Accueil » WAC 2019 – Louis Vanel, le kid de Châteauroux, rafle la mise

WAC 2019 – Louis Vanel, le kid de Châteauroux, rafle la mise

Louis Vanel, le benjamin des WAC 2019, remporte le titre de champion du monde de voltige 2019 à Châteauroux devant son coéquipier Alexandre Orlowski et le russe Mikhail Mamistov. Aude Lemordant décroche son troisième titre d’affilé et la France est sacrée par équipe.

30.08.2019

C'est gagné pour Louis Vanel. Un magnifique champion du monde de voltige aérienne sacré à Châteauroux. © Elodie Expert-Claudin / WAC 2019

Le vendredi 30 aout 2019 est désormais gravé dans la mémoire de tous ceux qui étaient présents à Châteauroux. Après huit jours de compétition, alors qu’au moins trois pilotes pouvaient prétendre au titre mondial, et que des outsiders pouvaient encore venir remettre en question la hiérarchie, la matinée du 30 a été d’une intensité dramatique exceptionnelle.

Au moment où les juges se mettaient en place, rien n’était encore joué. Alexandre Orlowski qui n’avait plus volé depuis lundi, réalise un magnifique vol qui lui permet de passer devant le russe Mamistov, et d’être virtuellement champion du monde. Au passage, il impressionne par la capacité qu’il a acquise, à gérer le stress.

Louis Vanel Champion du monde de voltige à 29 ans. La joie partagée avec son entraineur Patrick Paris (à gauche) et ses deux coéquipiers de Villeneuve-sur-Lot, Mika Brageot et Thomas Libaud. © Florence Krust / WAC 2019

 

Orlowski restera en tête le temps du vol du tchèque Martin Sonka qui le suit dans le box. Puis c’est au tour de Louis Vanel. La pression est énorme pour le plus jeune du championnat. Avec un score de 81,751%, il gère et se classe sixième de la dernière manche, à 23 points derrière Orlowski, mais devant le russe qui lui aussi a dépassé la barre des 80%. Sept pilotes au-dessus de 80% ! On savait Vanel redoutable. Il est terrible. A l’annonce du résultat, il a fondu en larmes.

WAC 2019 – Classement général des championnats du monde

RangPaysPiloteAvionCLIL#1IL#2IL#3Score %
1Vanel LEA330SC132680,802
2Orlowski AEA330SC364480,480
3Mamistov MEA330SC219780,288
4Oddon FEA330SC747179,861
5Holland RMXS1171379,825
6Brageot MEA330SC583279,706
7Masurel OEA330SC6210579,573
8Fantoba CSU-26M4553777,250
9Libaud TEA330SC81861276,867
10Lalloue VEA330SC91182576,771
11Leboulanger AEA330SC151314976,511
14Genevey DEA330SC2516171374,702
17Lemordant AEA330SC3314361073,514
21Kapanina SEA330 SC474612871,116
27Blanchard BEA330SC2644261770,321
37Hory AEA330SC3120225567,803
56Astles MEA330SC3519DIS2254,713

Le classement complet et détaillé des WAC 2019

 

En 2015, pour son premier championnat international en catégorie Unlimited, il impressionnait déjà par son calme. Cette année-là, à Châteauroux, il s’était classé 23ème. Mais dans son regard, on savait qu’il irait haut, très haut… L’année précédente, il était devenu champion du monde Advanced. La marche est haute entre les deux catégories Advanced et Unlimited. A chaque saison, il a progressé, grattant des places au classement général. En 2018, il est devenu vice-champion d’Europe derrière Alexandre Orlowski, et devant Mikhael Brageot avec lequel il s’entraîne à Villeneuve-sur-Lot.

Louis Vanel est un magnifique champion du monde. Au terme des quatre manches âprement disputées, il devance le deuxième, Alexandre Orlowski, de seulement 63 points sur un total de 15.893. Mikhail Mamistov est troisième à moins de 40 points d’Orlowski. 100 points séparent les trois premiers. Il a fallu aller le chercher ce titre mondial ! Louis Vanel a essayé de tenter de « ne pas se laisser polluer » par les résultats de ses adversaires, en refusant de prendre connaissance de leurs notes au fur et à mesure qu’ils passaient dans le box.

C’est la deuxième fois qu’il bat Mamistov. La précédente, c’était l’année dernière au championnat d’Europe où il finit deuxième derrière Orlowski. Louis Vanel reconnaît que cette année, le russe a été « plus coriace ».

