Accueil » Le remplaçant du Charles de Gaulle sera nucléaire

Le remplaçant du Charles de Gaulle sera nucléaire

En déplacement chez Framatome au Creusot, le président Macron a officialisé une information qui n’était plus qu’un secret de polichinelle : le futur porte-avions français aura une propulsion nucléaire, comme l’actuel Charles de Gaulle. 

9.12.2020

En visite sur le site de Framatome au Creusot, Emmanuel Macron officialise le choix de la propulsion du futur porte-avions français. Sur le pont d’envol de la maquette, les Rafale cohabitent avec des « New Generation Fighter » reprenant les formes de la maquette de science fiction présentée au dernier salon du Bourget. © Framatome

La décision est logique si l’on veut bien considérer que le maintien d’une filière de propulsion nucléaire est essentiel pour la France et son « autonomie stratégique ». Le futur porte-avions sera également équipé du système de catapulte électromagnétique en développement aux Etats-Unis. La France fait le pari que cette technologie, qui a connu bien des déboires en cours de mise au point, sera mature quand il s’agira de l’installer sur son propre navire.

[caption id="attachment_7861749" align="aligncenter" width="1000"]

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

18 commentaires

  • Norbert von Olleschik

    Surprenant que le porte avion soit prévu que pour 2038.
    Compte tenu de la dérive autoritaire des USA, l’Europe doit se soustraire du dictat américain et bâtir plus rapidement une défense moderne et efficace indépendante.
    L’Europe n’a pas le temps d’attendre 2038.
    D’autre part il me semble utile que ce nouveau bâtiment soit prévu pour le futur avion « Franco/Allemand », remplaçant du Rafale et de l’Eurofighter. La aussi les délais devraient être beaucoup réduits.

  • Tonton Volant

    Nouveau nom = Tchernobyl ou Fukushima, euh non ! Il parait qu’il faut un nom français. Ben … le Flamanville ou Bure !

    • Casimir

      C’est de l’humour ? Vous vouliez un porte avion a chaudière vapeur ? Je comprends même pas que des gens pensent à utiliser une autre forme de propulsion …….mais on est en France et il y a bien une bande de bobo qui va proposer le charbon, le bois où PQ recyclé.

      • JEAN-LUC SOULLIER

        @ Mr Casimir
        C’est une chaudière à vapeur….
        La seule nuance (d’importance je vous l’accorde, mais DP est toujours dans la boucle) c’est le combustible de chauffe et la transmission de mouvement (extraction d’énergie).

  • Christian BRIAND

    Ouf, il ne sera pas propulsé par panneaux solaires et éoliennes, mais çà peut changer d’ici là…

  • Xav520

    Et en annonçant l’achat de ces catapultes avant même toute négociations, et en étant le seul client… comptons sur nos amis étasuniens pour nous faire un prix… d’amis ;-D !

  • Arminius

    Belle ambition, mais comment le financer ? Quand on sait qu’on nous confine parce qu’il n’y a pas assez de sous pour financer des lits en réanimation, on se demande si ce genre de projet n’est pas à des milliers d’années lumières des préoccupations et des besoins des français.

    • Aff le loup

      Financer des lits en réa ? C’est un concept de management qui suppose qu’un lit physique et équipé de tout un ensemble d’appareils sophistiqués est egalement accompagnés d’une équipe soignante…Donc si les choses n’avaient qu’un côté matériel ce ne serait pas en fait un problème…Transposez votre remarque au PANG et à son GA : quel effectif humain faut-il former à jet continu pour avoir un PA (voir deux !) operztionnel à la mer constamment et de pilotes pour son GA même si on va vers vers moins d’engins pilotes in situ il faudra bien avoir des pilotes non volants embarqués qui en connaissent autabt que des pilotes volants embarques pour agir au niveau requis !
      Il y a un ratio entre les gens capables d’un niveau de compétences et la population générale…ce n’est pas qu’une question d’argent c’est aussi une question de capacités humaines (cf. le ratio de CDT de bord capables sur SNLE ou SNA, ou d’astronautes : on ne fait pas des chevaux de course à partir de chevaux de trait…) !

