Accueil » Décès de Pierre Gautier

Décès de Pierre Gautier

Son nom est associé à l’épopée Concorde et Caravelle. Mais Pierre Gautier fut aussi le premier PDG de Socata et l’un des pères du TBM.

5.02.2020

Pierre Gautier (à droite), en compagnie de Denis Legrand, chef des essais en vol de Socata, société héritière de Morane-Saulnier, et dont il fut le premier PDG. © DR

Pierre Gautier est décédé le 7 janvier 2020, dans sa quatre-vingt quinzième année. Il fait partie de ces ingénieurs aéronautiques qui ont ressuscité l’industrie aéronautique française après la deuxième guerre. Il est surtout l’un de ces grands capitaines qui ont permis à la France de retrouver une place dans la compétition mondiale, à partir des années soixante. Son nom est associé au lancement de la production du Fouga Magister à Tarbes, en 1954. Il prendra ensuite part au lancement de la Caravelle avant de rejoindre le programme Concorde dont il deviendra, en 1965, le directeur de la production à l’usine de Toulouse, puis, à partir de 1970, le directeur du programme pour l’Aérospatiale.

Pierre Gautier (au centre) fut le directeur du programme Concorde pour l’Aérospatiale de 1970 à 1979. © DR

En 1979, sa carrière s’orientera vers l’aviation générale. Il sera en effet de 1979 à 1990 PDG de la Socata, constructeur de monomoteurs à pistons, issu de Morane-Saulnier, racheté depuis par Daher. Pierre Gautier est considéré comme l’un des pères du monoturbopropulsieur TBM. Il fut également président de la commission aviation générale du GIFAS.

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

  • Jean-Mi

    Mes respects à cet homme justement plus timonier que capitaine, même si par la force des choses, à la compétence et au mérite, il est devenu le capitaine.
    Un homme dont le CV est assez impressionnant par les noms des avions sur lesquels il a travaillé. Non pas seulement en temps que « grand manitou », mais en temps que responsable de la production… Donc coté atelier…
    Fouga Magister, Caravelle, Concorde, TB puis TBM. Ca ressemble fortement aux plus grandes réussites de l’aviation française d’après guerre ! Chapeau pour ce catalogue ! Il en reste… Airbus ? wow…
    Bons vols !

  • Pascal Barthon

    Laissons peut-être de côté notre mesquinerie . Bien entendu les avions ne se construisent pas sans techniciens. Mais il faut reconnaître qu’il y a eu des figures marquantes dans cette France d’après-guerre. L’industrie aéronautique et spatiale doit sa renaissance à ces grands ingénieurs, pilotes et bien sûr aux mécaniciens, ouvriers, tous passionnés à qui il faut rendre un hommage commun. il n’y a de ségrégation. Par ailleurs la disparition d’un homme mérite respect et dignité.

  • stanloc

    J’adore les qualificatifs attribués souvent aux dirigeants surtout après leur mort, mais pour moi le capitaine/commandant d’un bateau donne le cap et c’est le timonier qui se bat avec le vent et les courants pour que le cap soit maintenu. Arrêtons d’encenser un peu les « têtes » et redonnons aux « jambes » tout le mérite de l’action.

    • Technicien Avion

      C’est parce que ça a une étoile premium que ça se permet ce genre de remarque ? Il y a eu et aura encore tellement de monde, technicien, ingénieurs, têtes et jambes qui travaillera sur les avions. On ne peux pas feliciter tout le monde, c’est comme résumer le Concorde à Turcat ou la lune à Armstrong. Mais voilà, ils faut bien des meneurs, des visionnaires, des pilotes, etc…etc… Et celui là aura fait sa part du job. Alors bravo.

  • lavidurev

    Voici l exemple d un capitaine d industrie qui merite ce nom . Un brillant homme reste integre toute sa vie au service de son pays. Il n aura pas eu a fuir au Liban ,lui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.