Accueil » Happy Birthday ATR !

Happy Birthday ATR !

Pour ses 35 ans, le constructeur ATR a confié au journaliste aéronautique Michel Polacco la mission de retracer son histoire et de mettre en lumière les qualités indéniables de son produit emblématique qu’est le biturbopropulseur ATR42/72.

13.05.2017

Depuis sa création en 1981, ATR a vendu plus de 1.500 appareils à quelque 200 compagnies aériennes réparties dans près de 100 pays. © ATR

Michel Polacco réunissait toutes les qualités pour éviter le piège du livre hagiographique et donner du corps à un ouvrage à la gloire d’une réussite industrielle. L’auteur maîtrise son sujet. Dans ses fonctions de journaliste, il a suivi jusqu’à aujourd’hui tous les développements depuis la présentation de la première maquette de l’avion, au salon du Bourget 1981, jusqu’aux dernières évolutions technologiques et les plus récents contrats. Son texte d’une remarquable densité est émaillé d’anecdotes qui sentent le vécu. Polacco est...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

3 commentaires

  • precesseur

    En tant que riverain d’Orly (mais cependant ingénieur ENSICA) c’est non seulement l’avion que j’aime, mais on l’aura deviné..son silence. Ah pourquoi tous les vols domestiques ne se font-ils en ATR?

  • Polacco Michel

    Je suis très touché par ce fort aimable commentaire, ou cette sympathique « critique » de lecture. C’est vrai que j’aime ces avions et que lorsque Privat a répondu à l’appel d’offre d’ATR, j’ai accepté avec joie et enthousiasme la proposition de l’éditeur. Et les collaborateurs de l’entreprise ATR ont vraiment joué le jeu. Aucun sujet n’a été occulté. ce fut un plaisir à faire. MP.

  • Pierre ESCLAFIT

    Génial cet avion qui permet de transporter quelques clients de la brousse malgache vers la ville.
    Les pilotes semblent s’amuser dans leur travail quotidien et c’est très rassurant.
    C’est un peu l’ancienne philosophie qui permettait d’être dans un avion (Super Constellation) sans pour cela être obligé d’avoir un quantité de passagers qui donne l’impression d’être au milieu d’une bétaillère, comme hélas avec des avions désormais à 200 ou 300 personnes pour les vols long courrier. Et comme on ne choisit pas ses voisins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.