Accueil » La FAA préconise l’installation d’une protection supplémentaire du poste de pilotage

La FAA préconise l’installation d’une protection supplémentaire du poste de pilotage

La FAA prévoit d'imposer aux avionneurs d'installer une barrière de protection du cockpit des avions commerciaux contre les intrusions. © Airbus / Sylvain Ramadier

Le régulateur nord-américain de l'aviation civile propose une règle qui obligera les avionneurs à installer une deuxième "barrière" de protection du poste de pilotage des appareils commerciaux. Cette barrière viendrait en complément de la porte d'accès au cockpit, de manière à protéger les pilotes des intrusions lorsque la porte est ouverte.

Reprenant la proposition du gouvernement Biden faite en 2021, la FAA propose aux citoyens américains de s’exprimer sur la mise en place d’une barrière de protection du poste de pilotage des avions de transport commercial.

La future règle prévoit d’obliger les avionneurs à installer une barrière physique qui protège le poste de pilotage contre les intrusions lorsque la porte d’accès est ouverte. Cette règle s’appliquerait sur les nouveaux appareils livrés aux États-Unis après l’adoption de la loi.

L’association des pilotes lignes (ALPA, Air Line Pilots Association), salue l’initiative, qu’elle appelle depuis les attentats du 11 septembre 2001. « Ces protections ont prouvé leur efficacité en créant une barricade physique empêchant tout individu hostile d’accéder au cockpit lorsque la porte est ouverte en vol. (…) La porte du poste de pilotage est ouverte en vol pour satisfaire les besoins physiologiques des pilotes ou pour des questions opérationnelles ayant un lien avec la sécurité. « 

Exemple d’une barrière de protection. © ALPA

L’association de pilotes, qui affirme que les États-Unis demeurent vulnérables face aux actions terroristes, insiste sur le fait que Boeing et Airbus proposent déjà dans leur catalogue l’option d’une deuxième barrière physique au poste de pilotage. D’après ALPA, l’ajout d’une barrière en retrofit représenterait un coût négligeable, estimé par l’association à environ 5.000 $.

ALPA avance également que, depuis 2003, deux compagnies aériennes des États-Unis ont installé de manière spontanée des barrières de protection du cockpit qui ont prouvé leur efficacité.

La FAA, le ministère U.S. des transports et ALPA s’appuient sur la nécessaire protection de l’équipage en charge du pilotage des appareils commerciaux, dans un contexte marqué à la fois par les incivilités et par la menace terroriste toujours présente.

D’après son dernier rapport, la FAA a dénombré en 2021 pas moins de 5.981 occurrences de passagers indisciplinés. Par ailleurs, l’association ALPA dit avoir recensé 52 tentatives d’accès non autorisés au poste de pilotage depuis les événements tragiques du 11 septembre 2001. F.M.

Fabrice Morlon

Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.