Accueil » La FAA autorise les essais en vol de supersoniques

La FAA autorise les essais en vol de supersoniques

Le X59 de la NASA, comme l'XB-1 de Boom ou l'Aerion AS2 pourront effectuer leurs tests en vol au-dessus du territoire U.S. © NASA

L'administration de l'aviation fédérale nord-américaine (FAA) a publié une "autorisation pour vols spéciaux" permettant de tester en vol les appareils supersoniques au-dessus des terres. Cette autorisation ne concerne que les essais et exclue les appareils civils.

Initiée en 2018 sous la forme d’un appendice à la réglementation, l’autorisation permettait déjà aux constructeurs de s’affranchir des limitations de bruit causé par un appareil franchissant Mach 1.

Le ministère du transport U.S. et la FAA ont récemment transformé cet appendice en règle, assortie d’une autorisation spéciale pour passer en vol supersonique au-dessus des terres. « L’intérêt grandissant pour le développement d’avions supersoniques mène la FAA à revoir les procédures autorisant les essais de ces appareils » précise l’agence fédérale dans sa...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

9 commentaires

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Gilles ROSENBERGER

    Je n’ai pas encore compris le business model proposé par les quelques startups qui prétendent développer un avion aussi rapide : comment pensent-ils amortir les dizaines de milliards nécessaires. Sur quel marché ?
    C’était déjà vrai avant le crise actuelle .
    Comment cela pourrait-il changer dans un monde où l’empreinte environnementale devient un critère majeur de décision ?

    Répondre
  • par BONNI Jean -Pierre Bonni

    Bonjour , qui ça peut intéresser de se déplacer plus vite que le son !!??
    Pour aller dans la lune OK !

    Répondre
  • Répondre
  • A haute altitude et à masse faible l’onde de choc du supersonique ne touche pas le sol. Nous savons que pendant les vols d’essai du Concorde il a survolé la France plusieurs fois en supersonique sans faire de bang au sol .

    Répondre
    • L’onde dépend de la masse de l’objet qui l’a mise en mouvement ? Et pas simplement de la vitesse de l’avion et de sa géométrie ?

      Répondre
    • D’où avez-vous eu cette information ? « nous savons », ce n’est pas une source fiable et vérifiée.
      Les essais à partir de LFMI et les « tourismes » se faisaient en Méditerranée.
      Par la suite, les contrôleurs français connaissaient très bien les contraintes des accélérations dans des couloirs bien spécifiques, vers le Sud en venant d’Orly vers le Liban, par exemple : subsonique M0,92 – FL 290, NEV-CMF-PPG, puis accélération en travers des IP entre MTG et la FIR LECB .

      Pardon, mais quand on avance quelque chose de la « réalité différente à la Trump » …

      Répondre
  • Bien sûr !!!!
    L’avion Européen Le Concorde a déjà existé
    La jalousie des Américains continue à interdire ces vols

    Répondre
    • Ou avez-vous lu que les USA avaient continué d’interdire les vols du Concorde et qui ne vole plus depuis quelques années.

      Encore un adepte de fake news pour le plaisir de se voir lire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.