Accueil » Création de la fédération de recherche « systèmes aérospatiaux du futur »

Création de la fédération de recherche « systèmes aérospatiaux du futur »

L’ONERA, l’ISAE-Supaero et l’ENAC, ont lancé une fédération de recherche commune dans le domaine de la « conception, certification et opérations des futurs systèmes aérospatiaux » afin de faciliter les échanges et la collaboration scientifique qui existent depuis plusieurs années entre les trois institutions.

La fédération de recherche s’articule autour de deux axes applicatifs structurants pour l’ingénierie aérospatiale, d’une part les drones et leurs opérations, d’autre part le transport aérien et ses opérations. Au sein de ces deux axes, une question de recherche centrale concernera la conception et l’intégration des nouvelles fonctions de l’intelligence artificielle au cœur des systèmes certifiés.

La fédération a pour objectif de :

  • Développer la qualification, la certification, et les opérations des futurs systèmes aérospatiaux,
  • Développer de nouvelles méthodes et de nouveaux outils pour...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(36) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • En ce qui me concerne , il y a deux inventions de la nature que les oiseaux utilisent , dont surtout une qui devrait pouvoir être récupérée par la « grande  » aviation :
    la 1ère , la rotation rapide en incidence -et seulement ça , pas de battement – étudiée par les scientifiques allemands , sert en particulier aux grands spécimens à l’atterrissage , type « appontage  » ! ,par exemple les fous de Bassan . La rotation rapide très contrôlée permet un effet de bord de fuite ,qui recolle le flux d’air à grande incidence , et évite donc le décrochage à vitesse plus basse !…Why not ?
    La seconde est le « flap de bord d’attaque » , le même qui nous sert à casser la portance à l’atterrissage , mais placé plus près du BA , à l’extrados bien sûr . Cela évite le décollement du flux d’air ,et comme les deux tiers de la portance se font sur le tires avant du profil (en gros ) , on ne perd que peu de portance , encore une fois à plus basse vitesse . Sur l’oiseau ,ce sont les plumes de couverture qui se « relèvent  » , continuant le profil efficace plus loin vers le BA …avec contrôle par leurs capteurs de vibrations , haute et basse fréquence et logiciels associés !
    Cela devrait pouvoir opérer , avec des flaps plus « intelligents  » , car il faut bien calculer leur débattement pour la surportance , et ne dépasser que pour « freiner « !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(36) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(36) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.