Accueil » Nouvel accident d’un Icon A5

Nouvel accident d’un Icon A5

Un Icon A5 s'est écrasé dans le golfe du Mexique le 7 novembre 2017, tuant son pilote et unique occupant, le joueur de baseball américain Roy Halladay. Le Light Sport Aircraft (LSA), premier d'une série améliorée par Icon, a été livré il y a moins d'un mois.

8.11.2017

L'avionneur aurait construit 25 Icon A5, qui totalisent plus de 4.000 heures de vol. Toujours selon les chiffres d'Icon, l'A5 aurait reçu 1.800 commandes © Icon

Nouveau revers pour l’Icon A5 dont deux exemplaires se sont crashés cette année à six mois d’intervalle, faisant trois morts. Roy Halladay, qui adorait son A5 au point de lui consacrer une bonne partie de ses messages sur Twitter, s’est tué le 7 novembre 2017 à bord de son amphibie Model Year 2018 (MY18). L’appareil, premier d’une série spéciale réservée aux « fondateurs, » améliorée par Icon, avait été livré à son acquéreur en octobre dernier.

La cause de l’accident est encore inconnue et le NTSB (National Transportation Safety Board) a débuté l’enquête. L’appareil s’est écrasé dans la mer, à près de 500 mètres de la côte de Ben Pilot Point, en Floride. C’est un témoin qui a donné l’alerte aux services d’urgence. L’ATC de Tampa n’aurait reçu aucun message d’urgence provenant de l’appareil.

Le 8 mai dernier, un A5 s’était crashé, tuant deux membres de l’équipe d’Icon, dont son pilote d’essai. Le NTSB avait alors conclu à la perte de contrôle à basse altitude alors que l’appareil était entré dans un canyon.

F.M.

Icon Aircraft débute la livraison de son A5 modifié

Le chef pilote d’Icon se tue dans le crash d’un amphibie A5

13 commentaires

  • patrouille
    Adam Shaw

    Aucun doute que ce fut ‘pilot error’… meme dans le cas du pilote d’essai (ex Scaled composites, donc gros niveau…), mais pourquoi? Par exces de confiance crée par la facilitée, tant vantée, de piloter un jouet — « a piece of weekend recreational gear » — supposé être a la fois docile et performant. Les lois de la physique/aerodynamique supportent mal le foutage de gueule ou une erreur ‘de bleu’ meme faite par un pilote d’essai. « Rolled out in 2014, the A5 is an amphibious aircraft meant to be treated like an ATV, a piece of weekend recreational gear with folding wings that can easily be towed on a trailer to a lake where it can take off from the water.“ The way that a lot of people described it is a Jet Ski with wings,” Stephen Pope, editor-in-chief of Flying magazine, told the Associated Press on Tuesday. “It’s really a plaything. » Pope said “the plane itself is great,” but he had concerns about Halladay, a new pilot with little flying time, taking the craft out over water at low altitude, though the plane was marketed as a craft that could do t t. “They still think that that’s the way the airplane should be flown, and there are people in aviation who completely disagree with that,” Pope said. “They think you should not have a low-time pilot flying low over water. That’s a recipe for disaster.”Low flying was part of the problem when Karkow, the designer, crashed, according to federal investigators. Karkow was killed along with passenger Cagri Sever, the company’s newly hired director of engineering. » http://nypost.com/…/plane-involved-in-fatal-halladay…/

  • Adam Shaw

    Resultat direct de publicité a vérité variable comme celle pour certains ULMs (VL3 et FK 12, parmis d’autres) en Europe. Une video montre ce joueur de professionnel debaseball (sans grande expérience aéro) faisant des oreilles a tres basse altitude… juste avant de se tuer. htm http://www.tmz.com/…/roy-halladay-plane-crash-video…/ Parenthese: ayant tvaaillé pour Jim Bede sur le projet du BD 10 a St Louis, MO, je confirme que les problèmes financiers (magouilles diverses, inclus essai de IPO organisé avec Bear Stearns de Wall Street ( https://en.wikipedia.org/wiki/Bear_Stearns) on laissé beaucoup de monde (employés en premier) sur le carreau, et contribué (design + construction faite trop vite et sans essais en soufflerie…) a la mort d’un ami (ex USAF en F-4) quand, lors d’un essai en vol, le double empennage du proto a été sujet au « flutter. » Rapport du NTSB: http://www.bd5.com/bd10crash

    • Guynemer13

      Des témoins du crash indiquent que le Doc performait des virages serrés, des montées et des descentes à fortes pentes, le tout à très basse altitude. Il est probable que ce genre de « prouesses » réalisées sans marge de sécurité soit à l’origine du crash. Le Doc n’était pas un bleu en aviation, par contre peu d’heures sur A5, il n’était pas non plus voltigeur confirmé et encore moins Test Pilot. Il est préférable d’avoir 3 à 5000 ft sous la quille quand on veut s’amuser à faire ce genre de manœuvres !
      Par contre, les manœuvres filmées 2 semaines avant le crash dans les 2 vidéos de TMZ n’ont pas, à mon humble avis, le caractère de dangerosité décrit, outre le fait qu’elles soient réalisées à très basse altitude CQFD !

