Accueil » Hélicoptère – brèves » Une version multi-missions de l’hélicoptère lourd Model 234

Une version multi-missions de l’hélicoptère lourd Model 234

Un des 11 Model 234 de la compagnie basée dans l'Oregon. © Columbia Helicopters

Columbia Helicopter, spécialiste des hélicoptères lourds, propose une évolution multi-missions du Boeing-Vertol 234, version civile du célèbre Chinook, dont elle est détentrice du certificat de type depuis 2006. Il sera doté d'un intérieur modulable et interchangeable rapidement.

Un aménagement capable d’emporter 44 passagers pourra laisser la place à  19 soldats équipés, face à face, en mesure de sortir de l’appareil rapidement par la rampe arrière ou par corde en cas d’absence de DZ digne de ce nom. Une configuration avec une douzaine de civières est également prévue.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(35) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Énorme le pilote et le copilote qui regardent au sol en même temps 🙂

    Répondre
    • Spécial treuillage. Y’a des bulles en plus sur la cabine…

      Répondre
    • @Matthieu
      … Oui, ça rappelle la blague du pilote, de l’hôtesse et du singe… « C’est qui qui conduisait l’avion ? »
      Bon, pas racontable ici 🙂

      Répondre
    • L’administration : un à droite regarde, un à gauche contrôle et le pilote (au centre du poste, n’apparait pas sur l’image) opère les leviers de commandes.
      Ils respectent le notice AFNHELCOP N° 555783627 – B, en attente de révision, car il y a des retours qui signalent la difficulté pour le pilote de regarder le sol.
      Les débats tournent autour de deux solutions :
      – Installation d’un LIDAR, calibré et homologué
      – Installation d’un sonar, à dénavaliser
      – le radar à vision synthétique étant jugé trop long à développer, autant que l’intégration des sonde de vents traversiers installées au sol, hors de l’effet de la machine…
      La commission doit statuer dans les prochains mois, si le Covid ne perturbe pas l’agenda prévu.
      Sinon les assurances ne couvriraient pas les éventuels dommages.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(35) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(35) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.