Accueil » Le BEA retrouve trois pièces du réacteur de l’A220 Swiss

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Le BEA retrouve trois pièces du réacteur de l’A220 Swiss

La campagne de recherche des débris du moteur de l'A220 de Swiss (25 juillet 2019) organisée actuellement par le BEA dans l'Yonne se révèle fructueuse.

7.11.2019

Les trois pièces retrouvées dans l'Yonne. © BEA

40 enquêteurs du BEA accompagnés de 85 agents de l’IGN et de 65 volontaires, ont arpenté méthodiquement la zone dans laquelle les experts ont estimé que les débris auraient pu tomber.

Le BEA lance un appel à témoins

Dès la première journée (6 novembre 2019) trois premiers morceaux en provenance du rotor de l’étage 1 du compresseur basse pression du PW1524G installé sous l’aile du HB-JCM ont effectivement été retrouvés, validant ainsi la zone des recherches.

A la suite de cet incident grave Transport Canada a publié une consigne de navigabilité (CN) urgente pour limiter la poussée de ces réacteurs à partir du niveau de vol 290.

Les PW1500 G des Airbus A220 en régime conditionnel

La campagne de recherche se poursuit donc  afin de pouvoir reconstituer au maximum la pièce incriminée.

FrM

 

 

7 commentaires

  • B. SANSELME

    BEA ?
    « – Mots, symboles,tu emploiras
    Au sens qu’ils ont communément,
    – Et ceux que tu fabriqueras,
    Définis-les compliment. »
    (Extrait de « LES COMMANDEMENTS DU PARFAIT TAUPIN » 1922)

  • Jean-Mi

    …et parfois, dans la botte de foin, on retrouve l’aiguille…
    De toute manière, elle était là, quelque part…
    Bravo à tous ces chercheurs !
    Après avoir retrouvé les pièces du fan A380 au Groenland, les pièces de l’A220 dans les forets de l’Yonne… Chapeau !
    Si ça continue, ils vont nous retrouver Dupont de Ligones ! Oups…

  • Diemer Roland

    Lorsque l’incident est arrivé , l’annonce de la recherche de débris avait provoqué des commentaires négatifs , laissant à penser qu’il est est absurde de penser faire une chose pareille ,rechercher des débris volatilisés dans l’atmosphère à la vitesse du son où plus , dans un carré de sol délimité , et bien moi je dis BRAVO , faut quand même le faire , les pièces sont là , on va améliorer encore la sécurité des vols , les limitations infligées à ce merveilleux avons vont pour être levées , hé oui , je suis sûr qu’ils ont utilisé une bonne « poile à frire  » pour finaliser la recherche , au centimètre carré après la vitesse du son ,voire plus !!
    Je suis content , on est quand même « bons  » .
    DMR

    • JMB

      Pour avoir vu le reportage sur FR3 Bourgogne concernant ces recherches et la découverte des fragments, non, personne n’était équipé de détecteurs, ni les militaires ni les civils, ils agissaient comme pour une battue de recherche d’un corps par exemple, en ligne de plusieurs individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.