  • fred

    à « Pierre »,
    le rapport sur l’accident de Marc « Léon » Mathis a été publié par le BEA, après une analyse très sérieuse. Les causes du crash sont clairement identifiées. Il suffit de lire le rapport en ligne sur leur site.
    Merci à tous de faire preuve de réserve à l’annonce d’un crash. Il serait dommage que ce site devienne à l’image d’un autre forum où certains messages sont tout simplement à vomir par les familles des proches.

    • patrouille
      Adam Shaw

      Dans les main d’un aviateur du calibre de Leon, un décrochage symétrique dans une machine saine (ayant des gouvernes de profondeur et de direction correctement proportionnées et non masquées) ne se transforme pas en vrille. Que se soit le BEA ou la NTSB, il était/est trop souvent coutume de charger le, ou les, pilote(s) dcd pour protéger certains intérêts, eux bien vivants.

  • JF Monier

    Il y a eu également un troisième crash, heureusement sans faire de victime.
    C’était au printemps 2017 à Miami :
    https://www.flyingmag.com/icon-a5-damaged-in-hard-landing

  • Pierre

    Pour le moment c’est la faute à personne sauf au chef pilote d’essais qui ne devait probablement pas savoir tenir un manche puisque dans le rapport ce n’est pas la faute à l’appareil.
    Il faut dire aussi que c’est Krakow lui même qui a effectué tous les essais en vols ainsi que la mise au point de l’appareil, donc il ne connaissait qu’à peine la machine…
    De nombreux brevets sont d’ailleurs à son actif concernant l’oiseau.
    Encore une ou deux catastrophes de ce genre et l’ami Kirk va finir au frais comme James BEDE en son temps, pour ses 10 prochaines années, car avec 1800 commandes non honnorées ça va faire du grabuge. Et ça c’est pas du cinéma à la Kirk…Douglas.
    cqfd

    • Jean-Mi

      C’est pas joli-joli cette attaque de… qui au fait ? le NTSB ? Si on relit le déroulé de l’accident tel qu’il est connu, le pilote d’essais de la machine en fait la démo au nouveau commercial de la boite et ils font joujou avec l’avion sur un lac puis s’engagent par erreur dans un canyon trop étroit pour y faire demi-tour… Mais comme ils ne peuvent pas sortir par le haut ils doivent quand même tenter le demi-tour qui ne passe pas et se plantent dans la paroi du canyon. Alors oui, l’avion n’y est pour rien, mais le pilote d’essais connaissant sa machine par cœur s’est quand même mis tout seul dans la merde. Ca me rappelle notre champion du monde de voltige qui s’est planté avec sa famille par excès de confiance, dans du mauvais temps, de nuit, pour une simple erreur d’estimation de sa vitesse sol… Ce qu’on appelle un accident. Faut analyser, Pierre, avant de d’attaquer bille en tête !

  • Hans trax

    Roy halladay, non ?

  • Gabriel

    Bonjour,
    Sinon que dise le rapport d’enquête sur les causes réelles de l’accident ?
    Gabriel

    • Fabrice Morlon
      Fabrice Morlon

      Bonjour Gabriel,
      L’enquête du NTSB sur le crash du 7 novembre vient de débuter. Pour le moment, pas de communications émanant de l’organisme sur le sujet. Le rapport d’analyse du crash du 8 mai 2017 est en revanche disponible sur le site de l’agence :
      https://ntsb.gov/_layouts/ntsb.aviation/brief.aspx?ev_id=20170508X45426&key=1

      • Pierre

        Ces évenements me rappellent au bon souvenir de Léon Mathis, tragique accident dans des conditions pas encore élucidées. A l’heure actuelle pas plus de nouvelles concernant les causes du crash.
        La suite des événements pour Kirk pourraient peu être ressembler à ce qui suit :
        Appareils cloués au sol et « production au compte goutte » stoppés jusqu’à nouvel ordre cause investigations.
        Les investisseurs dont les sous sont coincés dans la tirelire ICON, se demanderont si leurs placements furent judicieux.
        Nuls doutes que la machine marketing de Kirk est remarquablement efficace (comme celle de BEDE en 1970) et qu’elle a grandement participée au financement de la mise au point / développement du prototype puis du début d’industrialisation de l’amphibie.
        Mais quelques grains de sables et lièvres levés (si il y a) pourraient sérieusement compromettre l’avenir du poussin si les causes de ses 2 crashs ne sont pas élucidés rapidement.
        1800 machines au rythme de 200 machines par an = 1 jour et demi pour produire un avion, même Tecnam ne sait pas faire cela.
        En d’autres termes, en passant commande aujourd’hui, votre A5 sera livré en 2028 au mieux et si tout se passe bien.
        Mieux vaut acheter une A5 chez Audi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.