Accueil » Boeing mise sur les carburants durables

Boeing mise sur les carburants durables

Boeing annonce son engagement à livrer des avions commerciaux prêts à utiliser des carburants 100 % durables, d’ici à 2030.

27.01.2021

Boeing a réalisé ses premiers vols d'essai à partir de 2008, avec des carburants durables, notamment dans le cadre de son programme ecoDemonstrator. © Boeing

Aujourd’hui, les carburants aviation durable sont directement intégrés au kérosène traditionnel pour former un mélange de 50/50, le maximum autorisé par les spécifications actuelles des carburants. L’engagement de Boeing porte sur l’identification des changements devant être apportés à ses avions commerciaux actuels et futurs pour qu’ils puissent voler avec des carburants 100 % durables, ainsi que sur la collaboration avec les autorités de réglementation et l’ensemble de l’industrie pour relever la limite actuellement autorisée dans les mélanges en vue d’augmenter leur utilisation.

L’avionneur américain rappelle qu’il a collaboré avec des compagnies aériennes, des motoristes et d’autres parties prenantes pour effectuer des vols d’essais au biocarburant dès 2008, et obtenu l’homologation des carburants durables en 2011Boeing précise que les carburants aviation durable peuvent être produits à partir d’une grande variété de matières premières, notamment des plantes non comestibles, des déchets agricoles et forestiers, des déchets ménagers non recyclables, des dégagements gazeux issus d’installations industrielles et autres sources.. Il précise aussi que « en 2018, le premier vol au monde d’un avion commercial entièrement propulsé par des carburants durables a eu lieu sur un 777 Cargo dans le cadre du programme d’essais en vol Boeing ecoDemonstrator en collaboration avec FedEx Express. »

Boeing fait voler un 787 au diesel vert

Retrouvez nous en podcast et vidéo

2 commentaires

  • Edrobal

    Ah le green washing a de beaux jours devant lui. Le plus durable dans le carburant est de ne pas le consommer. Ce qui signifierait moins de transport. Le système n’aimerait pas du tout.

  • Gilles ROSENBERGER
    Gilles ROSENBERGER

    Un bel exercice de communication.
    Qui ne met pas en relief le principal problème des carburants durables : quelles études nous montrent que nous saurons en produire autant que nécessaire et dans quelles conditions économiques.
    En observant que les questions sont de même nature pour l’hydrogène.
    Il y a maintenant peu de doute que carburants durables (dits de 3eme génération : sans compétition avec la nourriture humaine ou animale) et hydrogène soient des solutions techniquement accessibles.
    Les concepts sont reconnus comme techniquement réalistes (chacun dans son domaine).
    Il reste bien sûr beaucoup de travail pour passer du concept à une solution fiable, sûre et viable.
    Mais on devrait s’attaquer immédiatement à la question de la ressource.
    En 2018, l’aviation mondiale a consommé 340 Mt de carburant.
    A activité constante, où allons-nous trouver les 4.500 TWh correspondant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.