Accueil » Dassault Aviation se renforce à Mérignac

Dassault Aviation se renforce à Mérignac

Dans le cadre de son plan de transformation « Piloter Notre Avenir », Dassault Aviation, vient de lancer le chantier de construction d’un bâtiment tertiaire sur son site de Mérignac. Ce bâtiment est destiné à accueillir des équipes d’étude, de développement et de soutien après-vente pour les activités civiles et militaires de l’entreprise.

16.05.2019

Le rapprochement du tertiaire à proximité de la production s'inscrit dans le plan de transformation qui vise à rendre l'entreprise plus flexible et plus compétitive face aux défis technologiques du futur. © Dassault Aviation

Le nouveau bâtiment aura une superficie de 25.800 m2 sur quatre niveaux. La capacité totale sera de 1. 500 postes de travail avec 24 espaces collaboratifs modulaires et 9 plateaux projets. Sont également prévus des espaces VIP pour les clients civils et militaires de l’avionneur, un command center Falcon, des salles pour bancs systèmes avions, un Virtual Reality Center, un Immersive Reality Center et un auditorium. L’achèvement des travaux est prévu fin 2020, pour une mise en service début 2021.

L’implantation de ce bâtiment tertiaire, sur le site de production de  Mérignac vise à  rapprocher une partie des équipes qui conçoivent et soutiennent les avions de celles chargées d’en assurer la production finale. Elle dont favoriser le travail collaboratif, avec la mise en œuvre du bureau d’études étendu.

« Le principe est d’intégrer encore davantage, quand cela est nécessaire, et ce dès la phase de conception, tous les métiers qui interviennent dans le cycle de vie du produit. Plus qu’une nouvelle construction, ce bâtiment est donc l’un des moyens de repenser le fonctionnement des activités de Mérignac et de Saint-Cloud. Nous en attendons une meilleure interaction entre les compétences techniques, la connaissance des produits et le service des clients. », a expliqué Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, lors de la pose de la première pierre, le 14 mai 2019, à Mérignac.

10 commentaires

  • egron

    Vous ne connaissez pas la réalité de l’immobilier en gironde.les loyers a moins de 1000
    deviennent rares ,meme dans les villages a 50 kms de Bordeaux.Ne parlons des logements sociaux bien peu veulent y vivre.les prix des villas à explose plus rien à moins de 150000 euros et meme 200000 euros.Les prix sur les marches explosent.Pour un departement ou il faisait bon vire, l’odeur et le gout du fric vous dégoute.
    Cerise sur le gateau les bons citoyens qui font 100 bornes par jour pour aller bosser.
    Merci pour l’environnement.

  • Si ammour

    J’ai 55 ans je suis ajusteur j’ai postulé pour un poste d’ intérim pour dassault et pas retenu pourtant j’ai bien traversé la rue pour retrouver du boulot pffff

  • Marie-José Riberol-dupuch

    Mérignac ville verte? Encore plus de bruit, encore plus de pollution, encore plus d embouteillages. La ville rêvée en somme. Une ville désagréable et des ennuis infinis pour les lambdas qui subissent tout celà au quotidien, et qui, tous réunis, paient plus d impôts que ces industries nauséabondes. Et on nous demande de trier nos déchets et d éteindre nos lumières pour preserver notre pauvre planete…..je rêve!!!!!!

    • Jean-Mi

      Faut arrêter d’être hypocrite et bobo-écolo à deux balles ! Et de ne penser qu’a soi.
      A quoi ressemble une ville sans industrie peuplée de gens « lambda » : une ville dortoir peuplée de chômeurs (car il n’y a pas d’industrie locale) ou de travailleurs obligés de prendre leur voiture pour aller bosser à 30 ou 50km de là dans un endroit ou il y a (encore) du boulot… La pollution est égale voire pire !
      Sachant qu’a 30km de là il doit bien avoir une autre personne comme vous qui refuse de voir de usine se monter là, donc y’a plus de boulot du tout…
      On a le cas en proche banlieue parisienne : toutes nos usines de productions se voient refoulée hors de paris depuis 30 ou 40 ans… Fini les usines Renault à Billancourt, fini Citroën quai de javel, fini les usines aéro à Issy les Moulineaux, Montrouge, fini Breguet et hurel-dubois à villacoublay, fini Hispano-Suiza à Bois-colombes, etc… Virez-moi ces cons de pollueurs à la campagne ! (elle est contente la campagne)
      A la place de ces usines, on a construit des centaines de logements, des milliers. Mais les chômeurs qu’ont créé ces fermetures n’ont pas déménagés, ils habite toujours dans ces quartiers et villes environnantes, qui démontrent un taux de chômage hallucinant !
      Nos grandes villes ne peuvent pas être habitées que par des cadres du tertiaire ou des restaurateurs bio ou des magasins de luxes à touristes. Il y a aussi des petites gens qui sont là et qui travaillent. Des plombiers, des boulangers, des tourneurs-fraiseurs, des mécaniciens, des secrétaires, des livreurs.
      Et si vous ne voulez pas qu’ils polluent et fassent des centaines de km de bouchons tous les jours, il faut qu’ils puissent travailler à coté de chez eux, à portée de vélo ou de bus !

    • Jean-Mi

      Ps : si Dassault commence à déménager son bureau d’études à Bordeaux, ça sent pas bon pour le site historique de Suresnes, soit dit au passage…

      • MBM

        C’est pas Suresnes, c’est Saint-Cloud. La rue du Val d’Or faisant la « frontière ». Petite rectif, pas grave !

      • Jean-Mi

        Arglll… Mince, j’étais pas loin pourtant, j’avais juste à traverser la rue !
        De ce coté de la rue c’était les usines Blériot centenaires, devenues EADS, puis rasées et devenues Airbus group… Je le savais en plus !
        Au fait, l’atelier proto de Saint-Cloud est fermé (et rasé) depuis le roll-out du proto du rafale en 1986… Ce fut le dernier avion construit à Saint-Cloud. Depuis, il n’y a plus que des ingénieurs et des bureaux ici… Snif !
        Heureusement qu’il y a encore le pole aéro de Gennevilliers/Colombes/Argenteuil pour faire de la FABRICATION d’avions et accessoires en proche banlieue parisienne… Dire qu’on a failli raser tout ça pour faire les jeux olympiques de 2012 que paris n’a pas eu…

  • Paterole

    Mon fils cherche du boulot. Laissez lui sa chance. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.