Accueil » Poutine encourage une version civile du supersonique Tupolev Tu-160

Poutine encourage une version civile du supersonique Tupolev Tu-160

La version modernisée du Tu-160M a fait son premier vol en 2014. Un nouvel exemplaire de test, baptisé du nom d'un général russe "Pyotr Deynekin," a rejoint la flotte des appareils de tests. La Russie devrait recevoir 10 appareils d'ici à 2020 © UAC

Au cours de sa visite de l'usine United Aircraft Corporation de Kazan où il a assisté à la présentation de la version modernisée du bombardier supersonique Tu-160M ,le président russe Vladimir Poutine a suggéré l'étude d'une version civile. L'avionneur UAC a quant à lui confirmé qu'il travaille sur un projet d'avion commercial supersonique.

D’après le site Internet Russia Aviation Insider, Vladimir Poutine a faire part de son idée, le 25 janvier 2018, alors qu’il assistait à la présentation en vol du tout nouveau Tu-160M modernisé, qui a débuté une campagne de tests. « Une version civile doit être créée « , a déclaré Vladimir Poutine. « Pourquoi a-t-on cessé de produire le Tu-144 [ndlr : l’équivalent soviétique de Concorde] ? Parce que les tarifs étaient censés correspondre au revenu moyen dans le pays et qu’au...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Les moteurs russes sont excellents et bien meilleurs que les Olympus (25t au lieu de 17t, pour une conso spé. inférieure !) Mais n’en demeurent pas moins comme eux, des réacteurs militaires supersoniques, donc très très goulus par rapport à des TurboFan… (environ quatre fois plus, c’est le prix du supersonique, et ça reste de la physique. Sans même parler du bang…)
    Ah l’humour russe !

    Répondre
    • Concernant la consommation spécifique des moteurs, wikipedia nous indique pourtant le contraire :
      https://en.wikipedia.org/wiki/Rolls-Royce/Snecma_Olympus_593
      https://en.wikipedia.org/wiki/Kuznetsov_NK-32
      Car le concorde maintenait sa vitesse de croisière à Mach 2 sans post-combustion (qui était utilisée au décollage et pour réduire le temps passé autour de Mach 1, là où la trainée d’onde est la plus forte).

      Le turboréacteur (simple flux) sans post-combustion a un bon rendement propulsif pour Mach 2, et comme l’Olympus avait un excellent rendement thermique (cf wiki) c’était vraiment le bon moteur pour le supersonique de croisière.

      Question consommation ces moteurs ne sont pas si gourmands, car il ne faut pas oublier que la consommation spécifique donnée est une consommation horaire. S’il on divise la consommation spécifique par la vitesse de l’avion (pour obtenir une consommation au kilomètre) ils ne sont pas ridicules par rapport aux double flux. C’est la finesse de croisière (la trainée d’onde donc) de l’ordre de 6 ou 7 à Mach 2, contre 20 pour nos avions modernes (15 pour les subsoniques à l’époque du concorde) qui explique la forte consommation de l’avion de ligne supersonique. Et comme tu le dis c’est la physique (l’aérodynamique dans l’état de nos connaissances actuelles) qui est la limite.

      Répondre
  • Je pense que l’on aurait pu militariser le CONCORDE!…. 🙂

    Répondre
  • Il ne me semble pas impossible qu’il y aie un marché de toute petite série ‘civilisée’ à moindre coût pour couvrir les transversales Russie – Chine par exemple. Envisageable seulement si les coûts d’exploitation permettent une vraie rentabilité commerciale. A savoir maintenant si l’aviation commerciale supersonique ne serait pas rendue obsolète rapidement par le transport stratosphérique ou même l’hyperloop qui sont développés pour être opérationnels dans les 10ans

    Répondre
  • En fait je ne mettrais pas un kopek sur leur supersonique, je pense que le president russe poutine a pris tout le monde de court en proposant de deriver un avion commercial supersonique du TU160. 2videmment difficile pour les avionneurs russes de contredire leur president…..
    le TU160 est supersonique pour des pointes de vitesse, et non en continu, en outré les russes ne disposent pas du moteur adequate tel que l’Olympus de Concorde….ni des moyens financiers pour developer un tel appareil….
    quant au marché, personne ne sait réellement quelle taille il a .. Si il y en a un.
    ceci explique le fait que de nombreux constructeurs russes et occidentaux ont jetté l’éponge au cours des 15 dernieres années

    Répondre
    • Il me semblait pourtant que le Tu-160 utilisait les mêmes moteurs que le Tu-144, concurrents directs de l’Olympus, et que dans leur dernières versions ils sont capables de supercroisière.
      Je m’inquiéterais plutôt de la maintenance d’une voilure à géométrie variable, ceci dit on sait désormais combiner voilure supersonique fixe et bonnes performances au décollage, une nouvelle voilure ne devrait pas être trop difficile à étudier et permettrait de gagner en masse donc en charge utile et/ou distance franchissable.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.