Accueil » Rafale : et maintenant l’Indonésie ?

Rafale : et maintenant l’Indonésie ?

Interrogée sur BFM business, la ministre des armées évoque ouvertement la vente de 36 Rafale à l’Indonésie en affirmant que les négociations étaient « très avancées ».

7.12.2020

L’Indonésie 5ème conquête à l’export du Rafale, en attendant le résultat des compétitions en Suisse et en Finlande ? L’avion de Dassault se bâtit patiemment un succès commercial digne du Mirage 2000. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

La ministre a pris bien garde d’utiliser le conditionnel et de ne pas crier victoire, mais il n’empêche : il est rare que l’on vende ainsi la peau de l’ours dans ce genre d’affaire, sauf à vouloir faire passer des messages urbi et orbi… Le Rafale n’est pas le seul en course pour l’équipement de l’Indonésie, mais il bénéficie certainement d’échos très favorables dans la région après sa mise en service réussie en temps et heures en Inde. Les Américains...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

27 commentaires

  • chris

    Bonjour
    Les militaires et ministres indonésiens ont donc bien confirmé les propos de F. Parly et l’intérêt de leur pays pour 36 à 48 Rafale, en même temps qu’un certain nombre de F-15 (6 à 36 suivant les sources). Ce serait un gros succès pour Dassault et notre pays, qui n’y ont jamais placé le moindre nez de Mirage !
    Mais je suis surpris par la temporisation imposée par notre gouvernement, alors qu’il cherche généralement à faire vite sur ce genre de contrat (Inde, Grèce, etc …)
    Espérons notamment qu’il se montrera capable d’un crime de lèse-écolos, et donc de faire des concessions aux indonésiens sur leur huile de palme (c’est essentiel pour eux), comme les russes l’ont fait hier et les américains le feront demain !
    Ou bien nos Oui-Oui défenseurs de la planète (et de la galaxie) réussiront-ils à saboter ce beau contrat (qui devrait aussi concerner d’autres armements de dissuasion face à la Chine) et à saccager encore un peu plus nos rares industries de pointe qui subsistent ?…
    chris

  • Le frisé

    Bonsoir
    Certaines rumeurs circulent depuis la fin de l’été a propos d’un plan de doublement des capacités dans la chaîne de sous-traitants.
    Peut-être le signe que plusieurs dossiers sont sur la table. Et que la supply chain s’organise pour être en mesure de répondre rapidement

    Ces opérations sont toujours très discrètes… à suivre.

    • chris

      Bonjour,
      cela fait des années que Dassault assure qu’il va doubler sa production, et il l’avait déja annoncé avant les commandes du Qatar, et surtout de l’Inde.
      Mais c’est évidemment beaucoup moins risqué pour lui d’utiliser l’armée de l’air comme stock tampon, d’abord pour la fabrication (on décale de 3 ans les commandes françaises pour livrer l’Inde), et maintenant on prend même dans les appareils en dotation dans l’AA pour livrer la Grèce, en attendant peut-etre la Croatie ou d’autres tout heureux de trouver des occases bradées livrées plus vite !
      Ca arrange tout le monde (industriel, gouvernement, client), sauf bien sur la grande muette de l’air, et le contribuable qui paie pour les avions export !
      (mais c’est quand même de l’argent mieux utilisé que tant d’autres gabegies!…)

  • Dan

    Et bien 13 rafale comment le savoir ?

  • Patrick

    j’étais dans l’armée de l’air quand on apprenait au lit bien au lit bien de la Libye à faire décoller des avions de chasse français mais on a oublié de leur apprendre acquérir atterrir. J’espère qu’il n’en sera pas de même pour les Indonésiens que j’adore merci

  • Bruno.

    Que des avions ex Armée de l’Air soient revendus à des clients extérieurs permet à cette même Armée de l’Air de bénéficier en retour d’avion neufs équipés d’une avionique aux critères les plus évolués.

    Bien sûr, il faut veiller à ce que le nombre d’avions disponibles reste au niveau nécessaire.

