Accueil » Nuisances sonores aéroportuaires

Nuisances sonores aéroportuaires

Les éditions Cépaduès proposent une nouvelle édition revue et augmentée du livre « Silence on vole » cosigné par trois chercheurs belges. Elle s’adresse d’abord aux professionnels du transport aérien. Les usagers des plates-formes d’aviation générale auraient intérêt à le feuilleter aussi.

12.09.2019

"Silence on vole !" : un livre pour élever le débat sur les nuisances sonores aéroportuaires. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le bruit ! Sujet sensible qui oppose les usagers des plates-formes aéronautiques aux riverains. Dialogue de sourds jusqu’au moment où les parties-prenantes acceptent de se retrouver autour d’une même table pour faire valoir leurs arguments, au-delà des invectives d’usage et au classique et un peu court « on-était-là-avant-eux ». Les grands aéroports consacrent des budgets importants pour être à l’écoute de leurs riverains et apporter des solutions pour réduire l’impact des nuisances sonores. En France, en ce qui concerne les 10 plus grands aéroports, l’Etat arbitre à travers l’ACNUSA (Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires) et surtout une réglementation en continuelle évolution.  C’est une nécessité pour pouvoir continuer à se développer. Avec le temps, le dialogue s’installe, il est constructif et les associations de riverains deviennent force de proposition. Sur les aérodromes d’aviation générale, la situation est différente et les relations peuvent être beaucoup plus tendues et les conséquences plus radicales pour les usagers avec, par exemple, l’instauration de plages horaires interdisant les tours de piste, voire tout mouvement. Ce ne sont que des exceptions, mais cela existe. La déclinaison de chartes environnementales peut être une solution d’apaisement des relations entre usagers et riverains. Elles sont un lieu d’échange.

Nuisances sonores aéroportuaires. Silence on vole ! Par Jean-Louis Migeot, Jean-Christophe Kraemer et Jean-Pierre Coyette. Editions Cépaduès. 250 pages. 25€. I.S.B.N. : 9782364937239

L’ouvrage « Nuisance sonores aéroportuaires » que réédite Cépaduès a l’avantage de proposer un tour d’horizon du sujet. Il peut être un outil utile pour nouer le dialogue en s’appuyant plus sur des faits que sur les aprioris. Il n’en demeure pas moins que le bruit est d’abord une nuisance ressentie. Cette subjectivité liée à la perception du bruit est à prendre en compte pour tenter de comprendre le point de vue de l’autre, à défaut de ses revendications. Ce manuel apporte des éléments factuels. G.R.

 

 

Commander le livre silence on vole !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.