Accueil » La Grèce, quatrième client export du Rafale

La Grèce, quatrième client export du Rafale

Afin de disposer rapidement de ses premiers Rafale, la Grèce pourrait panacher sa commande entre avions neufs et d'occasion. © A. Pecchi / Dassault Aviation

La Grèce a annoncé le 12 septembre 2020, son intention d’acquérir 18 Rafale pour équiper son armée de l’air.

La Grèce est un client de longue date de Dassault, mais dans le contexte actuel d’extrême tension entre la Grèce et la Turquie, cette intention d’achat revêt plus que jamais une dimension politique. Elle porte sur 18 Rafale, sans qu’il soit précisé la répartition entre monoplaces et biplaces. Ni entre avions neufs et d’occasion. Depuis que l’information sur la volonté de la Grèce de s’équiper en Rafale circule, la presse grecque avançait l’éventualité qu’une partie de la commande puisse porter...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Dassault adopte maintenant la formule de vente au rabais d’Airbus: BOGO Buy One, Get One Free.

    Répondre
    • Qu’est-ce qu’on peut entendre par vente au rabais ?
      La machine est sur étagère et les concurrents ne manquent pas…
      Faut pas être candide, quelque soit la valeur du bien, l’achat reste une négociation qui tient compte de l’ensemble des besoins des acteurs, directement ou indirectement liés au marché.
      A l’évidence, nous sommes dans un contexte géostratégique chaud, à beaucoup d’égards.

      Répondre
      • Dans les faits, la « vente » d’armement est le côté matériel de ce que d’aucuns nomment « diplomatie » !
        On ne « vend » qu’aux amis puisque vendre aux ennemis serait aller à l’encontre de ses intérêts bien compris…et qui peut se permettre de garder des « amis » en vendant plutôt qu’en donnant ?
        Et un tel don recèle au final un échange qu’il est bien difficile de valoriser !

        Est ce que la Crête n’entre pas dans l’échange entre la France et la Grèce pouvant suppléer notre besoin d’un second porte avions pour jouir de la Mare Nostrum ?

        Répondre
    • @Philippe

      BOGOF ?

      Un effet qui tombe à plat !

      Répondre
  • A ce niveau, ce qui est judicieux c’est l’autonomie et l’autonomie c’est d’avoir l’instrument du Père Fouettard !

    Répondre
  • Cette annonce, dans un contexte où les Etats membres de l’UE ont du mal à parler d’une seule voix, où un leadership manque cruellement, et ou l’OTAN est incapable d’occuper l’espace, illustre la pertinence d’une BITD française autonome. Les tensions entre la Grèce et la Turquie ont montré que lorsque l’UE n’est pas capable de parler d’une seule voix, la France peut agir en toute autonomie.
    La flotte de Mirage 2000 est en partie assez récente (dernières livraisons en 2007), donc on peut imaginer sans peine une seconde commande de Rafale plus tard.
    L’action du gouvernement français sur cette affaire en mer Egée est judicieuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(34) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.