Accueil » L’Europe lance le développement de sa navette spatiale

L’Europe lance le développement de sa navette spatiale

L'Agence Spatiale Européenne (ESA) a donné le feu vert à Thales Alenia Space et Avio pour développer un véhicule de transport spatial automatisé et réutilisable. Le premier vol du laboratoire spatial Space Rider est prévu pour 2023.

12.12.2020

Les italiens Thales Alenia Space et Avio ont signé le 9 décembre 2020 un accord de développement du véhicule et du module de service avec l'ESA. © ESA

L'Europe va se doter d'un équivalent du X-37B américain. Le Space Rider, long de 9,7 mètres, aura une masse au décollage de 2.430 kg et sera en mesure de transporter 800 kg de charge utile jusqu'à une altitude comprise entre 400 et 450 km. Fruit des tests menés en 2015 sur le démonstrateur de rentrée atmosphérique IXV, le Space Rider sera placé en haut d'une fusée Vega-C. Il emportera en orbite jusqu'à 1m3 de charge utile pour des expériences scientifiques, permettra...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

9 commentaires

  • Carbet

    Bonjour à tous

    Sous le titre il est écrit : «  »un véhicule de transport spatial automatisé et réutilisable. «  » .
    A moins d’une erreur de ma part , il aurait plutôt fallut écrire partiellement réutilisable …….
    Le module de service n’étant manifestement pas prévu pour une rentrée atmosphérique !

    C’est un progrès ! Avec Ariane 6 rien ne sera récupérable alors que SpaceX récupère déjà le premier étage de ses Falcons 9 et pense récupérer le second étage sous peu , nous pour nous démarquer , on va récupérer la moitié du vaisseaux « Space Rider » quand SpaceX débute les essais de son Starship avec lequel tout sera récupéré .

    On a loupé le coche avec Ariane6 non récupérable et bien trop chère et on se prépare à se prendre une seconde gamelle avec une navette « hybride » à moitié récupérable et bien trop chère aussi , de plus Vega n’est pas un lanceur économique .

    Je suppose que ce sont les mêmes « experts » de l’espace « low cost » qui ont créé Ariane 6 qui se sont penchés sur les tables à dessins virtuelles ……. Cela s’annonce mal !
    Salutations

    • patrico

      Merci! Déjà le lancement de Ariane 6 ce fera en 2024/25 ! Et les  » grandes réunions  » Space Européenne nous annoncent un Space Rider récupérable pour 2023 ! Magnifique ! Le Space fait rêver tout ce beau monde , mais l urgence pour moi c est la fusée Véga de chez Avio ! en premier lieu. Le retard est pris depuis des années alors maîtrisons? ce lanceur speed and ligth ! qui permettra de maintenir l Europe (en dépis de notre pays ) encore dans cette course exponentielle des pays! (voisins)

  • Alain RATINAUD

    bonjour,
    Je ne vois pas pourquoi c’est un manque d’ambition de la part de l’Europe, et je ne comprend pas trop la comparaison avec ce que fait spacex. En effet, il s’agit ici de produire un vehicule comparable au X-37, vehicule automatique capable de missions longues en orbite, il n’a donc pas vocation a transporter des hommes.
    Maintenant, est ce que cet engin aura une vocation militaire? Rien n’est moins sur.
    A plus
    Alain

    • Jean Paul Delevoye

      A quoi servira le X37 et la mini navette européenne, lorsque le starship de spacex 100% réutilisable pourra déposer 100 tonnes en orbite basse, pour un prix dérisoire comparé à celui d’envoyer la navette.
      Pour tester un objet en orbite quelques mois, plus besoin de navette, on envoie l’objet, sans aucune contrainte de poids (100 tonnes max) avec un bouclier thermique et quelques parachutes pour le retour sur terre des expériences.

  • lavidurev

    Ne vivons nous pas suffisamment dans l anticipation comme ca ?

  • Gerard

    Ce n’est même pas un manque d’ambition, c’est une régression: Le projet de navette spatiale HERMES dont le programme a été stoppé en 1992 sans qu’aucune n’ait été construite, prévoyait un véhicule capable de transporter des astronautes …

  • Jean Paul Delevoye

    Une navette en 2023, quelle décalage.
    On n’a pas de projets de fusée réutilisable, on se fait défoncer (nous, les russes et les autres) par falcon9, on développe ariane6 jetable qui est déjà dépassée en coût et fiabilité par falcon9 réutilisable.
    Spacex développe starship, bien moins cher que falcon9.

    Et nous, on développe une navette. Mini machin qui ne sert pas à grand chose. Qui coûtera plus cher à envoyer en orbite basse que d’envoyer 100 tonnes par starship sur la même orbite.

    Complètement à côté de la plaque.

  • Aleon

    Quel manque d’ambition!
    Et quel manque de confiance en soi.
    Pourquoi aucun projet digne de ce nom ne peut-il pas naître en Europe?
    C’est vrai. Même Elon Musk n’aurait pas pu se développer chez nous.
    Il faut nous contenter de rêver avec les programmes des autres, chinois, américains, russes et sans doute bientôt d’autres.
    Et le Space Rider ira vider les poubelles des différents acteurs. S’ils nous le permettent…

  • unepat
    unepat

    Je ne vois pas trop l’intérêt de développer une navette si elle doit atterrir sous parachute. Pourquoi attendre 2023 alors que tous les tests de ce modèle ont déjà été réalisés depuis longtemps ?
    Thalès Alénia Space a la capacité de développer une véritable navette spatiale pour convoyer des astronautes. Mais l’Europe a un gros manque d’ambition lorsque on parle d’astronautes européen. Gageons que bientôt un « elon musk » européen sera en mesure de casser les freins au développement de tels systèmes, et que nous puissions nous affranchier des décisions de l’ESA !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.