Accueil » Vinci Airports récupère l’aéroport d’Annecy

Vinci Airports récupère l’aéroport d’Annecy

Vinci Airports promet un programme d’investissement ambitieux pour accompagner au mieux l’aviation d’affaires et de loisirs, et accroître la qualité de services sur l'aéroport d'Annecy. © G. Vellut / Vinci Airports

Le département de la Haute-Savoie confie la gestion de l’aéroport Annecy Mont-Blanc à Vinci Airports qui devient ainsi concessionnaire pour une durée de 15 ans à compter du 1er janvier 2022. Outre la gestion, il sera chargé de l’exploitation, de la promotion et du développement de l’aéroport.

Vinci Airports continue d’étendre son réseau aéroportuaire en Auvergne-Rhône-Alpes. Annecy rejoint son portefeuille qui comptait déjà Lyon-Saint Exupéry, Lyon Bron, Chambéry Savoie Mont-Blanc, Grenoble Alpes Isère et Clermont-Ferrand Auvergne. L’ensemble du personnel actuel de l’aéroport haut-savoyard intégrera la société dédiée à la concession de l’aéroport Annecy Mont-Blanc, société détenue à 100 % par Vinci Airports.

Le futur concessionnaire annonce qu’il « accompagnera le développement de l’aviation d’affaires et de loisirs à l’aéroport Annecy Mont-Blanc au moyen d’un plan d’investissements de 10 millions d’euros, cofinancé...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par JaimePôLesBaobabs

    vous savez les concessions ça vient et ça part… par exemple quand on prend Lyon avec « normalement » un maintient de l’emploi (bien sûr avant pandémie) et qu’en même pas 3 ans (avant pandémie donc) une centaine de personnels se sont « envolés » comme un contrat de concession emporté par le vent… donc oui, les concessions ça vient et ça part. Je passe sur les élus dans le collimateur de tracfin ou d’un autre truc du genre. C’est pas joli joli tout ça et faudra pas compter sur un dédommagement au contraire faudra rendre toute la trésorerie antérieure à la pandémie et rembourser les chômages partiels qui sont déjà sans doute dans les poches des actionnaires. Oui vraiment pas joli joli tout ça…

    Répondre
  • Les ulm seront-ils toujours acceptés à Annecy? Il me semble que ce n’est plus le cas à Chambéry….

    Répondre
  • L’attribution sera t elle une nouvelle fois annulée par le T.A de Grenoble comme les fois précédentes ou est elle définitive ?

    Répondre
  • Bonne nouvelle, qui va permettre une gestion organisée, cohérente et concertée entre les trois grands aéroports alpins (Annecy, Chambéry, Grenoble, Lyon) qui sont quatre comme nos Mousquetaires favoris!
    Pour le meilleur intérêt de toutes nos vallées et de nos stations de ski ou de montagne d’été, de l’Oisans au Mont Blanc.

    Répondre
    • Pas sûr qu’une situation de monopole soit une bonne chose pour les utilisateurs….la flambée du coût des taxes s’organise, pour faire fuite l’aviation générale au profit des jets

      Répondre
    • par Pilotaillon, dubitatif

      … sans être malheureusement un peu décevant, si je me réfère à l’ambiance des plus détestable au sein des intermittents « du pauvre spectacle de Chambé’ Voglans ».
      (retour d’un proche qui a fait parti du contingent il y a quelques années).
      On voit toujours les vieux bus des services urbains réformés qui vous accueillent l’été, toute rouilles dehors, devant les hangars de l’Aéroclub de Savoie, des enrouleurs de sangle pour canaliser les pax délabrés, voire carrément cassés, que personne ne sait ni souder ni peindre (images de spotters), des agents de « maitrise » dépassés et colériques, des saisonniers qui acceptent des contrat de 2 jours renouvelables plutôt que d’être véritablement formés, fidélisés.
      En tant que pax, j’ai adoré l’arrivée sous la pluie en bus d’époque, puis sous des toiles de tentes ouvertes et que les accompagnateurs trempés vous confient être obligés de rester debout la journée entière, selon les ordres de militaires en manque de contingent.
      La liste des délicatesses semble longue… avant d’atteindre Courchevel ou Val d’Isère. Il suffit de lire les témoignages sur Fb.
      On semble vivre loin du monde, dans cette vallée « reculée ».
      Espérons que le personnel permanent se soit formé au respect depuis !
      Qu’importe ! A Annecy, on se bouscule davantage côté ville, sur les plages ou rue Sainte Claire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.