Accueil » Cadets Air France : 3.000 candidats pour 100 places

Cadets Air France : 3.000 candidats pour 100 places

Les candidatures pour la prochaine promotion des cadets d'Air France sont closes depuis le 4 mars 2018. D'après une source interne à Air France, le site aurait reçu plus de 3.000 candidatures pour un peu plus de 100 places ouvertes à la première promotion..

9.03.2018

Les candidatures closes, Air France va désormais entamer le processus de sélection des cadets © Air France / Youtube

Après avoir vérifié les dossiers de candidatures, Air France va maintenant convier les candidats avec un dossier complet pour des épreuves de pré-sélection, qui devraient débuter à la fin du mois de mars 2018. Le candidat se connectera sur un espace sécurisé pour subir, pendant deux à trois heures, des tests psychotechniques, de logique, de mémoire, d’orientation spatiale, de raisonnement, de culture générale et d’Anglais. Une phase de sélection suivra avec de nouveaux tests psychotechniques à l’ENAC.

Air France a finalisé son organisation avec la sélection des écoles privées auxquelles seront confiés les cadets. Les premiers cobayes leur seront envoyés dans les semaines prochaines afin de tester les partenaires et le dispositif. La machine à former les cadets doit être opérationnelle à l’automne 2018.

Fabrice Morlon

23 commentaires

  • Fabrice Morlon
    Fabrice Morlon

    Bonjour,
    D’après le compte Twitter de PilotesAF @pilotes_af, administré par des pilotes Air France, le nombre exact serait de 4.339 candidats âgés de 18 à 59 ans.

  • Stormy

    @ Bob : les gens d’Air France nous ressassent toujours les mêmes histoires d’Amérique du Sud – c’est un signe de reconnaissance entre eux ? ou on leur fait réciter ça lors du training ? il y a quand même eu autre chose dans l’aviation, non ?
    A titre personnel je ne pense pas avoir de leçons de culture aéronautique à recevoir de pilotes de ligne comme vous – c’est un peu comme à l’école, on peut être bon en français, et en maths, et en dessin …
    Je maintiens ce que j’ai dit, sur le plan académique c’est regrettable de ne plus faire que des « tests » – et cela pourrait s’appliquer à n’importe quelle profession ….
    On me disait jadis « ah ben oui l’ENAC c’est normal, si tu es bon en classe … mais il faut penser aux autres, qui eux aussi ont le droit (?) de devenir pilote ! »

  • ROMANZO84

    Déjà je n’ai jamais compris pourquoi Air France demandait le niveau bac et encore… Pour le poste de PNC… 😮 Ils n’ont eu de cesse d’embaucher des personnes qui n’avaient rien à voir avec le métier et on voit le résultat aujourd’hui!!!! Attention je n’ai pas dit tous car nombreux sont ceux qui sont supers dans leur travail, mais beaucoup d’autres…..Belle erreur de la part d’AF !!!

  • Seb.N

    La réaction des « anciens » sans ironie aucune, me rappelle celle qui est aussi constatée dans d’autres secteurs de l’aeronautique! Au delà des réactions même, il se pose une question fondamentale de CRM : quelle place auront les futurs cadets AF aux yeux du « vieux » CDB ? Si la question apparaît déjà ici et maintenant, il y a fort à parier qu’on la retrouve plus tard dans un cockpit, avec toutes les deviances de Facteur Humain qu’on lui connaît! A méditer! ?

  • Arès

    @Stormy. Gregus n’a jamais parlé ou fait allusion à AF, il se propose simplement de partager un moment de convivialité avec vous, lors d’un de vos déplacements en tant que passager, sur sa compagnie. Sympa le Gregus, non?. En plus il connaît le type d’avion sur lequel vous évoluez, cela devrait d’autant vous rapprocher. Par contre, il a pas intérêt le Gregus à proncer AF, sinon, visiblement vous voyez rouge!. Bon dimanche.

  • Guynemer13

    Dans ce concert d’insultes vis à vis de ce pauvre @Stormy, je vais également me faire étriller en lui apportant mon total soutien en tant que Cdb et…ingénieur ! J’aime bien les combats difficiles ! Egalement d’accord avec @Bob, son copi, quelle honte !

  • Mad

    Stormy waouh le mec qui parle des raisonnements de troisième de ses collègues et du niveau intellectuel des hôtesses/serveuses (il ne doit pas y avoir de stewards à bord des avions, les connes au faible QI… des hôtesses forcément et en plus elles font baisser le niveau général…)
    L’aspect humain au delà du pilotage brut ça te dit quelque chose? le respect, la notion d’équipage, l’entraide, la cohésion… des mecs comme toi, 40 ans d’aviatIon (lol) et aussi peu de recul sur la vie… j’ai envie de te dire c’est toi qui n’a rien à faire dans un équipage avec tes raisonnements de CP?! Autant d’années derrière un manche, autant de voyages, de rencontres…et un raisonnement aussi con, tu crains mec…vivement la retraite, tu pues la frustration et la bêtise.

