Accueil » Appel à manifestation d’intérêt pour l’aérodrome de Toulouse-Lasbordes

Appel à manifestation d’intérêt pour l’aérodrome de Toulouse-Lasbordes

L'Association des usagers de l'aérodrome Toulouse-Balma-Lasbordes a récemment lancé un appel aux usagers et visiteurs de la plateforme pour manifester leur intérêt pour ce patrimoine aéronautique. Si le terrain n'est pas menacé directement, les multiples contestations des riverains ont poussé l'association à chercher des soutiens.

25.11.2020

Les usagers de l'aérodrome de Toulouse-Balma-Lasbordes, ont mis en place une charte environnementale depuis plusieurs années qui limite les nuisances sonores. Pas suffisant au goût des riverains. © AUATBL

"Le terrain de Toulouse-Balma-Lasbordes n'est pas menacé directement dans l'immédiat" rassure Fabrice Escaffit, secrétaire général de l'Association des usagers de l'aérodrome Toulouse-Balma-Lasbordes (AUATBL) qui précise : "ce n'est donc pas une pétition pour sauver le terrain que nous avons lancée mais un appel à manifestation d'intérêt." Entre les deux confinements, le regain des plaintes et des actions menées par les associations de riverains contre les nuisances sonores occasionnées par les diverses activités sur le terrain a motivé l'AUTABL à rassembler les...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

17 commentaires

  • Rossen

    I hope this airfield stays opened now and forever! It is a precious jewel amongst other GA airfields of Occitania.
    It facilitates a beautiful and fragile activity which cultivates a large human spirit and heart, emblematic for this region.
    Not to mention that is ancient and lovely. “Les riverains” should regard the voice of an airplane motor as music to their ears. Or, an irritated Ego can “hate” ANYTHING (even music!) – it defines itself by hate.
    Chose the heart, not the ego!
    And those same “riverains” do enjoy a meal in the restaurant while watching all the small planes landing!

    Rossen

  • Wayne Bruce

    Bonjour,
    J espere que cet aerodrome sera fermé ou dans l obligation d utiliser des moteurs silencieux.

    • Jean Rabot

      Bonjour,
      Je suis d accord avec vous. Ce n est pas parce que l aerodrome est présent depuis presque 100 ans que les choses doivent rester figé. Évoluons ensemble en respectant les citoyens Toulousains. Une fraction de personnes ne peut nuire à son ensemble il est vrai. A quand les moteurs electrique ?

      • J GND

        Et bien si justement, c’est précisément parce que l’aérodrome était là bien avant vous que ne pouvez PAS vous plaindre de sa présence et des naissances associés car elles étaient là AVANT votre arrivé, donc vous êtes à proximité en connaissance de cause. Vous n’êtes pas content ? Et bien, déménagez en campagne où il n’y a pas d’aéroport. un aéroport vient de se construire a coté de chez vous ? Là vous pourrez vous plaindre à votre guise.
        A un moment, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre.
        Cela dit, je modère mon propos, il faut aussi faire avancer les choses du bon coté et réduire un maximum les nuisances autant que faire se peut bien entendu. Les constructeurs aéronautiques y travaillent, les procédures de réduction de bruit vont aussi dans ce sens.

  • lavidurev

    Plaidoyer pour Lasbordes :
    Le Petit Prince 2020 et le bruit : « Les avions font du bruit, supprimons les aeroports ? Ah non, papa y travaille !
    Les trains font du bruit, supprimons la gare ? Ah non, car avec papa et maman nous prenons le train pour partir en vacances !
    L usine fait du bruit, supprimons la ? Ah non, c est dedans que travaille maman.
    Les voitures font du bruit, supprimons les ? Ah non, papa l utilise pour aller travailler. Toulouse-Balma-Lasborde fait du bruit, supprimons l aerodrome ? Ah oui ! C est la que je suis ne, et ni papa ni maman ne supportent le bruit !

    • Jean Baptiste Berger

      Une belle définition de ce qu’Affleloup appelle parfois « les franchouillards » dans toute leur splendeur pour manifester des nouveaux droits collectifs (facilement imposés par le nombre, ce qui ne les rend pas plus légitimes) et leurs contradictions….
      Tous petits, déjà, les cancres se liguaient pour rendre la vie impossible à ceux qui les dérangeaient (les ridiculisaient) en ayant de meilleures notes à l’école (sauf bien sûr si le premier de la classe avait aussi une « bonne droite », auquel cas, bizarrement, il devenait soudain beucoup plus populaire !)
      C’est la France…

      • PlasticPlane

        Il y a un truc qui peut vous consoler un peu : les subventions que touchent nos électro-chercheurs sont co-financées par nos/vos impôts, certes, mais aussi par ceux de « vos franchouillards » dérangés par nos avionnettes (il doit bien y en avoir quelques uns qui en payent). Les recherches finiront bien par déboucher sur quelque-chose de pratiquement utilisable.

