Accueil » Feu vert pour les travaux de Notre-Dame-des-Landes

Feu vert pour les travaux de Notre-Dame-des-Landes

La cour administrative d'appel de Nantes a validé les arrêtés autorisant les travaux de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Plus rien n’empêche le gouvernement de lancer les travaux.

14.11.2016

Alors qu'il y a une semaine, le rapporteur public privilégiait un réaménagement de l'aéroport actuel, la Cour administrative d'appel de Nantes a rejeté toutes les requêtes déposées par les opposants. © DR

Il y a une semaine, le rapporteur public de cette même cour administrative d’appel avait demandé l’annulation de plusieurs arrêtés préfectoraux au motif de «dégradation certaine» des milieux aquatiques. La cour suivant généralement l’avis du rapporteur, les opposants au projet étaient confiants.

Pour motiver sa décision (7 novembre 2016), le rapporteur public avait estimé que l’aménagement de l’infrastructure existante, n’avait pas été suffisamment étudié. Il avait demandé à la cour d’annuler quatre arrêtés pris en 2013, qui autorisent Vinci Airports, le concessionnaire du futur aéroport, à déroger aux interdictions de destruction des zones humides de Notre-Dame-des-Landes pour réaliser la plateforme aéroportuaire et sa desserte routière.

Pour sa part, le Premier ministre estime que « ce jugement, intervenant après 168 décisions de justice favorables au projet, prouve une nouvelle fois que le projet est parfaitement légal et conforme aux réglementations en vigueur ». Quant à eux, les opposants ont déjà annoncé qu’ils allaient déposer un recours (non suspensif) devant le Conseil d’Etat.

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

  • guynemer13

    @Passant44 : pas la peine de « vomir » sur ceux qui ne sont pas d’accord avec vous…vous n’aurez jamais raison…LFRS n’est absolument pas saturé ! Regardez LSGG, ils se débrouillent très bien…eux !!! Halte à NDDL et halte au gaspi

  • CharlyNovember

    « En quelques lignes, Charlynovemeber vient de hurler à la planète qu’il ne connaît rien sur le sujet. »
    Justement si, cher Passant 44. Il a même participé – certes modestement – à la réalisation de Billy, le terminal low cost de Bordeaux-Mérignac.
    Mais il n’est ni partisan convaincu (suivez mon regard), ni adversaire acharné du nouvel aéroport prévu pour Nantes.
    Ce sont bien plutôt les nouvelles et inévitables ponctions fiscales qui l’inquiètent…

  • CharlyNovember

    Il suffit de jeter un coup d’oeil sur la zone de l’aéroport actuel de Nantes via Google maps pour se rendre compte de l’inutilité totale d’un nouveau site.
    Nantes n’est pas Atlanta, et la place ne manque pas pour agrandir l’aérogare et les services annexes. Quant aux nuisances sonores, ce serait simplement déplacer le problème.
    Heureusement tous les recours ne sont pas épuisés pour perrmettre d’épargner quelques milliards d’euros, et l’alternance n’est pas loin…

    • Passant44

      « Il suffit de jeter un coup d’oeil sur la zone de l’aéroport actuel de Nantes via Google maps »

      Pas besoin d’experts, de techniciens expérimentés : il suffit d’aller sur le net mon brave monsieur !

      La France souffre de ça, de ces postures aussi arrogantes que paresseuses, portées au dogmatisme simplificateur.

      En quelques lignes, Charlynovemeber vient de hurler à la planète qu’il ne connaît rien sur le sujet. Et qu’il en est fier.

      • flight

        FlightRadar est plus professionnel… pour se rendre compte du rayonnement de n’importe quel aéroport. Pour cela il suffit de filtrer sur le nom du terrain, et les petits points jaunes apparaissent sur la carte.
        Pour Nantes, les points jaunes dépassent rarement la vingtaine pour des vols entre 1h et 2h30.
        On en tirera les conséquences que l’on veut, mais que de bruit pour pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.