Accueil » Aviation d'Affaires – brèves » L’Advanced Turboprop de GE tourne au banc d’essai

L’Advanced Turboprop de GE tourne au banc d’essai

Le moteur devrait avoir une TBO (Time Between Overhaul, ou temps de fonctionnement entre deux inspections) de 4.000 heures © GE

General Electric Aviation a mis en route pour la première fois son Advanced Turboprop (ATP) sur un banc test, à Prague. Les tests de certification ont commencé en ce début d'année 2018 avant d'équiper le Cessna Denali pour son premier vol prévu à la fin de la même année.

Après deux ans de travail et un investissement de 400 millions de dollars, GE Aviation a procédé à la première mise en route de l’ATP fin décembre 2017 en République Tchèque.
Le nouveau turbopropulseur de 1.240 ShP, premier d’une famille dédiée à l’aviation générale et d’affaires, devrait, d’après GE, consommer 20% de carburant en moins avec 10% de puissance en plus ,en comparaison des concurrents de la classe des 1.000 à 1.600 ShP.

L’ATP intègre 35% de pièces imprimées en 3D....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(1510) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • C’est peut-être la preuve que l’ensemble des points critiques sont connus et maitrisés…
    L’expérience en résumé !
    Je relie avec une attitude défensive toute française qui voudrait conserver le modèle industriel en l’état… Le digitalisation et la puissance de calcul des entreprises aident les équipes et ça paye aujourd’hui !
    N’oublions pas DS Catia (franco-français) et d’autres « vieux » logiciels qui contribuent tous les jours à accélérer le rythme du développement des machines.
    Ensuite le consommateur, que nous sommes tous, choisira le billet et le siège qui lui va bien.
    Happy Landing.

    Répondre
  • Faire voler en monomoteur un avion tout neuf ET un moteur tout neuf , c’est gonflé ou idiot ?????

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(1510) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(1510) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.