Accueil » Le dernier vol régulier d’un Boeing 727

Le dernier vol régulier d’un Boeing 727

Le 13 janvier dernier, une page de l'histoire de l'aviation commerciale s'est tournée avec le dernier vol régulier avec passagers d'un Boeing 727. Le triréacteur, appartenant à la compagnie Aseman Airlines, a effectué sa dernière liaison entre la ville de Zahedan et Téhéran, en Iran, avant d'être retiré du service.

23.01.2019

Le dernier Boeing 727 a avoir transporté des passagers sur une ligne régulière est un ancien avion d'Air France. ©K.Wedelstaedt

Construit en 1980, le Boeing 727 EP-ASB, ayant effectué l’historique vol EP851, avait été ensuite livré à Air France qui l’a exploité jusqu’au début des années 90 sous l’immatriculation F-GCDB avant de le revendre à Aseman en octobre 1994 où il a été  longuement utilisé sur des lignes intérieures.

Succès commercial indéniable avec 1832 appareils construit entre 1963 et 1984, le Boeing 727 est désormais devenu très rare avec une petite soixantaine d’avions encore opérationnels.

Si certains appareils restent appréciés comme avions d’affaires ou gouvernementaux, la majorité est exploitée désormais comme cargo.  L’un d’eux est néanmoins modifié pour effectuer des vols zéro G en Floride et deux autres, en Grande Bretagne, sont équipés pour l’épandage anti-pollution chez Oil Spill Response.

Mais 56 ans après la sortie de chaîne du premier exemplaires et 35 ans après la livraison du dernier, c’est un bel exemple de longévité !

FM

14 commentaires

  • JEAN-LUC SOULLIER

    et n’oublions pas cette version particulièrement spectaculaire de la bête :
    http://pics.kaybee.org/skydiving/quincy99/jet/
    sans parler du Robin de bois américain et donc de la « Cooper modification », ni du gros drone mexicain….
    https://www.youtube.com/watch?v=kJZ1eHU_JZg

  • JEAN-LUC SOULLIER

    Mr Rantet merci je me coucherai moins bête ce soir, j’ignorais les excellentes handling qualities du Mercure, n’ayant retenu que ses (extraordinaires) performances et son (époustouflant) display rate. Il faut dire qu’il y a peu de comptes rendus disponibles sur ce sujet précis, du moins dans la littérature courante. Il faut aussi vous expliquer qu’à l’époque où j’ai eu la chance de découvrir le ’27 je venais de machines aux qualités de pilotage particulièrement misérables : A320 et STG. Cela a sûrement joué sur mon appréciation…
    @ Stormy, ce qui compte en fait n’est pas la machine que vous avez piloté hier, ou la semaine dernière, où à l’époque où vous plaisiez aux filles de votre âge, mais bien celle que vous allez piloter demain 🙂

  • JEAN-LUC SOULLIER

    Mon meilleur souvenir de pilote sur un avion commercial, et de loin! Les surnoms employés par les cochers sont révélateurs « la Ferrari, la fusée, le chasseur à 3 moteurs » etc etc etc. Je volais dessus avec des gens qui avaient fait du A7 en Angola et qui différenciaient peu les deux machines au moins dans leur pilotage….. La douceur et la précision des commandes n’ont jamais été ni surpassées ni reproduites.
    L’article précise bien « vol passager régulier ». Je me demande encore si certains vols cargos sont classés « réguliers ». En tous cas il en reste en vol pour quelques années encore.

    • Rantet

      Jean Luc
      Le727 était un bel avion et une réussite commerciale indéniable.La douceur et la précision des commmandes n’ont jamais été ni surpassées ni reproduites dites-vous Pas si sur….Vous n’avez pas connu le Mercure et ses 380kts de VMO ,la précision et l’efficacité de ses gouvernes actionnées par des servo-commandes reliées à des pré-servo pour améliorer confort et précision de pilotage.Demandez à un spécialiste comme Jack Karine ce qu il en pense!! Un avion Dassault superbe et réussi,un échec commercial mais c’est une autre histoire…….

  • Yan

    Bonjour les gars,

    Donc si j’ai bien compris s’est le tout dernier 727 qu’on verra en circulation dans le monde?!!…Ce qui me crève le coeur, ce sont les cimetières d’avions et de voir comment on les dépècent jusqu’au dernier boulon…Les compagnies devraient avoir un musée du patrimoine et garder au moins un exemplaire de chaque avion ayant équipé leurs flottes, à faire entretenir et voler par des passionnés d’aéronautiques, et offrir des tours du monde aux clients les plus fidèles sur leurs avions légendaires!!…

    J’ai fais la connaissance du 727 quand j’étais petit et vivais encore au Maroc, d’abord en tant que passager sur le vol Casablanca/Paris, et à maintes reprises en tant que spectateur sur la terrasse de l’aéroport Mohamed V…Un avion d’un design inimitable(le TU-154 est loin de lui ressembler), et le son de ses réacteurs JT8D a imprimé ma mémoire pour très longtemps, je m’en régalais à chaque fois qu’il arrivait au contact passerelle de ses différentes missions que lui confiait la RAM!!…D’ailleurs j’adore toutes les séries 200 de Boeing des années 60/70, 727, 737 et 747(les 100 et 200 avaient tendance à se confondre pour cet avion avec les bosses à 3 ou 10 hublots)!!…Je trouve que les ingénieurs de l’époque faisaient tout de même plus preuve d’originalité dans leurs créations qu’aujourd’hui en design aérodynamique, notamment pour le 727 et surtout le DC-10 avec son réacteur n° 2 implanté dans la dérive, une audace très risquée avec les risques non excluables d’explosion, je me demande comment cet avion a pu recevoir sa certification, même si j’ai beaucoup apprécié de le voir voler!!…

