Accueil » Mobilité aérienne urbaine : Porsche et Boeing visent le haut de gamme

Mobilité aérienne urbaine : Porsche et Boeing visent le haut de gamme

La version volante de la "911" à moins qu'il s'agisse de la Panamera… © Boeing

Porsche et Boeing annoncent la signature d’un protocole d’accord visant à étudier le développement de produits destinés au segment haut de gamme du marché de la mobilité aérienne urbaine .

Selon une étude réalisée en 2018 par Porsche Consulting, le marché de la mobilité aérienne urbaine devrait décoller à partir de 2025. C’est en s’appuyant sur cette étude qui indique également que les solutions de mobilité aérienne urbaine permettront de transporter des passagers avec une rapidité et une efficacité supérieures aux moyens de transport terrestre que nous empruntons actuellement, à moindre coût et avec une plus grande souplesse, que Porsche et Boeing ont décidé de collaborer.

« Cette collaboration capitalise sur les...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

12 commentaires

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Presto : Ce genre d’engin vole déjà, et sont en periode de test. il s’agit bien de « mobilité urbaine », et donc l’autonomie pour aller de son hotel à l’aéroport, c’est maxi 40 min…Ce n’est pas en 2040 que ces engins volerons régulièrement, mais bien avant (je ne suis pas devin pour préciser quelle année). c equi est sûr, c’est qu’il faudra que l’EASA accepte une energis à base de pile à hydrogène si l’autonomie electrique pose problème. de nombreux drones fonctionnent déjà avec ce type d’énergie qui alimente des moteurs electriques. En ce qui concerne la réglementation, sachez que des groupes de travail sont déjà à la tache depuis 3 ans au CDC, antichambre de la DGAC, pour définir les nouvelles voies aériennes réservées à la mobilité urbaine à la livraison de colis par drone (aux etats unis, déjà 4 compagnies ont obtenu l’agrément de la FAA pour la livraison urbaine de colis). A bientôt pour de futures news non utopiques à la prochaine occasion…

    Répondre
  • Quid du survol et du contrôle aérien au dessus de Paris ou ailleurs ?

    Répondre
  • ….en 2025 ils auront terminés d’étudier les différents aspects de la mobilité aérienne urbaine….en 2035 sortira un 1er prototype qui donnera naissance à quelques engins de pré série qui seront commercialisés en 2040….rêvons un peu

    Répondre
  • Ca me rappelle certains articles de la revue « Science et Vie » debut 1950!
    « En l’an 2000, on se déplacera en voitures volantes… etc ».

    L’essentiel est de communiquer sur tout et surtout, sur n’importe quoi.

    Répondre
  • par Bourgeois jean-pierre

    Vous y croyez, vous, à ce genre de délire ?

    Répondre
    • Ben… Non ! Mais ça fait bien rigoler…
      Surtout en électrique pur. En hybride, avec une turbine au kéro d’hélico qui entraîne une génératrice qui fournit en électricité les gourmands moteurs électrique tenus de faire le vol stationnaire et la propulsion, là, c’est plus crédible…
      Au fait, Zavatta, heu non, Zapata, il en est ou de sa bagnole volante ???

      Répondre
  • On fait rêver en présentant un produit final futuriste.Ce produit est utopiste tant que l’on aura pas franchit une étape intermédiaire qui consiste en une révolution de la densité énergétique du stockage électrique.
    Cette révolution est stratégique.C’est sans doute pourquoi on en parle peu.

    Répondre
    • Bonjour Presto et bonjour à tous
      Votre remarque est très judicieuse concernant la densité énergétique du stockage , manque de chance il n’y a rien à l’horizon dans les labos ……..
      Si révolution il y avait ( on peut rêver ) resterait le problème d’où sortir l’énorme quantité d’énergie électrique nécessaire au vol de ces engins alors que l’énergie est justement ce qui va manquer dans les décennies à venir .
      Salutations

      Répondre
      • ITER est censé produire sont premier plasma en 2025, restera plus qu’ à miniaturiser le concept, et on pourra avoir des moteurs à fusion nucléaire. facile ! ☺

        Répondre
      • Je suis plus optimiste que Carbet quant aux recherches dans les labos (graphène etc …).
        Mais pour les phases suivantes : développement,faisabilité industrielle et économique,c’est plus flou.Je parle donc de révolution (peut être Arlésienne ?).
        Quant aux besoins énorme d’énergie électrique à produire pour remplacer toute l’énergie fossile que l’on veut abandonner dans le monde,je parie volontiers sur un retour en grâce du nucléaire dans quelques décennies (que je ne verrai pas).

        Répondre
  • par Schroeder Philippe

    Boeing n!est même plus capable de faire voler ses avions en sécurité, on croit rêver

    Répondre
  • 2025 c’est un peu loin, en tout cas lorsque que l’on suit de très près ce genre d’actualité il est très décevant de voir qu’au moment où vous prêt à franchir le pas pour acheter une voiture volante, vous apprenez que le constructeur US à vendu son entreprise aux chinois et qu’à partir de là vous n’avez plus de correspondance…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.