Accueil » L’opération ASF-Covid19 monte en puissance

L’opération ASF-Covid19 monte en puissance

L’appel lancé par Aviation Sans Frontières pour organiser les déplacements de soignants à travers la France a été entendu par la communauté aéronautique. Le message doit encore être relayé du côté des hôpitaux.

14.04.2020

Une jeune infirmière nîmoise en partance pour la région parisienne, entourée de Pierre Auquier, chef de la base Airways College à Nîmes et de Tom Dublet. © Airways College

Au 14 avril 2020, 469 structures se sont déjà inscrites sur la plateforme mise en place par Wingly pour les besoins d’Aviation Sans Frontières. Par « structures », il faut entreprendre entreprises de l’aéronautique, pilotes et propriétaires d’avions. Un tiers environ a été validé par ASF qui a fait le choix de ne confier ses missions qu’à des pilotes professionnels. Parmi les vols réalisés au cours du week-end de Pâques, il y a notamment le transfert en TBM de deux internes en médecine...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

2 commentaires

  • Emmanuel Davidson

    La DGAC, l’ENAC, Total Aviation sont partenaires de l’opération.
    Ce qui veut dire que les aérodromes ou aéroports sont ouverts pour ces missions. Coup de chapeau aux membres du personnel des aéroports, gestionnaires d’aérodromes, AFIS et tout autre personne qui font en sorte que les plateformes soient accessibles.
    Pour sa part, Total Aviation finance le carburant utilisé pendant ces missions.
    Lorsque l’on parle de solidarité du monde aéronautique, ce n’est pas un vain mot.

    Nous demandons à tous de relayer l’information auprès de tous les membres du corps médical, comme indiqué dans l’article, trop de soignants ne sont pas encore au courant de cette possibilité qui évite aux équipes déplacées d’un bout de la France à l’autre de se retrouver à 15 dans un autobus prévu pour 60 pour 10 heures de route.

    Emmanuel Davidson
    Président, AOPA France

  • Gauthier

    Bonjour,
    Encore faut il que les aérodromes soient ouverts (voir en région parisienne) et que l’on puisse avitailler vu que total a décidé unilatéralement de fermer ses stations AVGAS (au moment où le pétrole est au plus bas ?).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.