Accueil » L’EASA propose une nouvelle classe d’autogire certifié

L’EASA propose une nouvelle classe d’autogire certifié
premium

C’est du sur-mesure pour la voiture volante PAL-V Liberty qui débouche, au terme d’une dizaine d’années d’étude, sur une Notice of Proposal Amendement (NPA 2021-12) de l’EASA ouvrant de nouvelles perspectives aux autogires.

23.11.2021

La voiture volante PAL-V Liberty, en version biplace, a une masse à vide de 664 kg. Elle est propulsée par un moteur Rotax 912iS de 100 cv. © PAL-V

L’imagination des porteurs de projets se heurte parfois au cadre réglementaire. Certains projets de machines volantes n’entrent dans aucune catégorie existante et donc dans aucune case. Quand la demande devient insistante, le régulateur doit faire évoluer les règles. C’est ce qui se passe en ce moment avec les drones qui veulent voler loin en automatique et bien sûr avec les eVTOL qui ambitionnent de révolutionner la mobilité aérienne. Dans une proportion moindre, il y a aussi les voitures volantes. Un...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

2 commentaires

  • PIERRE LEGENDRE

    Si j’en crois le commentaire sous la photo d’illustration, l’appareil serait propulsé par un Rotax 912IS de 100cv… Sachant qu’actuellement les autogires ULM (500 kg à la charge maxi en France) sont déjà équipés de moteurs plus puissants (exemple le Magni M24, 115cv avec le 914turbo injection), pour des performances moyennes en comparaison d’un multi-axes moderne, je ne vois pas bien quel crédit on peut apporter à ce projet, (au très beau design il est vrai), en terme de motorisation: 100cv pour 664kg à vide! Faire un saut de puce sur une piste pour 747 est une chose, produire un aéronef réellement utilisable en est une autre. Les arguments en forme de pub des concepteurs ne rassurent pas tant ils sont naïfs : « Évitez les bouchons, traversez des lacs et des fjords, des rivières ou des chaînes de montagnes comme un aigle. Atterrissez de l’autre côté et conduisez vers votre destination finale… ». La météo, les zones, les contrôles, connais pas ? On croirait retrouver la belle utopie des débuts de l’ULM, avant que la réalité ne rattrape le rêve. Bon, peut-être qu’avec un gros moteur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.