Accueil » Pose de la première de l’usine Rafale Dassault en Inde

Pose de la première de l’usine Rafale Dassault en Inde

Principale compensation (offsets) liée au contrat d’acquisition de 36 Rafale par l'Inde, Dassault Aviation et son partenaire indien Reliance, ont posé le 27 octobre 2017, la première pierre de l’usine de fabrication de Dassault Reliance Aerospace Limited (DRAL) à Nagpur (Inde).

28.10.2017

L’usine de Dassault Reliance Aerospace (DRAL) à Nagpurun (Inde) vise à développer un écosystème de plus de 200 micros, petites et moyennes entreprises, qui répondront aux besoins de fabrication de pièces et composants pour Rafale et Falcon. © Dassault

L’usine de fabrication « Parc technologique Dhirubhai Ambani » de Dassault-Reliance est située sur le site de Mihan SEZ, proche de l’aéroport international de Nagpur. Cette co-entreprise (Joint Venture) – 51 % Reliance Infrastructure, 49 % Dassault Aviation – fabriquera plusieurs pièces dans le cadre de l’exécution des obligations d’offsets (compensations) liées au contrat d’acquisition de 36 Rafale signé entre les deux pays en septembre 2016.

Dassault Reliance Aerospace Limited (DRAL) fabriquera également des pièces de l’avion d’affaires Falcon 2000 de Dassault Aviation, devenant ainsi fournisseur de sa chaîne d’approvisionnement globale. Ces premières avancées devraient permettre, dans les prochaines années, la mise en place éventuelle de l’assemblage final de Rafale et de Falcon souligne Dassault.

L’avionneur français annonce que « l’usine de DRAL formera des milliers de personnes qualifiées dans l’assemblage et l’intégration aéronautique, et conduira à l’émergence d’une génération d’employés à haute valeur ajoutée à Nagpur et sa région ». Le constructeur précise qu’elle devrait donner naissance à « un écosystème de plus de 200 micros, petites et moyennes entreprises, qui répondront aux besoins de fabrication de pièces et composants pour Rafale et Falcon« .

9 commentaires

  • lavidurev

    Une facon pour Dassault de s implanter en Inde qui est devenu un partenaire incontournable. Cette manoeuvre n ameliorera pas certes directement les conditions des travailleurs de chez Dassault France mais facilitera a la societe les ventes d appareils, c est du moins ce que l on suppose. Les retombees auront des consequences financieres qui visent les actionnaires mais pas seulement. Si Dassault continue naturellement sa progression dans le monde c est par necessite economique et non pour le seul bien etre de ses actionnaires. Tout n est pas noir ou blanc.

    • lavidurev

      @leninepourfendlesactionnaires: Vous avez raison de le dire, le risque est possible et serait annonciateur du pire. Les dangers economiques de la mondialisation existent et l interet de menager la chevre et le choux s impose aux gouvernants dont on espere qu ils seront a la hauteur. Les cadences augmentent et les salaires ne suivent pas cependant tout systeme a ses limites. Amener le pays a la ruine reviendrait pour nos gouvernants a scier la branche sur laquelle ils sont assis. Ce qui n est de l interet de personne.

  • François JOST

    Comment peut-on douter qu’un pays aussi vaste que l’Inde (qui devrait être le plus peuplé au monde en 2050) déjà reconnu pour la qualité de ses ingénieurs en mathématique et en informatique, qui possède son propre lanceur de satellites, ne sera pas à moyen ou long terme au premier plan en matière aéronautique. Alors autant s’allier a leurs côtés.

  • Locatelli

    Tout à fait d’accord avec Mr Bouquet. De plus les indiens pourront à terme construire leurs propres avions et n’achèteront plus à l’étranger. Contrat devant créer des emplois en France, finalement moins que prévu et qui pourrait réduire à l’avenir avec l’autonomie totales des Indiens en matière de fabrication aéronautique

  • BOURSIER Jean-Christophe

    Bien dommage que les emplois super qualifiés, foutent le camps de notre Patrie !!!

    • Gingerbread

      Faux, c’est complémentaire.
      Et c’est à cette condition que l’on peut faire fonctionner les équipementiers et usines Françaises de Dassault aviation quant à la fabrication de 24 Rafales.
      A l’avenir cet investissement et co-entreprise se révèlera encore plus avantageuse car la fabrication et la logistique sera facilitée pour les FALCON et RAFALES situées dans cet autre continent.

      • Leninepourfendslesactionnaires

        Faux, car les nous les employés nous retrouvons au fur et à mesure pris dans l’étau de se faire imposer des conditions de travail, des diminutions de primes (récupérées au profit des actionnaires),des congés imposés à 90% de la totalité, des augmentations indigne de cette entreprise 10€ brut par an … sauf les cadres.

        Aujourd’hui nous sommes inquiets de notre avenir, car c’est bien notre travail qui part là bas, faut arrêter de croire les discours politiciens, celui qui va y gagner ce sont les actionnaires … Vous avez la mémoire courte, arcelormittal ??? et bien d’autres …

        On fabriquera quoi en France ??? Dassault c’tait 16000 employés y a 20-25 ans, aujourd’hui moins de 7900, et pourtant on produit plus d’avions par an. Si on nous enlève les rafales et les F2000 ça sera la sous traitance qui sera appelé en fonction des chantier (tiens le cdi de chantier cher à Macron)…

        Bref vous êtes des ignares caché derrière leur petit boulot de cadres ou fonctionnaires.

      • argis

        Tout à fait d’accord avec votre analyse « leninepourfendslesactionnaire ». Les délocalisations, les dumping sociaux ne servent que les intérêts à courts termes de la « finance ». Arcelor mais aussi aujourd’hui Alstom… Les enjeux économique d’un pays sont malheureusement mal accordés avec ceux du gain immédiat de ceux qui regardent les autres travailler. La valeur de l’entreprise c’est aussi et surtout la valeur du travail qui y est fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.