La méthode de Patrick Paris, l’entraineur national qui a succédé à Eric Vazeille, a fait ses preuves. © Elodie Expert-Claudin / WAC 2019

Au mondial de 2009, Mamistov s’est fait battre par Ecalle, par Le Vot en 2013, par Orlowski en 2015 et maintenant par Vanel, en 2019. Mais entre-temps, il a accroché à son tableau de chasse, outre ces quatre-là, Masurel en 2011. Vazeille, la également battu en 2000. Au final, Mikhail Mamistov a été sacré trois fois champion du monde et cinq fois champion d’Europe. Il reste le champion le plus extraordinaire du circuit et ce serait une erreur de croire qu’une page de la voltige mondiale a été tournée à Châteauroux, cette année. Même isolé et même s’il a fait sa première compétition en URSS, deux ans avant que naisse Louis Vanel, le russe ne renonce pas. Et c’est tant mieux. Il est un adversaire exemplaire.

Outre deux pilotes sur les deux premières marches du podium, la France place sept pilotes dans les dix premiers, le huitième homme (Alexandre Leboulanger) est onzième. Bien évidemment, on retiendra aussi la quatrième place de Florent Oddon. Pour sa première apparition sur le circuit international, la nouvelle recrue de l’Equipe de France de voltige aérienne (EVAA) n’a pas fait dans le détail. Depuis Ecalle en 2005, tous les champions du monde français qui se sont succédés (Le Vot et Orlowski), étaient sociétaires de l’EVAA.

Troisième titre mondial consécutif pour Aude Lemordant. © Elodie Expert-Claudin / WAC 2019

La bagarre pour le titre masculin, incertaine jusqu’à la dernière heure, ne doit pas faire oublier le sacre, pour la troisième fois consécutive, d’Aude Lemordant et la troisième place de Bénédicte Blanchard, chez les filles. Elles étaient sept, et leur championnat a été littéralement surréaliste, avec une succession de contre-performances des unes et des autres. Le dernier vol d’Aude Lemordant est sans appel. Elle se classe dixième de la manche, derrière huit hommes et la russe Sevtalana Kapanina, 8ème, et qui décroche la médaille d’argent.

On en oublierait presque que la France a conservé son titre de championne du monde par équipe devant les USA et la Russie. Et l’oubli serait une faute qui mériterait un 0. Parce que sans l’équipe de France, le travail de l’encadrement technique et les moyens financiers accordés par la Fédération française aéronautique, il eut été encore plus difficile pour la voltige française de réussir ce nouveau grand chelem.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

8 commentaires

  • Richet

    Je suis affectivement et ce depuis plus de 30 ans effaré devant. Le mutisme de la presse pour un sport qui est très certainement un des plus difficile à maîtriser
    Il est vrai que pour pouvoir approcher les artistes pas simple
    Depuis p’us De 30 ans on brille dans les meilleurs et rien au bout sur le plan journalistique
    N’y a t’il pas un journaliste ou un réalisateur visionnaire

  • Le Borgne

    Un seul mot : Bravo ! Bravo à tous et à chacun !

  • Isabelle Mercier

    Des championnats du monde magnifiques et passionnants.
    Il est formidable d assister à ces prestations en étant sur place, malgré que j ai trouvé qu il n y avait pas assez de personnes le 1er week end.
    Les médias ne nous informent absolument pas de ces championnats, champion du monde de haute voltige à 28 ans est plus valorisant que n importe quel sport comme le football hyper médiatisé.
    On peut se rendre à l aéroport de Deols sans problème, de plus c est gratuit, même pour deux euros ça vaut le coût.
    70000 personnes hier lors des prestations de la patrouille de France, presque Woodstock.
    Merci pour la sécurité, l organisation, c était parfait, sur un aéroport dont les vertus font qu il est le meilleur mondial pour attirer ce genre de compétitions.
    Un grand bravo.

  • SILBERBERG

    En effet Superbes reportages !!! maintenant faudrait penser à médiatiser, c’est pas normal d’être champion du Monde et ne de ne pas en être informé par « France Info » qui nous gave sur le judo, le tennis, sans parler du foot … !!!
    A bon entendeur !!!

  • liliane

    Bravo a tous , fabuleux , et bravo a tous les bénévoles

  • Joss

    C’est fabuleux de vivre à nouveau un WAC dans l’Hexagone, qui plus est sur mes terres du Berry, et alors quel palmarès !

  • Sylvain

    Bravo à lui !
    La voltige est un sport où il faut du talend et de l’argent. Je l’ai croisé sur une de ses premières compétitions, il travaillait alors chez Mc Do. Je me demande toujours comment il a fait pour se payer ses entrainements alors, qu’en tant qu’ingénieur, je n’y arrivai pas…
    Il a su se démener pour en arriver là tout en croisant les bonnes personnes.

  • PHILIPPE BOUTIN

    Merci Gil pour ce résumé plus qu’euphorique de ces wac 2019 mais tellement réaliste de ces jours de compétition mondiale ! Vraiment de grands moments pour nous  »pilote à plat » !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.