Accueil » L’USAF développe une combinaison de vol pour femme enceinte

L’USAF développe une combinaison de vol pour femme enceinte

Jusqu'à présent les pilotes de l'USAF enceintes encore opérationnelles devaient revêtir des combinaisons de vol de deux ou trois tailles plus grandes, ce qui était mal commode voire inconfortable. L'USAF tente donc de palier ce problème.

10.10.2020

C''est en 1993 que fut qualifiée la première pilote de chasse sur F-15E. Aujourd'hui, l'Air Force planche sur des combinaisons de vol adaptées en toutes circonstances. © USAF

Depuis septembre 2019 c’est un service de la base de Wright Patterson dans l’Ohio, l’Air Force Life Cycle Management Center Team qui est en charge de concevoir cette nouvelle tenue de vol.

Dans un premier temps il pourrait s’agir de modifier les tenues de vol standard une pièce (27/P) pour les ajuster à la situation.

Dans une seconde phase, il s’agit de concevoir une combinaison de vol spécifique disposant d’un système de réglage évolutif pour suivre les changements de morphologie de la pilote pendant cette période.

Mais l’objectif est bien plus pragmatique qu’on ne l’imagine puisqu’il s’agit de permettre aux femmes qui le souhaitent de travailler, notamment de s’entraîner au simulateur, le plus longtemps qu’il leur est possible avant l’accouchement et ainsi de réduire les besoins de ré-entraînement à leur retour.

En janvier 2020, l’USAF comptait 806 femmes pilotes et 347 navigatrices dans ses rangs.

FrM

 

La première femme pilote de chasse Suisse vole sur F/A 18 Hornet

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • Maspi

    Pardon, mais de ce que j’ai compris de l’article, il s’agit de permettre, le plus longtemps possible, de pratiquer en tenue de vol, le vol en … simulateur !
    Extrait : … souhaitent de travailler, notamment de s’entraîner au simulateur, le plus longtemps qu’il leur est possible avant l’accouchement …
    Il s’agit tout simplement de garder actif les mécanismes du vol. Donc il n’y a point de G qui pourraient nuire au fétus …

  • Caron

    Et si on demandait son avis à pilotjunior non? Où alors il n’est pas (encore) un être humain, en droit d’avoir son avis sur les  »g »qu’il va, obligatoirement, subir et peut-être mettre sa santé, voire sa vie, en danger à très court,moyen ou long terme?
    Et qu’en dit papapilotsenior?

  • Tonton Volant

    Qu’en dira le minot dans son ventre. Aura t’il le mal de l’air ? on ne lui demande pas son avis, à lui !

    • Ça va mieux en lisant l’article, il ne s’agit pas de voler mais de s’entraîner sur simulateur, ou même de se rendre au travail, la tenue de vol étant une tenue de service courant.
      Ceci dit un phoetus n’ayant pas de système digestif fonctionnel, ce n’est pas le mal de l’air qu’il risque (sinon il ne faudrait pas non plus partir en voiture, de peur qu’il ait le mal de la route).

      Le vol sur un avion de chasse est biensur plus compliqué à partir de quelques mois, la pilote ayant un système cardio-vasculaire affaibli par la grossesse.

      Pour ce qui est du vol de transport c’est possible plus tardivelent, comme dans le civil.

  • Stormy
    Stormy

    En France, comme dans tous les pays, militaire comme civil, enceinte = inaptitude médicale. Puis il y a le congé post-maternité, extensible en cas de « couche difficile  » (quel horrible mot administratif) – et cette extension est toujours, systématiquement demandée. On voit tout de suite où est le problème – cela peut passer dans le monde civil, où il n’y a pas de carrière – plus difficilement dans une unité militaire, où la progression professionnelle suit plus ou moins la montée en grade, l’ensemble étant assez dense et laissant peu de temps libre si on veut avoir une carrière normale – sauf si l’on bénéficie d’aménagements contractuels dont on parle pas trop, l’Armée ayant besoin de faire croire à une égalité de traitement et de performance. Le problème devient plus complexe si l’on a plusieurs enfants – au final, on croise des personnes qui atteignent des grades élevés et qui ont été présentes dans l’institution plusieurs années de moins que leurs camarades masculins, ce qui diminue d’autant le risque d’incidents de carrière, vous savez ce avec quoi les classements sont faits…. Par exemple, dans l’aviation, moins vous volez, moins vous risquez d’avoir d’incidents de toutes sortes, ce qui a toujours été bien compris par certains, et chez les hommes aussi d’ailleurs.
    Les femmes dans l’armée – c’est un luxe que se permettent certaines sociétés occidentales, qui de toutes façons n’ont pas de guerres sérieuses à mener. Combien de femmes décédées au combat depuis des années dans les armées françaises ? réponse : zéro. Et sinon il faudrait accepter que l’humanité a eu tort depuis des millénaires.

    • stanloc

      Je trouve cet intervention confuse dans le propos et sans rapport avec le titre : »L’USAF développe une combinaison de vol pour femme enceinte »

  • stanloc

    Il faudrait quand même qu’individuellement ++ ces femmes pilotes de chasse se posent la question fondamentale du rôle de la femme dans la survie de l’espèce , est ce de donner la vie ou de donner la mort. En effet si on adapte leur combinaison à ce stade de leur état c’est qu’on envisage de les envoyer, le cas échéant, tout comme leurs collègues masculins en mission de combat.
    ++ Faute que l’Etat Major de L’USAF ne se la pose.

    • Aff le loup mordant

      Heureusement que vous vous posez de telles questions !
      Ce débat atteint le comble de la bien pensance bisounoursifiante : les femmes ne seraient-elles bonnes qu’à subir les agressions ?

      • stanloc

        Visiblement vous n’êtes pas du genre d’individu qui se pose des questions du genre pourquoi il y a dans la nature des fleurs avec des étamines et des fleurs avec des pistils. Pourquoi elles ne sont pas toutes pareilles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.