Accueil » Le Québec monte au capital de Flying Whales

Le Québec monte au capital de Flying Whales

Le projet Flying Whales a été lancé en 2012 en France. © Flying Whales

Le gouvernement du Québec confirme une prise de participation de 20 millions d'euros, par le biais d'Investissement Québec, dans le capital-actions de l'entreprise française Flying Whales (15 millions d'euros) et de sa filiale québécoise, Les dirigeables Flying Whales Québec (5 millions d'euros).

Ce partenariat entre le gouvernement québécois et la start up française (fondée en 2012) qui porte le projet de dirigeables destinés au transport de charges lourdes et surdimensionnées doit permettre au Québec de réaliser une partie du développement d’un nouveau dirigeable à charges lourdes et de s’assurer, à terme, de l’exclusivité de la production pour l’Amérique. Il intègre également le projet l’implantation d’une usine de production de dirigeables ayant une exclusivité sur le marché américain et mènera à la réalisation, dès 2020,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • pourquoi Cargo Lifter a échoué ? avec des milliards d’euros investis.

    Répondre
  • L’équipe d’Aérobuzz pourrait-elle faire un état des projets de dirigeables poursuivis actuellement en France ? Il me semble qu’il y en avait bien 2 ou 3, présentés il y a quelques années… Pompes à fric ou projets réellement viables ?

    Répondre
  • Cela confirme l’adage bien connu : les starts up françaises et leurs ingénieurs sont bons mais les fonds pour les développer sont ailleurs . Pourquoi la région Aquitaine n’a pas pu investir dans cette société.
    A noter que les futures propriétés intellectuelles sont au Québec .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.