Accueil » L’intersyndicale d’Air France a du plomb dans l’aile

L’intersyndicale d’Air France a du plomb dans l’aile

Une indiscrétion de Mediapart sur une demande singulière de la CFE-CGC adressée à Benjamin Smith, le directeur général d’Air France, ne plait pas au syndicat de pilotes.

16.10.2018

« Révélation nauséabonde ». C’est sous ce titre que le SNPL Air France a diffusé, le 16 octobre 2018, un communiqué de presse, faisant suite à la mise en ligne, la veille, par Mediapart, d’un article relatant une intervention de la CFE-CGC auprès du nouveau patron d’Air France. Le SNPL se déclare « stupéfait et choqué par cette trahison, cette « collaboration ». »

Selon le SNPL, dans un courrier adressé à Smith, la CFE-CGC demande de « ne pas donner raison à l’intersyndicale par un quelconque geste. Jusqu’à ce jour, cela a été fait et nous en remercions monsieur Gateau. Si vous voulez garder des interlocuteurs forts, respectueux de l’entreprise et capables de faire avancer les accords d’entreprise, il ne peut en être autrement. S’il doit y avoir un geste salarial en fin d’année, il ne peut mettre en péril des syndicats responsables comme le nôtre… »

Cette nouvelle péripétie est d’autant plus regrettable qu’il n’y a pas plus d’une semaine, la proposition de la nouvelle direction sur les augmentations de salaires de 4% (2% en janvier 2018 et 2% en janvier 2019) avaient été plutôt bien accueillie, comme en témoigne la déclaration du SPAF (9 octobre 2018) qui « estime qu’un nouveau dialogue social est non seulement souhaitable, mais possible. Nous avons donc choisi d’accepter la proposition du Directeur général Ben Smith. »

 

 

 

4 commentaires

  • Jean-Claude

    Il est grand temps que tout le monde se mette au travail. Je lis comme vous tous la presse, les informations données par les uns et des autres, je regarde les résultats de trafic : AIR FRANCE depuis des années perd des parts de marché.
    Des exemples ? Paris Istanbul au départ de CDG : un vol AF par jour et six à sept de la Turkish ou encore sur les Antilles, la « Nationale » est en perte de vitesse sur toutes les destinations et à Bordeaux où Easy Jet à ouvert récemment une base avec des avions dédiés à de nouvelles dessertes. Et la Cie French Bee à peine arrivée à Tahiti dépasse le trafic d’ AF…
    C’est ça le vrai cri d’alarme qu’il faut pousser pour que chacun se retrousse les manches et cesse de se prendre pour le grand Calife !

  • Pilotaillon du 21eme siècle

    @Géo
    De toutes les manières, tant que l’entreprise ne sera pas dans une chute irréversible, il n’y aura que des arguments tels que ceux que vous avancez. :o(
    La liberté intellectuelle est justement de sortir de ces attentes hors du temps et de la réalité, de regarder les chiffres et les modèles qui captent le marché.
    Soyez intelligents, malins, constructifs, construisez ensemble un modèle plus équilibré qui pose une alternative au low-cost et qui soit approprié à la situation, vous avez en main de quoi le faire.
    L’ennemi n’est pas AF mais l’évolution de la société humaine.
    Prenez de la hauteur, vous qui observez le monde du ciel, vous pouvez créer (comme vos prédécesseurs pionniers de l’aéropostale) des solutions qui répondent aux enjeux de la planète et qui vous permettrait de dire à vos enfants que vous avez construit un monde vivable…
    Plus sexy que : « j’ai rien lâché ! »
    Mais au fait pourquoi ne lâchez-vous rien ?

    • Pierre

      Bonjour,
      Très bien, votre feuille de route, motivante et porteuse d’avenir.
      Mais avez-vous remarqué la qualité de nos patrons, disons ces 15 dernières années?
      Et qui fixe la tragédie des entreprises, les salariés ou les dirigeants?
      Ce n’est pas en peignant un âne d’enarque avec des rayures qu’on en fait un zèbre.
      Au moins, maintenant on a un vrai patron, espérons qu’il aura les mains libres pour faire le ménage qui s’impose depuis beaucoup trop longtemps.

  • Géo

    En quoi l’Intersyndicale aurait du plomb dans l’aile puisque ce courrier nauséabond révèlé par Mediapart et au sujet duquel le SNPL a réagi, a été rédigé par la CGC, syndicat « réformiste » ne participant pas à cette intersyndicale ?
    De ce que je comprends du communiqué du SNPL, il n’a fait que dénoncé les pratiques inacceptables de collusion avec le patronat de ce syndicat (du moins à Air France). Au passage il discrédite un peu plus une forme de syndicalisme à une plus large échelle. En effet si l’on sait bien que les dits « réformistes » veulent accompagner les directions de leurs entreprises, force est de constater qu’ils ont perdu toute indépendance intellectuelle et toute forme de critique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.