Accueil » Red Aircraft motorise le projet russe de Pro-Avia

Red Aircraft motorise le projet russe de Pro-Avia

La société russe Pro-Avia a retenu le moteur Red A03 de l’allemand Red Aircraft pour équiper son bimoteur léger (passagers ou fret) en cours d’étude.

3.07.2020

Le projet de bimoteur utilitaire russe de Pro Avia. © Pro-Avia

Le Red A03 est un moteur à pistons certifié, tout en aluminium, à 12 cylindres en configuration en V dont les deux séries de six cylindres disposées à 80° l’une de l’autre peuvent fonctionner indépendamment. Il offre une puissance de 500 ch et fonctionne au Jet-A1 (kérosène).

Ce moteur a été choisi par le russe Pro-Avia qui s’est lancé dans le développement d’un bimoteur léger de 9 à 14 places dont la cabine a été conçue pour accueillir des containers aéronautiques standards LD3-46.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

9 commentaires

  • ddechamp71

    Je ne comprends pas bien l’intérêt de moteurs à pistons, même modernes (dont la fiabilité n’a autant que je sache pas encore été démontrée ), par rapport à un turboprop, par exemple l’universelle turbine P&W PT6 dont la version -11AG donne précisément 500 ch. Je serais curieux de connaître ne serait-ce que les bilans de poids respectifs ainsi que la conso spécifique comparée des deux types de motorisation.
    Pour le reste, une petite machine rustique se positionnant entre le BN2 Islander et le DHC-6 Twin-Otter, qui devrait trouver son marché.

    DC

    • Jean-Mi

      L’intérêt d’un moteur à piston est sa simplicité mécanique, permettant des interventions mécaniques de dépannage éventuellement lourdes même au fond de la brousse avec très peu d’outil et sans atelier. Et avec n’importe quel mécano un peu sérieux mais pas ingénieur.
      Une PT6 c’est fiable et archi connu. Mais si une aube dans la partie chaude du moteur est abimée, c’est foutu, l’avion est au sol. Il faudra un atelier laboratoire pour ouvrir le moteur et réparer, ou plutôt changer. Une PT6, vous ne la laissez pas au fond d’un hangar sans tourner pendant 3 semaines sans une révision avant de voler.
      Un moteur à piston, c’est des grosses pièces rustiques, et peu nombreuses, et même bricolables… Et ça, au fond de la brousse, c’est irremplaçable.

      • JYP Air

        « Au fond de la brousse »? A mince, je n’y avais pas pensé

      • Jean-Mi

        Le fond de la brousse c’est parfois tout simplement un petit terrain un peu retiré des grands axes genre au fond de la sologne ou du gers, loin d’un atelier agréé, ou votre avion est tombé en panne lors d’une mission de travail aérien local. Et ou la seule façon de dépanner sera pour un mécano de venir en voiture avec seulement sa caisse à outil, et il devra travailler « sur place ».

    • Raphael SALGUEIRO
      Raphou

      Voir commentaire de Fbs, ci dessous.

  • delmondo patrico

    C est avion léger (trés beau et fluide) devrait faire un carton pour la rapidité des interliaisons transversales , les moteurs seront fiables assûrement mais peut étre un peu gourmands ? Mais en Russie les carburants coulent aux Derricks. Attendons de le voir voler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.