Accueil » Les Assises nationales du transport aérien se clôturent sur les aéroports régionaux

Les Assises nationales du transport aérien se clôturent sur les aéroports régionaux

Le dernier colloque (3 octobre 2018) clôturant la phase de concertation des Assises nationales du transport aérien était intitulé « aéroports et territoires ». La ministre a laissé entrevoir de futures mesures qui pourraient concerner directement les aéroports régionaux.

4.10.2018

Le gouvernement veut relancer les liaisons aériennes d'aménagement du territoire, autrement dit subventionnées. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Hasard du calendrier, le jour même où les députés ont donné leur feu vert à la privatisation d’Aéroports de Paris, la première partie des Assises nationales du transport aérien, s’est clôturée, le 3 octobre 2018, avec quelques semaines de retard, sur un message d’apaisement adressé aux gestionnaires des aéroports régionaux, aux premiers rangs desquels figurent évidemment les régions. Pour calmer « les impatiences » des uns, et la frustration, voire les inquiétudes des autres, la ministre des Transports a distillé quelques informations sensées aller dans le sens de l’attente des élus locaux.

Elisabeth Borne a déclaré avoir pris note de la volonté de certaines collectivités de monter au capital des sociétés aéroportuaires auquel l’Etat est présent. Elle a surtout « décidé de mieux associer les Régions à la préparation des négociations internationales sur les droits de trafic, d’augmenter le nombre de villes françaises pouvant être desservies, et de réserver des enveloppes de droits de trafic pour leur desserte. » C’est un coup de pouce accordé au long courrier en régions, « sans affaiblir notre hub national », a, toutefois, précisé la ministre. L’exercice risque d’être périlleux !

Le gouvernement veut apparemment permettre aux collectivités locales d’apporter leur soutien financier aux plus petits de leurs aéroports (moins de 200.000 passagers par an) sans crainte des foudres de l’Europe. La ministre promet aussi de régler le problème des « points de passage frontalier » sur les plus petits aéroports.

Il va falloir attendre quelques mois encore pour connaître précisément quelles mesures auront finalement été retenues.

Gil Roy

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.