Accueil » Appel au public pour la numérisation 3D du Concorde « Sierra Delta »

Appel au public pour la numérisation 3D du Concorde « Sierra Delta »

Le musée national de l’Air et de l’Espace lance une campagne de mécénat participatif pour un projet inédit : la numérisation intégrale en 3D du Concorde « Sierra Delta ». Les images seront intégrées à une table tactile qui permettra aux visiteurs de découvrir l’histoire et le fonctionnement de cet avion légendaire.

11.11.2020

© Musée de l'Air et de l'Espace / Vincent Pandellé

Le musée de l’Air et de l’Espace se donne jusqu’au 4 décembre 2020 pour réunir 10.000 € afin de se donner les moyens d’installer dans le Hall Concorde, une table tactile dédiée au Concorde « Sierra Delta« . Pour ce faire, il s’agit d’abord de scanner le supersonique. Plus de 10.000 images de l’avion devront être prises afin de pouvoir le recréer 3 dimensions. C’est ainsi que près de 300 m2 de surface seront visibles pour le public dont des parties de l’appareil généralement non accessibles.

L’objectif est d’associer ce scan très précis de l’appareil (réalisé par Summum 3D) à des données scientifiques. Le tout sera installé dans une table tactile interactive au pied du Concorde Sierra Delta pour une nouvelle expérience immersive. Au final, des séquences animées informeront les visiteurs de la chronologie du projet, mais aussi des prouesses techniques du Concorde, de ses vols effectués et ils pourront également admirer son design unique sous tous les angles : ses ailes delta, son nez long et pointu, ses courbes…

La campagne de mécénat participatif est conduite avec la plateforme spécialisée Dartagnans. Les dons peuvent être effectués jusqu’au 4 décembre 2020 Le musée de l’Air et de l’Espace espère pourvoir inaugurer cette animation début 2021.

Concorde Sierra Delta du musée de l’Air et de l’Espace

Concorde Sierra Delta exposé au musée de l’Air et de l’Espace avec le prototype 001. © Musée de l’Air et de l’Espace / Vincent Pandellé

Le Concorde 213 F-BTSD est l’un des appareils les plus emblématiques des collections du musée de l’Air et de l’Espace. 17 ans après la fin du programme Concorde, le « Sierra Delta » est devenu mythique dans l’histoire de l’aviation. Il s’agit de l’un des derniers à avoir volé sous les couleurs d’Air France. Moins lourd que d’autres Concorde, ce modèle d’avion de ligne s’illustre en établissant successivement le record de vitesse commercial en 1992 puis en 1995 lors de ses tours du monde.
Remis au musée de l’Air et de l’Espace le 14 juin 2003, ce joyau de technologie est aujourd’hui exposé dans le Hall Concorde, où il est ouvert à la visite.

Vue panoramique dans le hall Concorde : Concorde 213 F-BTSD et prototype 001 F-WTSS. © Musée de l’Air et de l’Espace / Xavier Derégel

Véritable rencontre entre ingénierie et design, le Concorde est une pièce exceptionnelle qui fascine encore aujourd’hui ! Son statut d’icône du design et d’excellence à la française démontre à quel point le programme Concorde est entré dans l’histoire grâce à son esprit visionnaire et innovant.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • stanloc

    Messieurs les critiques, vous retardez d’une époque. Aujourd’hui tous les musées proposent ce genre de gadget. Il faut vivre avec son temps. Et voyez les visiteurs/spectateurs de tout poil ne regardent plus le spectacle autrement qu’à travers leur iphone dressé au dessus de leur tête. Ils sont addictent à leurs écrans. Et puis c’est moins fatigant de faire une visite virtuelle sans bouger de place.
    Par les temps qui courent le mécénat des entreprises !!!!!!! Vous ne croyez pas qu’il vaudrait mieux que celles qui financent le Vendée Globe s’occupent de leurs salariés ?

    • Weber gerard

      Dans ce cas, ce n’est même plus la peine de faire des musées, on pourrait tout regarder dans son canapé .
      Ceux d’une autre époque vous salue bien

      • Pilotaillon

        Le musée numérique existe et ça s’appelle Micro-Folies, initié par le Ministère de la Culture, dans la continuité du parc de la Villette.
        Un fond des œuvres d’art les plus marquantes a été réuni, mis au format d’un dispositif maillant le territoire national. Cela donne la possibilité de faire un (pré)visite sur grand écrans très haute définition, des grands sites nationaux avec les commentaires et notes de contextes associées.
        Les académiques ont un accès spécifique, pour préparer des sujets et offrir de l’interactivité aux étudiants de tous ages…
        Les spectateurs sont ainsi sensibilisés pour la visite des sites physiques.
        Suggestion au musé de l’Air et de l’Espace : Je serais ravi que les courbes des aréoplanes qui ont marqué l’histoire, fassent parti de cette bibliothèque, assortis des commentaires éclairés des experts…
        Avec le BIA, nous aurions un dispositif complet pour donner envie (démystifier) aux zados scolarisés de gagner les zairs.
        Et sauver ce qui reste de notre image, pour mieux vivre avec nos voisins dérangés par nos soit disant ‘nuisances’.

  • gweber@laposte.net

    10000€ de mecenat quand on a un budget de l’ordre de 21 millions d’euros!
    Est ce vraiment nécessaire, une fois de plus d’appeler à la passion du public?
    Le ministère de tutelle (celui des armees) ne peut rien faire?
    Pour ne pas rester sur une note critique, pourquoi ne pas se tourner vers AIRBUS, dėpositaire des archives de l’AEROSPATIALE où on doit à coup sûr trouver cette modelisation 3D qui avait dû être faite un moment où un autre.
    En effet dans les années 80, les bureaux d’études n’étaient pas au niveau zéro de la conception assistée par ordinateur!

  • Seb

    Le Musée de l’air n’a pas autre chose à faire que numériser ses appareils. Il y a plein de stock que l’on aimerait voir ou revoir en vrai. Les avions racer Caudron, le MS406, Farman 190 etc… Il peuvent pas faire alterner des appareils tous les 6 mois ou un an et en mettre d’autres ensuite. En plus ça ferait revenir les amateurs plus souvent.

  • stanloc

    « Son statut d’icône du design et d’excellence à la française démontre …….. »
    NON ; excellence franco-anglaise.

    • Seb

      Ils ont tendance à oublier, un peu comme Airbus le symbole de l’aéronautique française. Non c’est européen.

      • Pilotaillon, peace'nd love warrior

        A l’heure des commémorations liées à la vie du Général, il s’agit davantage d’immortaliser le projet lancé par son Président de grande stature visionnaire, qui disposait alors des moyens de la financer.
        C’est aussi le départ d’une grande aventure industrielle dont nous récoltons les fruits encore aujourd’hui.
        Seuls, les Brexiters nous auraient fait un « Royal Hawk Vickers » amélioré avec des prises d’air en plein bord d’attaque et constellées de gadgets (surtout la marche « Harrier »), rehaussés de leurs très Impériales mesures….
        A part la Jag Type E, ou le Spit, il me vient à l’esprit assez peu d’exemples de design Made In England qui traverse le temps en fascinant autant que le Concorde.
        Pendant que l’on numérise cette œuvre magistrale, je préfère que les sujets de sa majesté continuent à pousser leurs Rock Star, qui nous font rêver par leurs extravagances, ou qu’ils produisent des sous ensembles dessinés ailleurs pour être dans une esthétique qui rassemble au delà du GB Royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.