Accueil » Un Mirage 2000D s’écrase dans le Jura

Un Mirage 2000D s’écrase dans le Jura

Le Mirage 2000D avait décollé le 9 janvier 2019 en matinée de la BA133 de Nancy-Ochey où est stationnée la 3ème escadre de chasse. Selon l’armée de l’Air, le Mirage a disparu des écrans radars peu après 11h du matin.

9.01.2019

Le Mirage 2000D, optimisé pour les missions de pénétration tout temps, est entré en service en 1986. C’est un avion remarquablement fiable, la dernière perte remontant au mois de juin 2014 après une panne moteur. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Le quotidien l’Est Républicain rapporte que plusieurs témoins affirment avoir entendu une forte explosion et effectivement des débris de l’appareil ont été retrouvés en début d’après midi à la limite entre Jura et Doubs, entre les communes de Chantegrue et Bonnevaux, semblant accréditer l’idée d’un écrasement de l’appareil. Des recherches, rendues difficiles par les conditions météo, ont été rapidement engagées avec des hélicoptères de la Sécurité Civile et de l’armée de l’Air pour tenter de retrouver les deux membres d’équipage. Le fait que pour l’heure aucun des deux n’ait été retrouvé malgré l’ampleur des moyens déployés n’incite pas à l’optimisme… F.L.

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

4 commentaires

  • Seul le Pardon grandit l'homme

    Panne moteur basse altitude comme en Creuse en 2014? Ça ne pardonne pas.
    C’est pas un planeur mais un fer à repasser ce piège.

    • Jean-Mi

      Panne moteur ? non, ça laisse de temps de s’éjecter même en TBA, il y a de la vitesse au moment ou ça coupe et on peut au moins tirer le manche et avoir quelques secondes pour éjecter. (car ils ne sont pas à basse vitesse en TBA)
      Ici, rien, pas de signal d’éjection, donc c’est un « impact piloté avec le relief », très certainement. Ils n’ont rien du voir venir.
      Ce qui me surprend est que l’avion est éparpillé sur une grande surface par petits bouts sans trouée nette dans les arbres (qui se serait vue d’hélico et aurait déjà de gros bouts d’avions). Qu’est-ce à dire ? Collision en vol ? Explosion en vol ?
      Triste histoire, mais c’est le métier, la guerre n’attend pas qu’il fasse beau pour voler, il faut s’entrainer toutes conditions…

      • bdd13
        bdd13

        Question pour les pilotes : si un événement moteur survient dans cet exercice où l’avion est auto-piloté en suivi de terrain, est-on certain que le système réagisse pour tous les cas, et qu’il sorte l’appareil de la TBA dans les temps ?
        Si le système tarde à réagir, combien de temps pour que le pilote s’aperçoive du défaut d’énergie et cabre le piège ?
        A 500 ft sol et 500 kt en montagne sous la neige et les turbulences, le moindre centième de seconde est tout de même précieux (250 m/s de vitesse horizontale a priori)…

  • fildru

    Victimes du devoir , tactique basse altitude , dieu les garde .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.