  • FEUILLOY Robert

    Quel est le but poursuivi par la ministre des Armées en faisant une telle annonce ? On espère que les Indonésiens ont donné leur accord pour une proclamation urbi et orbi.
    Se rappelle-t-on les rodomontades de Sarkosy en 2010 sur le choix quasiment fait par le Brésil pour le Rafale. Finalement ce sera le choix pour 36 Gripen, en décembre 2013 après six années de compétition.

    • chris

      Oui vous avez raison, c’est choquant ! et de plus probablement stupide !
      Car non seulement Parly annonce cette « intention de commande » alors que la moindre des politesses serait de laisser cette initiative à un ministre indonésien, mais en plus elle laisse entendre que le client serait pressé de commander et que les français ont du mal a calmer son impatience !!!
      Ce qui est limite insultant pour l’indonésie qui ne vient pas « mendier » ses avions !
      Mais la vraie explication pourrait bien être que Parly joue sans doute le role de l’idiote utile qui permettra aux indonésiens d’obtenir un meilleur prix pour les Eurofighters autrichiens, les Sukhoi russes ou les F-35 !!!…
      Sarkozy avait déja été ridiculisé sans discontinuer à ce jeu de dupes (cf le Brésil, le Maroc et les Emirats …)
      J’espère me tromper, évidemment, mais nos politiques sont tellement indécrottables …

      • Jean Baptiste Berger

        Parly n’a pas besoin de jouer….
        Elle est juste naturelle .
        Le fret d’AF (et sa célèbre amende de près d’un milliard récoltée suite à un piège grossier des Allemands) l’escale court courrier AF d’Orly….jusqu’où ira t elle avec Dassault ?

  • philippe jarry

    Le fait que l’Indonésie se préoccupe d’acquérir des avions de la classe du Rafale (que ce soit lui ou un autre) témoigne de l’inquiétude grandissante des pays proches du Pacifique… La Chine grandit sur le plan militaire à grande vitesse: elle met les bouchées doubles (triples?) : aviation, marine (porte-avions)… Visiblement, les pays riverains ou pas trop éloignés commencent à serrer les fesses: Singapour, Australie, Malaisie, Indonésie, Vietnam… ce sera bientôt le tour des Philippines… Voilà un théâtre pour de prochaines frictions… Taiwan étant, bien sûr, aux première loges… Il fut un temps où le méchant loup dans ce coin du monde était japonais: ces pays s’en souviennent! Au vu de la technologie des avions chinois de nouvelle génération, ce sont bien des avions de la classe-Rafale que ces pays doivent considérer maintenant. Autant que ce soit la France et son industrie, son savoir-faire, qui y participe.

  • Rafale28

    C’est vrai Fred. Mais les 13 sorties de 2020 correspondent à une évaluation faite en 2015/2016 du niveau du carnet de commandes, de ses perspectives de renouvellement et de la nécessité d’étaler les livraisons pour permettre à la chaîne de rester en fonction le plus longtemps possible. La situation actuelle d’un entrechoquement de besoins rapides en livraisons va nécessiter de retrouver rapidement une cadence d’au moins 26 machines par an. J’imagine même que cela sera assez rapide. La question de savoir s’il faudrait aller au-delà et investir – lourdement – dans la duplication de la machinerie-outils nécessaire ne se pose pas pour l’heure. Et si elle doit se poser un jour, le poids de cet investissement sera vraisemblablement réparti avec certains clients étrangers qui voudront une chaîne d’assemblage local plus ou moins symbolique en charge de travail: Inde, Suisse, Finlande.

  • Stormy
    Stormy

    Pour fixer les idées, à ceux qui parlent de capacité industrielle : à la fin des années 70 (début des Mirages 2000, le Mirage F1 en pleine forme, encore quelques Mirages III et Jaguars, Super-Etendards, Alpha-Jets…) c’étaient 30 chasseurs qui sortaient par mois des chaines de Dassault, à Mérignac… et à Toulouse-Colomiers (fermé en 1989)
    Dans ces grands hangars en face de l’aéroport de Bordeaux, où je venais faire des réceptions de chasseurs neufs et que j’ai plusieurs fois visité, il y a de la place….

