Accueil » United Airlines et Agrisoma font voler un 787 au biocarburant entre San Francisco et Zurich.

United Airlines et Agrisoma font voler un 787 au biocarburant entre San Francisco et Zurich.

Après Qantas en début 2018 entre Los Angeles et Melbourne, la société québécoise Agrisoma Biosciences réalise un nouveau vol commercial avec du biocarburant Carinata. Le groupe français Avril s’est associé au développement de ce biojet.

21.09.2018

Agrisoma Biosciences produit le biocarburant à partir de Carinata de deuxième récolte. L’huile étant principalement extraite pour fabriquer des aliments naturellement protéinés pour les animaux. © Agrisoma

Le Dreamliner de United Airlines a décollé de San Francisco vendredi 14 septembre et s’est posé à Zurich le lendemain après un vol de 11 heures sans escale. Dans les réservoirs du 787, 30% du kérosène ont été remplacés par du biocarburant fabriqué à base de l’huile extraite de Carinata.

La société canadienne Agrisoma Biosciences produit cette semence non alimentaire semblable à la moutarde spécifiquement pour l’industrie aéronautique mondiale. Elle ambitionne d’approvisionner le secteur sur le long terme.

Après l’Australie, où la première culture commerciale de Carinata est prévue pour 2022, Agrisoma s’intéresse désormais à l’Europe. L’entreprise française Saipol, filiale du groupe Avril, a extrait cette huile de haute qualité pour fabriquer le biocarburant du vol United Airlines. Des discussions sont en cours pour récolter un jour une Carinata « made in France ».

Qantas sur Los Angeles-Melbourne en biocarburant avec Agrisoma

Biokérosène : la France mise sur les biocarburants durables

 

6 commentaires

  • le Mitch

    Je rejoins les commentaires précédent, en vous priant de ne pas céder au green washing et a la novlangue. Il est important que les mots qui désignent les choses le fassent avec le plus de précision et de sens possible. Merci d’utilisé le mot « agrocarburant » ou pourquoi pas « agrokéro » .

  • ROUSSEAUX DENIS

    ESt-ce qu’on pourrait cesser d’utiliser cette appellation de biocarburant (qui n’a rien de bio au sens où on l’entend habituellement, puisqu’il est produit à grand renfort de pesticides, d’intrants et d’irrigation, et utiliser plutôt celui d’agrocarburant, qui me paraît beaucoup plus justifié.

  • michael tolini

    Combien de tonnes d’eau sont necessaire pour la production d’une tonne de ce carburant « miracle » ?

  • Arès

    Du pipo ce biocarburant. Par contre, le jour où l’histoire de l’homme, qui nous a donnée Tesla, Volta et autre Edison, nous donnera celui qui aura trouvé le moyen de stocker l’électricité… alors là! on changera de division, pour le plus grand profit de l’humanité!. D’ici là, ce sont que cornemuses et binious..

    • Fbs

      Mais…c’est pas les moyens de stocker l’electricité qui manquent !

      Mon préféré : excellent rendement et « low tech » au possible : transporter des cailloux dans des trains le long d’une voie en pente : il faut de l’électricité pour faire monter les cailloux, la locomotive la restitue à la redescente en freinant le convoi (elle devient génératrice)

      Plus prosaïquement : tapez aussi « efuel Audi » dans Google par exemple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.