Accueil » Passage de témoin à l’OSAC

Passage de témoin à l’OSAC

Guy Tardieu succède à Jean-Marc de Raffin Dourny à la présidence de l’OSAC.

30.01.2019

Guy Tardieu (à gauche), succède à Jean-Marc de Raffin Dourny à la tête de l'OSAC. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Jean-Marc de Raffin Dourny n’est pas du genre à reculer devant un obstacle. Il l’a prouvé à maintes reprises au cours de sa longue carrière au cœur de l’industrie aéronautique. Mais celui qui s’est dressé devant lui, bien que prévisible, était infranchissable. Ayant atteint la limite d’âge réglementaire, il a donc du se résigner à prendre sa retraite. Il n’a pas dit pour autant son dernier mot. Ce serait mal le connaître.

Jean-Marc de Raffin Dourny ne s’avoue jamais battu. Cet ancien de l’Aérospatiale l’a démontré au cours de ces dernières années à la direction de l’OSAC, en tenant tête à la DGAC et en croisant le fer avec l’EASA. L’homme a des convictions et il les défend.

Depuis 2010, date à laquelle la DGAC a délégué à l’OSAC (filiale d’Apave), le contrôle et la vérification des documents nécessaires à la navigabilité des aéronefs, Jean-Marc de Raffin Dourny n’a jamais cessé de remettre en question la manière de remplir cette mission. Comme il le rappelle souvent, la réglementation ne fait pas la sécurité. Mais la manière de l’appliquer contribue au développement d’une culture de la sécurité chez les opérateurs. Mais cela implique aussi une remise en question délicate du métier d’inspecteur dans un contexte de judiarisation croissante. La transition est enclenchée.

Le personnel de l’OSAC a offert au président sortant Jean-Marc de Raffin Dourny (à gauche) un tableau de Lucio Perinotto (à droite). © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le 30 janvier 2019, le président sortant de l’OSAC a tenu à ce que l’ensemble du personnel de l’OSAC, soit environ 150 personnes, en grande majorité des inspecteurs basés à travers la France et en Outre-mer, soit présent à sa passation de pouvoir. Le successeur de Jean-Marc de Raffin Dourny, Guy Tardieu qui jusqu’en octobre dernier était délégué général de la Fédération nationale de l’aviation marchande, après une carrière chez Air France, est lui aussi un homme de conviction. Un opérateur succède à un industriel.

Gil Roy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.