  • Ann cel

    Pour Stormy ! Merci beaucoup pour cette merveilleuse analyse , pleine d’espoir pour tous ces jeunes qui rêvent d’integrer AF …. je sens le vieux Pilote aigri (qui doit s’approcher de la retraite maintenant!..) qui n’a jamais sans doute pu avoir la place gauche !!!!
    Ceci de la part d’une ancienne hôtesse/serveuse , qui cause aussi à des pilotes , maman d’une jeune fille qui se présente à la sélection , des rêves plein les yeux .’’

  • Xav

    Et donc Stormy , 40 ans que tu débites des conneries je suppose ….

  • Lotser68

    40 ans sur 777, j’en reviens pas…. je deconne Stormy …lol

  • pat rouille

    Salut Garcia,
    Ben j’imagine que ce sera la même procédure qui permet à chaque CdB de remplacer les examinateurs et psychologues le jour des entretiens de leur rejeton ou bien de prêter leur ordi personnel pour les tests psychomoteur…
    C’était en quelle année ton échec à la sélection?

  • Bob

    Stormy : Moi aussi j’ai volé quarante ans et ai fini CDB sur 777 pourtant je suis moins critique que toi à propos de mes anciens collègues.
    Certains prétendent que les enfants de CDB ont les sujets d’examen avant les autres, c’est grave et je pense : Faux.
    Ce qui me préoccupe dans ces nouveaux recrutements c’est la part réservée à la culture aéronautique et à la motivation.
    Il n’est pas indispensable d’avoir fait math-spé pour comprendre pourquoi vole un avion mais il est essentiel de savoir d’ou nous venons et comment s’est créé ce milieu que nous aimons tant.
    Sinon nous continuerons de former de bons conducteurs d’avions plus conscients de leurs droits que de leurs devoirs.
    Anecdote : Vol entre Santiago du Chili et Buenos Aires, je demandais à chaque fois à limiter 19000ft (Z sécu) jusqu’au survol de la Laguna Diamante et j’expliquais aux passagers que c’est là que Henri Guillaumet s’était planté… Tout le monde sait cela !
    Quelle ne fut pas ma surprise lorsque mon copilote me dit : C’est intéressant ce que tu raconte, qu’est ce que c’est que cette histoire ?
    C’était un bon pilote et j’ai sans doute été dur avec lui lorsque je lui ai demandé ce qu’il foutait dans un cockpit !

  • Farid

    C le tribunal des aigris, ici !

  • Laurent

    Chers amis,

    On pourrait reflechir longtemps sur les critères de sélection, le rythme et la qualité des recrutements ou des formations dans le milieu aéronautique où l’offre et la demande varient très rapidement.
    Les anciens s’inquietent Naturellement en faisant toutes sortes de comparaisons .
    Mais comparaison n’est pas raison. Les choses changent en permanence et le pilote change également . D’ailleurs l’experience Nous montre que chaque vol est différent même si la destination ne change pas. Et les pilotes de ligne régulière le savent.
    Alors que veut dire être un bon pilote? Être un bon pilote de ligne ? Être un bon commandant de bord? Être un bon gestionnaire des risques? Être un bon instructeur? Être un bon cadre ou manager pilote? On pourrait se poser cette question pour tous les métiers et même pour notre vie de tous les jours. À t’on été bien sélectionné pour être un bon fils, pour être un bon père, pour être un bon camarade, pour être une bonne personne ? Après 20 ans ou 40 ans d’experience ou plus encore, peut on être sur de savoir ce qu’est un bon pilote de demain. Doit il être littéraire ou scientifique?
    Il fut tant l’un tantôt l’autre, tantôt ni l’un ni l’autre. Certains furent des têtes brûlées comme papy boyington , certains des aventuriers , d’autres des procéduriers rigoristes, d’autres furent poètes, d’autres furent des héros et d’autres furent de bons fonctionnaires….et tous se sont posés la question de savoir si l’autre était un aussi bon pilote que lui-même. Les jeunes comme les moins jeunes.
    Et tous en escale se posèrent la question de savoir s’ ils savaient choisir ou sélectionner un bon vin. Tous se demandaient si le viticulteur ou le maître de chais étaient vra8ment de bons professionnel. Un pilote est peut être comme un pied de vigne. Il donnera du bon vin en fonction de beaucoup de changements et de travail de tous ceux qui l’accompagneront et en premier lieu, lui-même. Et nous.
    Car il ne faut pas se voiler la face et bien se regarder dans la glace chaque jour et se dire ai je réaliser tout mon possible pour aller au bout du monde boire un bon vin en toute sécurité avec mon camarade jeune ou moins jeune assis à mes côtés.
    Ai je été tout simplement bon et encore mieux. Bon tout court. Le reste n’est que polémique anxiogène contre productive.
    Bons vols et bonnes chances aux futurs pilotes . Sachant qu’il n’y a pas de bons pilotes.
    Il y a ceux qui ont osé tenter de l’etre Et les autres.