      • Pilotaillon, peace'nd love warrior

        Franchouillard, franchouillard… est-ce que j’ai une gueule de franchouillard ?
        Pas certain que cette « tradition » se perpétue dans les lycées et amphis.
        J’exclus les écoles sup… dans lesquelles on est bien plus subtil pour se faire des crocs en jambes, car la culture des prétendants est plus haut de gamme, milieux dans lequel l’entraide n’est pas de mise, même si tout se fait de « bonne grâce ».
        Le nouvel étudiant (H/F, sans distinction) a un esprit plus simple, moins « anti-collabo ».
        Le franchouillard s’est construit avant.
        Son personna a vécu les 30 glorieuses sans pertes de repères. J’entends par là qu’il (plutôt Monsieur, car hormis quelques phénomènes, S Weil et consorts…, la parité n’avait pas encore été conceptualisée ni vraiment défendue) n’a pas eu à revoir son confort de vie, à s’adapter à quoi que ce soit en matière de crise, tout au plus en 73, la bizarre histoire du pétrole.
        Donc c’est ce franchouillard qui prend en pleine face l’irruption des Greta, Jancovici, et autres oiseaux de mauvaise augure, en se demandant pourquoi « on » lui change « son » monde.
        Depuis il y a le crowdsourcing, le crowdfunding, le design thinking, la QVT (qualité de vie au travail), la RSE (non tout n’est pas du franglais…), l’Upcycling, l’économie circulaire, l’ACV… auxquelles les nouvelle générations (XYZ, milléniums and co) adhèrent sans aucune hésitation.
        Désolé, nous ne reviendrons pas en arrière.
        Juste ajouter : aussi longtemps que les « anciens » n’auront pas fait un pas de côté pour comprendre les nouvelles approches des sujets impactant le quotidien, nous pouvons craindre des dialogues de sourds et des débats d’arrière garde, sans fin, sauf à la fin du match, quand ces mêmes anciens n’auront plus de leviers de pouvoir.
        Comment fait-on pour voir et approcher nos voisins génération XYZ, et les faire rêver avec nos avions pétaradant, moteur impeccable de 1943 ?
        Indices B Piccard, (non pas les surgelés), E Musk,…
        Désolé, c’est sorti tout seul : logorrhée verbale ont dit certains tradi.

  • PlasticPlane

    Tant qu’on restera sur la position nous on était là avant, et vous vous profitez de l’Ad pour acheter pas cher, on ne fera qu’aggraver les risques de se faire éjecter (nous sommes quelques milliers, ils sont des millions). Même si factuellement c’est vrai, ce n’est plus défendable. Soyons simplement honnêtes : tout pilote qui a entendu un jour un Cirrus faire un tour de piste plein petit pas sur un Ad un peu encaissé, ou un Avanti en finale à Bron toutes hélices hurlantes, ne peut pas se réfugier que sur ces arguments : il sait que ça fait vraiment du boucan, même si (nous) on peut apprécier parce qu’on est passionné – … ou qu’on a déjà été rendu un peu sourd par le bruit de nos engins :-). Donc vive les petites motorisations suffisantes pour beaucoup de missions (même si elles ne sont pas « statutaires »…), et vive toute la recherche faite en ce moment sur les motorisations novatrices. Même si certains projets vont vraisemblablement pomper des subventions sans succès, de cette compétition naîtrons des machines qui devront obligatoirement être plus silencieuses pour s’imposer, et pour permettre à nos Ad de perdurer.

    • lavidurev

      @PlasticPlane, helas vous avez raison , les nuisances sonores auront raison de la fermeture de nos aerodromes et nous serons toujours en minorite. Les jeunes peuvent continuer de s eclater les tympans en discotheque… rien n y fera , c est l AG qui sera denoncee en priorite car les promoteurs et leurs suites n attendent que ce moment.

    • bgse

      Pas d’accord.
      J’ai 40 ans et j’ai déménagé 5 fois et vécu dans 4 villes différentes aux 4 coins de la France.
      Et la majorité des personnes sont dans mon cas.

      Là où je vis actuellement, je n’en supporterai pas l’environnement encore bien longtemps. Mais je ne vais pas demander à 12 millions de personnes d’arrêter de vivre à proximité de moi. Si je reste, c’est par intérêt (le boulot).
      De même, les riverains (ceux qui gueulent) restent car ils attendent une fermeture d’AD pour vendre plus cher et aller vivre ailleurs.
      L’argument « l’aérodrome était là avant » est bien valable.
      Il faut surtout sanctuariser ce principe, mais je n’ai pas l’impression que les acteurs en aient l’intention.

      Ou sinon, les associations de riverains n’ont qu’à s’occuper de créer un nouvel AD plus loin.