    Côté esthétique donc le cockpit du 727 est complètement parent du 707, et le 737 a adopté aussi sa délicieuse frimousse!! Et pour le technique, je crois savoir que le 727 a été le premier a être doté des slats et des volets doubles fentes non?!…De même, son système APU était très particulier puisque situé dans le train principal, donc sa connexion devait se partager entre les moteurs à l’arrière et le réseau électrique de l’avion, le bus central devant se situer certainement en milieu de cellule au sol ou plafond?!!…Et puis pour cette fameuse entrée d’air en S du réacteur 2, j’en ai jamais compris le principe de fonctionnement, comment ce pauvre moteur arrivait à puiser l’air ambiant dont il avait besoin pour la combustion du kérosène, çà lui parvenait plus par le centre de son carcan que par l’aube avant non ?!…Les JT8D n’étaient pas réputés être des foudres de guerre en matière de rendement poussée bien que grosse gueule, et certains pilotes disaient qu’ils étaient mollassons au décollage!!…Pourtant, s’est pas le sentiment que j’en ai eu lors d’un rolling take-off d’un 737-200 de la RAM que j’avais pris pour Agadir, ils poussaient plutôt forts mes amours!!…

    Quoiqu’il en soit, je déteste les « jeunes » comme moi qui dénigrent les avions d’anciennes générations, on leur doit un ENORME respect pour les progrès qu’ils ont permis d’accomplir, et d’ailleurs un dossier de la revue dédiée à l’aviation civile que je lis assidument a été consacré à leurs reconversions comme bancs de tests par la NASA, ils accomplissent de fabuleux exploits et permettent des études aéros et même spatiales inédites!!…

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Il reste une soixantaine de 727 encore opérationnels, mais, comme expliqué dans l’article, il font essentiellement du cargo. On en trouve une poignée comme avions gouvernementaux (Burkina Faso par exemple) et quelques un en avions d’affaires – le M-STAR de Starling Aviation en étant un fort bel exemple.

      Là, c’était juste le dernier vol sur une ligne régulière avec des passagers.

      Le dernier vol du dernier 727 n’est pas pour tout de suite.

      • Yan

        Bonjour Frédéric,

        Merci pour votre réponse…J’ai remarqué que les compagnies de Fret aériens ont de plus en plus tendance à recourir à des bi-réacteurs à soufflantes toutes tailles confondues pour divers rayons d’action(raisons économiques et réglementaires oblige), et je suis agréablement surpris d’apprendre dans ce contexte que les 727 font de la résistance!!…FedEx en a-t-elle encore dans sa fleet?!…Les huchkits suffisent-ils à faire cadrer les réacteurs dans les normes de bruit des aéroports les acceuillant?

        Effectivement, j’ai pu voir des versions bizjet du 727 auxquelles j’associe celles gouvernementales…N’y en a-t-il pas aussi de transports de prisonniers aux USA?

  • LBE

    Iran Aseman vole avec bien peu de moyens et ce n’est pas près de s’arranger ! J’ai toujours en mémoire ce vol entre Mehrabad et Kharg en F28, un magnifique paysage assorti de corrections en roulis constantes durant presque 2 h de vol, tôt le matin, allez savoir pourquoi … Pour revenir au 727, le F-BOJB fut le destrier de mon baptême de l’air entre Cointrin et le camembert CDG alors tout neuf…Il a fini sa vie à Mojave il n’y a pas si longtemps..

  • Stormy

    Les pilotes qui ont volé sur 727 la ramènent toujours un peu – dès qu’on en aperçoit un sur un parking en particulier, mais ces mêmes pilotes ouvrent des yeux ronds quand je leur dit que j’ai volé sur BAC-I/II ou Nord 262. Veulent bien impressionner, mais ne connaissent au fond pas grand chose.
    Pas bien grave, on est toujours une légende à ses propres yeux.

    • HG

      Si maintenant , sur Aerobuzz, chacun doit la ramener – ce que vous critiquez pourtant cher Stormy – ou en sortira plus des post sans intérêt…
      Ce 727 a été une réussite commerciale, c’est sur! et il était beau….

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Michel, captain chez Eastern, qui a un jour posé son 727 sur une piste en glace au Groenland, avait commencé sa carrière sur Constellation. Jérôme, qui a fait son tour du monde comme copilote sur 727 a volé sur P-3 Orion, DC-4 (sur feux aux USA) , OV-10 Bronco, C-130 Hercules et Grumman Tracker.

      ça ne veut pas dire que piloter un BAC 1-11 ou un Nord 262 est plus facile ou plus compliqué, ça veut juste dire que ces deux pilotes expérimentés ont adoré les moments qu’ils ont passé à bord de cet avion.

  • michael tolini

    Ca faisait beaucoup de bruit mais ca poussait vraiement tres fort, que de bons souvenirs … presque le temps del’aviation a la papa.

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      ça fait toujours beaucoup de bruit (j’ai la chance d’en voir encore régulièrement…) !
      Tous les pilotes que j’ai rencontré et qui ont eu la chance de piloter le 727 n’en disent que du bien !

      • Jean-Mi

        Le 727 fait parti de ces derniers avions de ligne conçus à une époque ou les ordinateurs n’existaient pas encore à bord… Ce sont donc des avions qui volent « tout seuls », à la main, sans besoin d’assistance de stabilité artificielle… Ce genre d’avions sont généralement très surs, mis au point par des pilotes pour des pilotes. Je ne suis pas étonnés qu’ils soient appréciés…
        Ce fut moins le cas quand ces pilotes « expérimentés » sont passés aux CDVE et ont ressentit ce filtre informatique entre eux et l’avion, n’étant plus tout à fait le maitre à bord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.