  • Stormy

    @ gregus :

    Où ai-je dit que j’étais sur 777 à Air France ? suis-je même sur 777 passager ?
    Sinon je rebondis sur l’accès des PNC aux postes de pilotage …. pourquoi pas, avec un peu de travail … mais quand même, avec les aéro-clubs AF aux tarifs imbattables, et le fait que l’on considère  » qu’ils ont déjà l’esprit maison  » (facile) eh bien reconnaissez qu’il y a un léger abus…
    Tiens, au fait, dans les Toronto et autres Rio-Paris, combien d’anciens PNC dans les pilotes incriminés ? et combien d’anciens pilotes de chasse ? poser la question, c’est y répondre.
    L’ENAC/ EPL était niveau Math Sup (et non Math Spé, comme on l’entend presque toujours) mais il faut croire que c’était trop dur pour certains, puisqu’on recrée cette sélection/formation à base exclusive de tests psychotechniques .

  • Michmich

    @Stormy : votre commentaire démontre effectivement qu’après 40 à voler et à parler à des « serveuses » votre cerveau en a pris un coup :’)

  • Luco 67

    « Vous z’avez faux, tous. »
    Ex cdb sur 777 (fin de carrière), après quelques machine différentes (plus que beaucoup de purs produits ENAC), je pense vraiment que c’est la diversité des origines qui est intéressante. J’ai terminé à AF, après rachat d’une belle compagnie privée française, et ce qui me plaisait c’était les formations de départ de mes différents collègues.
    ENAC, Armées (Air, Aéronautique Navale, Alat), club (mon cas), Essais, etc… Travail à l’étranger…
    Nous passions dans le filtre de la « maison » mais nos formations différentes nous donnaient des approches différentes ce qui était très positif.

  • Adrien

    Stormy : Je crois que ton commentaire de « réac » de l’ancien temps est, un peu désabusé.

    Ne trouves-tu pas déjà suffisant le premier filtre d’accès aux Cadets d’Air France ?
    3000 candidats, 100 de retenus, ça te parle ou pas ? Cette première et seule étape, suffit déjà à faire tomber le rêve de 2900 personnes, sans qu’ils aient fait quoi que se soit comme tests de « maths/physique » qui te sont si chers !
    De plus, des bons pilotes ça n’existe pas, il n’y a que des vieux pilotes ! Car même les meilleurs se plantent ! Mais ils ne vivent pas vieux du coup …

  • Garcia

    Bonjour,
    Quelle sera la procédure retenue pour que les fils de CdB AF aient accès aux sujets de l’examen avant les autres, comme à la grande époque de l’ ab-initio ?

  • SCHMITT

    Et la formation EPL dans tout ça ??,

  • Gregus

    Bonjour Stormy,

    Belle analyse.
    Au plaisir de voler en votre compagnie.
    J’aurai le plaisir de discuter avec vous et de vous servir un café….
    Un steward/serveur….. sur 777 entre autres.

  • Stormy

     » des tests psychotechniques » …. à distance ? et comment on vérifiera qu’il sera alors seul face à son ordi ?
    Puis, ensuite à l’ENAC, de nouveaux tests psychotechniques ? ne faites plus d’études les gars, genre maths ou physique, ne préparez plus que des annales de tests !
    C’est pour cela que les pilotes de ligne, certes bien câblés, sont aussi souvent illettrés, et en particulier en sciences exactes, ne vont pas plus loin que leur MANEX et autres documents compagnies (qui en plus changent tout le temps !) et vous tiennent des raisonnements d’élèves de troisième sur la plupart des sujets ! et ne les lancez même pas sur l’aérodynamique, la thermo, la gestion de l’énergie …
    Vous rajoutez à ça le caractère répétitif du métier, le fait de ne causer qu’à des hôtesses/serveuses au boulot toute sa vie…. et voilà.
    Sinon… des écoles privées » – lesquelles ? celles où les CDB AF ont des parts ? (système italien) – et à quel moment ces mêmes CDB AF interviennent-ils pour donner un coup de pouce à leur progéniture, qui n’aurait pas pu autrement faire la moindre classe préparatoire pour commencer (c’est pour ça qu’on l’a retiré cette étape du cursus) ?
    Ah oui je sais … pas besoin d ‘être ingénieur pour être un bon pilote – bon, ça aide quand même, mais pour le comprendre, il faut justement l’avoir, ce petit bagage….
    Et ne me racontez pas de blagues, je suis sur 777 et ça fait 40 ans que je vole….

  • G LESCALUP

    Quelque part, il est normal que les grandes sociétés aient des organismes de formation propres.
    AF a t il gardé son centre de formation de mécaniciens d’excellente réputation?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.