Accueil » Paris Aéroport en baisse de 87,5% en novembre 2020

Paris Aéroport en baisse de 87,5% en novembre 2020

À Paris- Orly, seuls Orly 3 et Orly 4 sont ouverts au trafic passagers. © Aéroports de Paris

En novembre 2020, les aéroports d’Orly et de Roissy-CDG ont accueilli moins d’un million de passagers, contre près de 8 millions un an plus tôt.

À Paris-Charles de Gaulle, seuls les terminaux 2E (halls K et L) et 2F sont actuellement ouverts afin d’accueillir l’ensemble du trafic commercial de passagers. Le terminal 2AC, fermé depuis le 1er décembre, rouvrira à partir du 17 décembre. À Paris- Orly, Orly 3 et Orly 4 sont ouverts au trafic passagers. Orly 4, fermé depuis le 19 novembre, est de nouveau ouvert depuis le 10 décembre. Orly 1B, fermé depuis le 11 novembre, rouvrira à partir du...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je crains que ce positionnement « premium » ne soit possible que si le public en transit correspond à l’offre.
    Contre intuitif aux yeux des français souvent fâchés avec les règles économiques et le sujet de l’argent en général : le commerce s’adapte à son client et non l’inverse.
    On ne fait pas dépenser 100 à une bourse qui n’a que 10 de disponible. A moins d’entrer dans la boutique masqué et ganté, mais c’est un autre sujet.
    La progression et la rentabilité se faisait davantage sur les dépenses des pax au sol que sur les services aériens aux compagnies, … avant la Covid.
    Si les porteurs de portefeuille rebondis fréquentent plutôt Abu Dhabi ou Singapour, on dépense moins à Paris. Aussi le sens de l’exploitation doit s’orienter vers le quantitatif, assurément moins glamour et autrement plus commercial, plus « grande distribution »,… il y a davantage de petites mains, moins de mannequins triés sur le Vol Héhé !
    A n’en point douter, lorsque le niveau de vie des Français aura progressé (après avoir remboursé la dette et payé le futur Porte Avion – un peu de patience St Ex), il est évident qu’ADP ou Vinci sauront faire évoluer leur offre !

    Répondre
  • Si les dirigeants d’ADP n’avait pas privilégié la quantité à la qualité, l’entreprise surmonterait mieux cette situation. Depuis 20 ans leur obsession était d’atteindre 100 millions de passagers réunis Orly et Roissy. Il y sont arrivés ! mais à quel prix ? Lourds investissements dans des infrastructures et embauches… Ils auraient mieux fait de copier Singapour Changi ; moins mais mieux ! moins de passagers mais une recette unitaire supérieure. Alors que Roissy se traîne dans les classements, Changi caracole en tête ! Ajoutez des investissements dans des pays à risque (Turquie, Turkestan, Inde, etc) et vous avez le désastreux résultat actuel.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.