visibilité parfaite et un léger vent de travers de 10 km/h.

Le drone de 3,20 m d’envergure qui se déplaçait à 40 km/h et une altitude de 50 m au-dessus de l’eau, était suivi par un bateau. Il évoluait dans le cadre du scénario S1, c’est-à-dire à moins de 200 m du télépilote chargé, non pas de piloter, mais de contrôler le déroulement de la mission. Après 2h10 de vol, le drone s’est posé, les batteries pleines.

Décollage à la main depuis Blériot-Plage, à destination de Douvres. Tout un symbole pour le drone solaire Sunbirds SB4. © Sunbirds

Laurent Rivière qui a créé, en 2015, la société Sunbirds, insiste sur le fait que ce vol était hautement symbolique à plusieurs titres. D’abord parce qu’il s’est déroulé entièrement au-dessus de la mer. Ensuite, parce que le drone n’a utilisé que l’énergie électrique solaire. Et qu’enfin, il a été réalisé sur les traces de Blériot. Toutefois, le SB4 réalise régulièrement des vols d’endurance sensiblement plus longs. En Australie, il a déjà volé plus de 7 heures et parcouru 400 km.

Sunbirds affirme totaliser plus de 1.000 vols avec plus de 400 heures de temps de vol cumulées depuis sa création. Elle a opéré quatre grandes missions en BVLOS, c’est-à-dire en vol hors vue du télépilote, dans le bush australien et plus de 100 vols BVLOS au Congo dans le cadre d’un programme R&D pour la gestion responsable des exploitations forestières.

A ce jour, Sunbirds a produit une vingtaine de drones solaires SB4 et prévoit d’en livrer 200 dans les deux prochaines années. © Sunbirds

La traversée aller-retour de la Manche qui pourrait entrer dans le livre des records de la Fédération aéronautique internationale est là pour attirer l’attention sur les capacités d’innovation de Sunbirds et plus généralement des start up françaises du drone. Dans l’attente d’une évolution réglementaire en Europe, ces entreprises sont contraintes de s’expatrier pour se développer et survivre.

Gil Roy

Du fait des verrous réglementaires en Europe, le drone solaire SB4 de Sunbirds est déployé en Australie et en Afrique assurer la détection de plantes invasives, la surveillance de réserves d’eau et la gestion forestière. © Sunbirds

Drone Sunbirds SB4 Phoenix : caractéristiques et performances

  • Poids : 4,5 kg
  • Envergure : 320 cm
  • Longueur : 162 cm
  • Modes de vol : Automatique/Assisté
  • Propulsion : Electrique
  • Batterie : LiPo
  • Lancement : A la main
  • Endurance : Jusqu’à 8 h (fonction de l’ensoleillement)
  • Distance franchissable : 400 km
  • Vitesse de croisière : 50 km/h
  • Résistance au vent : 40 km/h
  • Charge utile : Caméra RGB 20Mpxl
  • Portée Radio : 50 km

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

5 commentaires

  • ph HEARD

    pourquoi appelé vous cela un DRONE il me semble que c’est un model reduit
    avec un moteur electrique cela a deja ete realise il y bien longtemps avec des
    cellules photos electriques

    • Rantet jacques

      Vous avez raison PH,en 1976,durant les championnats du monde de planeur à Châteauroux un modéliste dont j’ai oublié le nom présentait un modèle semblable qui parvenait à tenir le palier au dessus de la piste.Depuis les moteurs électriques,les cellules solaires ,l’électronique et les matériaux de construction ont considérablement progressé.La performance est donc toute relative…Bravo quand même!

  • Phil

    Et oui, c’est cela l’aéromodélisme , des pionniers, de purs passionnés qui partagent gratuitement leurs connaissances.

    http://rcaerolab.eklablog.com/choix-profil-et-configuration-planeur-topic153670

    Puis viennent les drones qui confisquent *tout le terrain de jeux à leur seul usage mercantile.

    *pas vraiment tout , nous sommes parqués sous 120m sol sur quelques surfaces bien délimitées.

    Merci qui ?

    • François

      Tout à fait, confusion coupable des autorités francaises (non pas européennes) entre aéromodélisme classique, qui se fait à 99% à vue, et industrie du drone.

      Les plus optimistes espèrent encore un retour en arriere sur les contraintes insensées imposées aux aeromodélistes.

  • delmondo Patrico

    Bravo et Bravos à Laurent Rivière et sa société Sunbirds !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.