Accueil » Embraer expérimente le roulage autonome sur un Legacy 500

Embraer expérimente le roulage autonome sur un Legacy 500

Le Legacy 500 lors de son essai sur le terrain de Gavião Peixoto. L'avionneur, et donc le Brésil, se positionnent sur le développement de l'Intelligence Artificielle appliquée à l'aérien. Un système d’atterrissage autonome a déjà été testé en simulateur. © Embraer

L’avionneur brésilien Embraer et l’Université publique Espírito Santo Vitória (Brésil) mènent depuis six mois des recherches sur le sujet.

Un biréacteur Legacy 500 s’est déplacé de manière autonome, sans aucune intervention humaine grâce à un système d’intelligence artificielle intégré. L’expérimentation a été réalisée fin août 2019 sur le site d’Embarer à Gavião Peixoto, dans l’état de São Paulo. L’appareil prototype était équipé sur son fuselage (au dessus du cockpit) d’un dispositif de caméra intelligente tournante (à l’instar des caméras disposées sur le toit des voitures Google pour filmer les routes). D’autres caméras étaient visibles à l‘avant sur le nez...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par François Bruneau

    Un jour un petit génie de l’informatique rendra toutes ces machines folles et il y aura un grand chaos.

    Répondre
  • … et ca sert à quoi ???

    Répondre
    • par Pilotaillon du 21eme siècle

      A réduire ce qu’Hubert Reeves appelle le PFH*…
      Car j’imagine que le dispositif doit être insensible aux alés météo et aux erreurs humaines.
      Il serait logique également que les logiciels intégrent des variables, tels les trafics, les alertes, etc…
      On confie à la machine ce qu’elle sait le mieux faire : des calculs sans risques de divergences.

      *Le p.t..n de facteur humain.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.