Accueil » Il faut sauver le phare aéronautique de Baziège

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Il faut sauver le phare aéronautique de Baziège

Dans les années 30, le phare aéronautique de Baziège (Haute-Garonne) guidait le pilotes lors de leurs vols de nuit dans le sud-ouest de la France, au départ et à destination de Toulouse-Montaudran. Cette relique du passé des débuts de l’aéronautique civile menace de s’effondrer.

26.10.2019

Le phare aéronautique de Baziège témoin des débuts de l'aviation commerciale. © Amicale Envol des Pionniers

Le phare aéronautique de Baziège, situé au sud-est de Toulouse, est l’une des rares traces du réseau de phares implanté sur le territoire français pour guider les premiers vols commerciaux, pendant l’entre-deux-guerres. Il est le seul classé « Monuments Historiques ». Gérard Hardy de l’Amicale Envol des Pionniers, rappelle que ce phare était « le premier maillon d’une chaîne lumineuse qui guidait les pilotes au départ de Montaudran vers la Méditerranée, ou bien dans l’autre sens, le dernier repère avant de retrouver la terre ferme de Montaudran. Combien de pilotes ont scruté la nuit ou les profondeurs de la brume pour se diriger vers cette lueur salvatrice. »

Le phare aéronautique de Baziège. © AEP

Le phare aéronautique de Baziège. © AEP

 

La valeur historique de ce phare est forte, mais aujourd’hui cette construction en béton menace de s’effondrer. Comme le souligne Gérard Hardy, « paradoxalement, c’est ce classement qui est la cause de sa décrépitude ! » On ne rafistole pas un « Monument Historique ». Seules les entreprises agréées peuvent intervenir. L’association se met donc en chasse de spécialistes qui, en partant du dossier technique et de l’état actuel du phare, pourraient proposer des solutions de réparation et de protection.

Les phares aéronautiques

Il est donc nécessaire, au préalable, de réaliser, d’une part le dossier historique de ce phare, d’autre part un dossier technique.  « Ces phares étaient fabriqués par Forclum, et nous recherchons les éléments techniques de fabrication (plans, notices, tous documents techniques, archives) concernant ces phares en béton armé, ou des ouvrages similaires techniquement. » Ensuite, il s’agira de trouver des entreprises capables de soumettre un devis de ce type d’intervention et éventuellement réaliser des travaux de sauvegarde. Et bien évidemment, en parallèle, il faut réunir des fonds.

Contact de Gérard Hardy

9 commentaires

  • Seb

    Pourquoi ne pas le démonter et le mettre dans un Musée aéronautique Toulousain?

  • Bishop

    C’est bien la France de classer du béton armé, monument historique… Ou comment payé 10x le prix d’un poteau en béton. Si l’objet est intéressant de par sa fonction, sa réalisation n’a que peu d’intérêt. Pendant ce temps là des chef d’oeuvre de notre patrimoine se dégradent faute d’entretien

    • Serge Maury

      Bonjour
      N’oubliez surtout pas que ce « poteau en béton » a sauvé plusieurs équipages de l’aéropostale,et qu’à ce titre on se doit conserver au patrimoine de notre aviation et se souvenir des sacrifices de pilotes tels que guillaumet,mermoz, et tant d’autres.
      Cordialement.
      S.maury

      • CB

        Pour autant que son histoire soit noble cela vaut-il vraiment le coup de gaspiller l’argent du contribuable (oui vu le cadre qui semble impose c’est du gaspillage), plutôt que de l’investir dans le futur de l’aviation, soutenir des aéroclubs qui en auraient bien besoin, … Ne nous égarons pas à vouloir sauver les vestiges au prix d’en devenir nous-mêmes …

      • Jean-Mi

        @CB : le sage à dit : « Si tu veux savoir où tu vas, n’oublie pas d’où tu viens ».

    • Seb

      La France est la honte du patrimoine aéronautique mondiale. Elle a la plus belle histoire, le plus beau palmarès moderne et une des plus belles industrie du secteur, et il n’y a rien à la hauteur de tout cela. Le Musée de l’Air fait pitié, les associations qui font ce qu’elles peuvent ne sont pas soutenu, on ferraille à tout va et a entendre ce discours on n’est pas près d’y arriver. Ça coute de l’argent, mais des musées de tableaux ça n’en coute pas? On fait des grands projets autour d’œuvres réalisées par un seul artiste et on porte très peu d’estime aux réalisations collectives (patrimoine industriel).

  • sabalo pierre

    un pilote me racontait qu’il y avait à toulouse deux châteaux d’eau ronds qu’il fallait aligner, à l’entrée de biarritz parme, il y avait une cheminée d’usine de 30m, elle fut dynamitée en 80, le 1er vol de Air Inter rate la piste et crie « où est passée la cheminée ? » à la tour qui ne comprenait rien !!

    • stanloc

      Il m’a été donné de voir une carte VFR OACI des années 60 qui portait l’emplacement des phares maritimes avec leur code et c’est ainsi que je me rappelle qu’au sommet de la Tour Eiffel il y a eu un phare identique donc à destination des avions.

  • Catherine Bouroullec
    Catherine Bouroullec

    Je suis originaire de cette région, berceau historique et toujours actif de l’aéronautique mondiale. Si une cagnotte se crée pour le phare de Bazièges, je participerai. Tenez-nous au courant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.