Accueil » Dassault met deux Falcon au service de l’opération Résilience

Dassault met deux Falcon au service de l’opération Résilience

Pour faire face à la crise sanitaire liée au Covid 19, Dassault Aviation annonce qu'il met gracieusement à la disposition du ministère des Armées, les services de deux avions d’affaires Falcon, dans le cadre de l’opération Résilience.

6.04.2020

La première mission des deux Falcon de Dassault a eu lieu le 5 avril 2020 pour ramener de Brest vers Paris 26 soignants. © Dassault Aviation - A. Daste

Ces deux appareils, un Falcon 8X et un Falcon 900, sont aménagés pour 15 et 13 passagers. Ils sont opérés par Dassault Falcon Service (DFS), filiale de Dassault Aviation spécialisée dans la maintenance et les opérations aériennes, basée sur l’aéroport du Bourget. Les équipages sont ceux de DFS.

En fonction des besoins définis par les autorités gouvernementales, les deux Falcon peuvent être sollicités par la cellule Résilience du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) de l’armée de l’Air. Capables de se poser sur de petits aéroports, par tous les temps et sans nécessiter d’infrastructures au sol, ils permettent d’acheminer très rapidement des équipes médicales ou du matériel, en France et dans le monde entier.

La première mission a eu lieu ce dimanche 5 avril 2020. Les deux Falcon ont ramené de Brest à Paris 26 médecins et personnels médicaux qui avaient accompagné des malades du Covid 19 transférés en Bretagne par train sanitaire.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • Pilotatillon

    A-t-on pensé qu’on ne devient pas un fabricant d’engins volants sur la scène internationnale en se levant le matin…
    Certes ce constructeur est dans une situation enviable en ce moment, il fallait néanmoins y croire pour construire un Rafale et le reste de la gamme. Et « un peu » de compétences également.
    Donc « ils » sont allé le chercher le succès, et je pense que tous les salariés des différents secteurs de cette entreprise aux technologies très avancées pensent de cette façon.
    C’est si facile d’avoir envie… un peu moins de s’y mettre.

  • Tonton Volant

    Très généreux, Dassault ! Au regard gavages par l’État des bénéfs et marchés d’engins de mort et autres…

    • Jean Luc Kaiser

      @Tonton Volant.
      Combien de devises, d’impôts sur les bénéfices, de millions d’heures de travail faites en France chez Dassault et ses sous-traitants (avec les taxes impôts et cotisations sociales que ça inclue) de brevets, de savoir faire en très haute technologie ont été importées/crées en France par les ventes des avions civils sortant des chaines de Dassault ? vous auriez préféré qu’elles n’existent pas ??

      Maintenant pour ce qui est des avions militaires , ils ont sur l’aspect économique rapporté au moins autant que le civil et on ne peut que s’en féliciter. Quand à leur coté « engins de mort » comme vous dites, je préfère et de très loin que ces « engins de morts » soient produits chez nous et que notre propre armée en ait suffisamment à sa disposition avec tous ce que ça suppose comme filières d’approvisionnement pour faire son travail de défense et de dissuasion, que d’avoir à choisir entre en acheter à l’Etranger ou être à la merci du premier cinglé venu comme l’histoire en a dèjà vu passer plus d’un.

      • Tonton volant

        « On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels.  » Anatole France
        Il y aura toujours des gens qui regrettent de n’avoir pas eu des soldats de plomb quand ils étaient petits.
        On connaît les arguties : « Si ce n’est pas nous, ce sera les autres », « on risque d’avoir des méchants qui nous attaquent » : qui ?
        En l’occurrence, les conflits, c’est plutôt nous qui les projetons à l’extérieur.
        Bon, terminé, je quitte cette fréquence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.