Accueil » Le Flamant et ses dérivés

Le Flamant et ses dérivés

MD312 Flamant en vol. © Dassault Aviation

Encore une monographie très complète – on pourrait même dire sans crainte de se tromper, exhaustive – dont l'éditeur Lela-Presse a le secret. Elle est cette fois consacrée à un avion pas vraiment extraordinaire mais qui a pourtant toute sa place dans l'histoire des ailes françaises parce que premier succès d'un nouvel avionneur au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Dassault, et parce que ce bimoteur a connu une longue carrière dans l'armée de l'Air et de la Marine.

À chaque fois que j’évoque un ouvrage de cet éditeur, désormais le seul à publier en langue française d’impressionnantes monographies sur des sujets (en particulier des aéronefs) tricolores (mais pas que), je ne peux que lui rendre hommage pour cette démarche courageuse et si importante pour notre mémoire aéronautique… Tous ces livres, et celui-ci n’échappe pas à la règle, sont le fruit d’un travail de recherche documentaire et iconographique de leurs auteurs qui suscite l’admiration, tant l’ensemble constitue une impressionnante...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Que de souvenirs pour moi, qui ai vu pendant toute ma jeunesse ces appareils survoler la cité berruyère lors de vols d’entrainement entre la base-école d’Avord et Bourges. Il me semble encore entendre leur bruit bien particulier, notamment quand ils survolaient mon lycée, assez proche des pistes de l’aéroport.

    Répondre
  • par LUCIEN ROBINEAU

    Et c’est le seul de toute la famille qu’on appelait : « Le Dassault ». Quel beau titre de noblesse !

    Répondre
  • par Bout de ficelle

    Vieux souvenirs de Rochefort lorsque les points fixes Pistons se faisaient sur 312/315 et les Pts fixes réacteurs sur B2, mais toujours le même engouement lors des renouvellements de CDN de la flotte d’Alençon maintenue admirablement en état de vol grâce à la foi inébranlable de père et fils ODOLANT.
    Serge

    Répondre
  • par Jean-Luc soullier

    Je vais l’acheter de ce pas!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.