      • Pilotaillon écolo

        De quelle sanctuarisation parlons-nous ?
        Malheureusement la civilisation pensée par les dernières générations est bien différente, de part son angle de vue qui est la conséquence des perspectives que NOUS (les « anciens ») leur avons données.
        Quand elle entend JMJ (meunon, pas les Journées Mondiales de la Jeunesse, cet homme : https://www.youtube.com/watch?v=HcA87w0jStU), X-mine, donc une personne scientifiquement crédible, cette génération se dit que de toutes les manières, elle aura à suppléer aux errances dans lesquelles nous nous sommes fourvoyés.
        Le « progrès » et le confort nous ont aveuglé, et nous avons été inconséquents, comme le premier homme qui s’est brûlé en approchant la main du feu, feu qui par ailleurs lui permettait d’avoir chaud et éloignait la faune sauvage…
        Nous avons été les découvreurs fascinés, mais les suivants vont devoir nettoyer ! En même temps faire le deuil du rêve de confort douillet promis.
        Quelle valeur ces jeunes peuvent-ils donner à un avion de plus ou de moins, seulement pour le plaisir de quelques uns, dans le contexte de cette perte de « confort toxique » qui lui est promise.
        Je radote : il faut se décaler intellectuellement pour comprendre d’une part la logique implacable de ce raisonnement et les réactions qui ne sont au fond pas spécifiquement hostiles (pakanou).
        Je me répète encore, désolé, (la redondance des messages fini par dépasser parfois le déni ou les convictions forgées tout au long de l’histoire de chacun) : il suffirait de montrer notre ouverture à ces sujets très préoccupants et d’agir en conséquence pour de nouveau faire rêver, non avec des Lycontinosaures qui ont fait leurs temps mais par un engagement massif sur le « voler en silence » (vukonsèfèraveecdesuperzordi) et avec le minimum de dispersion de CO2.
        Sans cela nous continuerons de tourner en rond dans les affrontements, mais moins en tour de piste, ce qui n’est pas une solution d’avenir pour l’Homo-Pilotis traditionnalis …

      • PlasticPlane

        @Pilotaillon Pluriel
        Que ne vous abonnez-vous pas au forum de Gil, … car vous le valez bien 🙂 🙂

  • Adrien REBOUL

    Comme pour LFBO, c’est du foutage de gueule. Les gens s’installent autour de l’aérodrome en toute connaissance de cause ! La plupart des habitations ont du d’ou le vitrage, les avions sont équipés de silencieux, le tour de piste est l’un des plus long et plus haut de France. La plupart des habitations autour, peuvent se négocier moins cher en location ou achat, grâce à cet aérodrome… On ne force personne à venir vivre autour, l’aérodrome était là bien avant les habitants… Ils n’ont qu’à aller ailleurs ! Surtout que la majorité des habitants vivent direct ou indirectement grâce au secteur aéronautique. Les gens veulent le beurre et l’argent du beurre de nos jours, des capricieux malsains et enfantins. C’est comme l’histoire du coq Maurice ! Un rien dérange les nouvelles générations, bizarrement ils se plaignent moins de l’invasion des moustiques Tigre, un bien plus grand nuisible que les quelques petits aéronefs qui s’envolent de l’aérodrome …
    Cet aérodrome ne doit pas disparaître. Ou bien, les acteurs publics, n’ont qu’à en financer un nouveau (forcément mieux équipé et avec une plus grande piste) dans l’Est toulousain, le nord ou l’ouest. À bon entendeur ! Vive l’aéronautique et le patrimoine toulousain.

    • Mouette

      Bonjour
      Je suis côté Toulouse rue de l’invention, j’habite le coin depuis ma naissance (72), les avions font parti de mon environnement et du patrimoine mais… oui les moteurs font bcp de bruit, et même parfois très tôt le matin ce qui réveille toute la famille, les fréquences sont parfois ahurissantes, ce qui nous coupe régulièrement dans nos conversations. Donc plutôt que de stigmatiser, vous feriez mieux de trouver un compromis avec de la bienveillance, ce sera bien plus constructif … et celà pourra rendre l’aérodrome un peu plus pérenne… A bon entendeur…

  • CR

    Bonjour,

    Usager très occasionnel de LFCL puisque basé à Lyon-Bron/Corbas, je soutiens la pérennité de l’activité aéronautique de cette plate-forme sympa et moins difficile d’accès que l’aéroport international. Après le massacre subi par Montaudran, il convient d’être vigilant. Je comprends les envies des riverains, qui tous souhaitent faire une plus-value sur le terrain ou la maison qu’ils ont acquise à bas coût – pour cause de nuisances bien évidemment – mais je ne peux leur donner raison. Le terrain a été ouvert pour la plupart avant même leur naissance, ils ne peuvent pas dire qu’ils ont découvert que les avions font du bruit. Infiniment moins qu’en 1945, d’ailleurs…

  • woodplane

    En plus des chiffres mentionnés, vous pourriez également citer le nombre d’emplois directs et indirects, ainsi qu’une évaluation sur l’économie qu’apportent les visiteurs « aériens » lorsqu’ils se rendent à Lasbordes.

    L’intérêt économique d’un site est souvent (toujours) un argument de poids!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.