      • Jean Baptiste Berger

        Arminius n’a pas entièrement tort !
        En 1942 les Américains ont réussi à lancer un programme de construction de porte avions qui étaient tous opérationnels moins de deux ans après, équipages formés, avions à bord etc. (Et les premiers étaient déjà dans le Pacifique moins d’un an après).
        Depuis huit mois rien de tel pour soigner les malades du covid, et je ne pense pas que dans seize mois on ait un seul lit de réa. (Avec le personnel dédié) de plus qu’aujourd’hui !
        Dans le même esprit Roosevelt, après Pearl Harbor, aurait se contenter de dire aux Américains : « restez planqués sans sortir de chez vous, les Japonais ne pourront pas bombarder chaque maison… » il a préféré construire des chars, des avions et des porte avions.
        Toute ressemblance avec une situation que nous connaitrions aujourd’hui serait bien-sûr un pur hasard.

    • JmB

      Pas de soucis de ce côté là, nous sommes entrés dans l’ère du « quoi qu’il en coûte »!
      Les vannes sont ouvertes…..

    • Denis

      Dans les années 30 aussi, les français rêvaient aussi de paix quand notre voisin s’armait à tout va…et puis en 40, 6 semaines pour envahir la france tellement elle était performante militairement parlant ! Combien la guerre a-t-elle coûté aux français qui, pourtant, ne l’ont pas faite ?
      Il y en a qui n’ont vraiment pas tout compris !

  • Aff le loup

    http://www.opex360.com/2018/02/20/catapultes-emals-dernier-porte-avions-americain-ne-seraient-fiables/

    A part cet aléa, le PANG a une meilleure probabilité d’exister que son GA…sans compter que son prix n’est pas critique par rapport à celui de son GA basé sur des machins encore à l’état de dessins dans les CAO de Dassault…Ceux qui vivront verront…D’ici là, la Chine approchera de 2049 !

  • bdd13
    bdd13

    Peut être pourrait-on l’utiliser à quai, genre V2G, quand les éoliennes et PV qui resteront ne fourniront pas de courant…?

  • patex

    Avec le temps émergera peut-être un besoin pour un second navire… Si la coopération européenne se développe, il n’y aura que la France pour fédérer ses voisins dans un groupe aéronaval.

    • Aff le loup

      Faut pas rêver…Il reste moins de 30 ans avant l’hégémonie chinoise sur le monde ! En 30 ans on (les pseudo-européens) ne fera pas ce qu’on a pas fait depuis 1945…On (la France) devra céder notre empire maritime faute de savoir le preserver des intérêts de ce qui s’annonce etre une Chine dominatrice dans la sphère pacifique ou nos intérêts sont en voie d’indépendance (Kanakie) et dans la sphère indienne ou on ne pesera pas avec L’Inde et autres fiefs islamisants…Bref, à la limite être présent dans la sphère atlantique et dominateur dans la sphère méditerranéenne avec Italie, Espagne et Grèce comme actuellement…Le monde se redistribue, la projection de puissance se fera sur jet court, nos intérêts bien compris étant l’intégrité métropolitaine…en sorte une grosse Suisse avec un gros lac Leman…

  • stanloc

    Un porte-avions à propulsion nucléaire essentielle pour la France et son « autonomie stratégique » je veux bien mais sur le Clémenceau ce qui nécessitait des ravitaillements fréquents c’était le carburant aviation ensuite le fioul pour la propulsion.

    • François JOST

      Justement, si on a pas de carburant pour le navire, cela dégage de la place pour agrandir les cuves du carburant aviation. La réserve étant plus grande, les ravitaillement sont moins fréquents.

    • PlasticPlane

      Bientôt un Rafale Marine électrique qu’on rechargera direct au c.. de la centrale nucléaire du PA 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.