    • chris

      Oui, au début des 7Os, Dassault avait poussé le production des Mirage III /5/F1 pour répondre à la demande !
      Plus de 200 Mirage III/5 commandés pour la seule année 1970 (dont 114 pour la seule Lybie de Khadafi), ce qi a amené à une brève pointe mensuelle de 20 avions pour les seuls Mirage III/5 !
      Mais à la fin des 70s l’euphorie était bien finie !
      Il faut toutefois remarquer que le prix d’un Mirage 5 (l’avion mach2 le moins cher du monde selon Dassault, ce qui était vrai en excluant le MiG-21) n’avait rien à voir avec celui du Rafale : pas simple de faire des comparaisons, mais en dollars (ou barils de petrole) constants je suppose que Kadhaffi n’aurait même pas eu un 1/2 escadron de Rafale pour le prix de ses 114 Mirage de 1970 !

  • L'amateur d'aéroplanes

    L’administration des États-Unis a refusé que LM présente le F-35 en Indonésie.

  • Eric

    N’empêche que sa sens mauvais tous ces avions de guerres qui ce vendent 🤨!

  • Abajoli

    Arrêtons de laver plus blanc que blanc
    Oui bravo Dassault, merci pour toutes les heures de travail et notre renommée dans le monde

  • lavidurev

    « mais le Rafale offre à ses clients un avantage….sans avoir à demander la permission préalable de la Maison Blanche… »
    Beaucoup plus qu un avantage , il s agit d une precaution !

    • Jean Baptiste Berger

      Je suis sûr que Dassault rêverait de vendre ses Rafale à l’Iran…qui serait ravi d’en acheter quelques dizaines !
      Alors la non interposition de la maison blanche….hum, j’ai des doutes !
      La puissante et indépendante France de Macron ne peut toujours pas produire des voitures dans ce pays ni lui acheter son pétrole….
      Et si le gentil Joe Biden redevenait copain avec Téhéran, je doute que la France ait le droit d’ouvrir son catalogue d’armement avant que les USA aient casé au préalable quelques F35 ou autres..

      • LBE

        Au vu des cailloux que Mr Trump prend bien soin de laisser dans les chaussures de Mr Biden sur ce dossier et face à la surenchère régulière des iraniens sur le dossier nucléaire les Phantom et autres Tomcat sont partis pour voler encore quelque temps !
        Plus sérieusement l’on ne parle guère de la fin au 30 octobre dernier de l’embargo sur les armes à destination de ce pays . Nul doute dans un proche avenir que grand voisin du nord et l’empire du milieu ne s’embarrasseront pas d’autant de principes de  « bonne gouvernance » …
        De toutes façons et pour autant contradictoire que cela puisse paraître après 40 ans de conflit larvé, les iraniens conservent tant par tradition que par tropisme naturel une certaine fascination pour leur meilleur ennemi avec bien des vues convergentes face aux monarchies sunnites , entre autres….
        Quelque soient donc les options politiques sur la table, de la coupe (sans alcool) aux lèvres nous sommes bien loin de cette option ..

  • Edrobal

    Bien sûr, on ne fabrique pas un avion comme une voiture même si on parle de chaîne dans les deux cas. Pourtant, alors que l’on voit les ventes à l’export s’accélérer, personne n’a parlé d’augmenter les cadences de production et l’AA est prié de céder ses avions. En temps de crise et de licenciements dans ce secteur, il y a de quoi s’étonner.

    • fandan

      Dassault passera à une deuxième chaîne de montage si l’Inde passe de nouvelles commandes pour son armée de l’air et sa marine, car tout ne sera pas construit sur place. A fortiori aussi si la Suisse fait le bon choix, mais monter une deuxième chaîne sans la perspective d’au moins une soixantaine d’avions serait économiquement suicidaire…

    • Philippe Vincent

      Les cadences ont plus que doublées ces dernières années.. ca a longtemps été 11 rafales par an
      .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.