Accueil » Vers un secteur aérien socialement plus responsable

Vers un secteur aérien socialement plus responsable

Le transport aérien du futur ne devra pas être seulement plus vert, il devra aussi être socialement plus responsable. Les ministres des transports de huit pays européens lancent un appel à la Commission européenne. Le SNPL France approuve.

9.12.2020

Pour Guillaume Gestas, président du SNPL Air France-Transavia France, les pilotes d’Air France démontrent « les efforts qu’ils sont prêts à fournir pour qu’Air France sorte au plus vite et au mieux de cette crise. » © Gil Roy / Aerobuzz.fr

En prévision de la réunion du Conseil européen des transports (TTE), les ministres des transports de l'Autriche, de la Belgique, du Danemark, de la France, de l’Italie, du Luxembourg, des Pays-Bas et du Portugal ont signé une déclaration commune intitulée « COVID-19 Recovery  : Vers une connectivité socialement responsable ». Les ministres ont pris cette initiative afin de souligner l'importance de veiller à ce que « la reprise du secteur de l'aviation après la pandémie se traduise par une connectivité aérienne socialement responsable...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • Jean Baptiste Berger

    @Pilotaillon,
    Un peu de vrai dans votre analyse, surtout quand vous évoquez l’emprisonnement des consommateurs dans des schémas commerciaux qui sont justement délibėrément conçus pour qu’ils ne puissent pas s’en échapper.
    Certe, les individus sont un peu faibles (j’en fais partie) et se laissent peut-être un peu facilement manipuler (par paresse, vous dites confort, égo trop facilement flatté (les marques de vêtement), etc.
    Mais tout ça n’est pas si récent, à bien y regarder ; ça s’appelle la pub, on disait la réclame, et le but des promotions a toujours été de convaincre le « consommateur potentiel » que l’objet dont il se passait jusqu’alors lui est indispensable.
    Mais je crois que le monde s’emballe surtout parce que des entités commerciales monstrueuses ont pris l’avantage sur les individus pour les manipuler ainsi .
    « Avant », l’individu pouvait être séduit (ou non) par la nouvelle perceuse sans fil (pour faire cinq trous dans l’année, la première….) par telle voiture au toit ouvrant ou autre objet habilement présenté.
    Aujourd’hui, ce sont les politiques qui nous vendent, non seulement ces produits (pour favoriser le commerce, les (dés)équilibres financiers, les rentrées fiscales etc….
    Et pour que ça ne se voit pas trop, ils mettent l’accent sur le côté écolo (les éoliennes, les voitures électriques) la lutte contre la fraude (monnaie virtuelle, impossible de se servir comme on souhaite de ce qu’on a gagné en travaillant), aujourd’hui la santé (asservissement des organismes sociaux aux labos ainsi qu’abus d’autorité des dirigeants pour compenser leur faillite à avoir maintenu ces organismes en situation d’être efficaces (les masques, les lits d’hopital, l’excès d’administration inutile, etc.) .
    Vous culpabilisez un peu facilement les individus là où un comportement totalitariste des dirigeants, pour conserver le pouvoir que leur alliance avec ces trusts commerciaux leur assure en échange de leur servilitė (je ne parle même pas de la presse, dont vous essaierez de me donner un exemple de non asservissement aux mêmes trusts (à part Aérobuzz, sinon on serait condamnés à se taire vous comme moi, ce qui ne déplairait pas à certains qui se délectent des informations officielles imposėes par la « pravda » Européenne)..
    Dans ce post vous vous dites prêt à renoncer à votre passion (voler) pour concéder à une majorité de gens le plaisir d’être venu a bout d’un « privilège » qu’ils sont incapables de s’offrir (en quoi le fait d’être majoritaires les rend-il légitimes ou détenteur d’une vérité ?).
    Ou est l’avenir de nos enfants, là dedans ?
    Vous savez plus qu’un autre que ça ne changera rien au climat votre vol du soir en Jodel.
    Alors quel intèrêt que vos enfants n’aient pas le droit de s’offrir ce privilège, désigné comme tel par les dirigeants et les médias, et parce que des gens plus facilement manipulables par de faux arguments venus de malhonnêtes se liguent en association de guignols pour vous imposer leur monde de zombie qui baissent la tête ?

    • Pilotaillon écolo

      Une branche loisir responsable :
      Wanted : Un catalyseur du développement du GMP de demain, qui rallient les pilotes, les voisins et l’environnement.
      JBB, je voudrais simplement voler avec « ma pétrolette » équipée d’un groupe MP digne de l’époque…
      Une formule qui consomme et qui émet moins d’aéropolluants, moins de bruit et qui ait atteint un niveau de fiabilité suffisant pour entrer dans les critères communément admis… Je pense à l’injection catalysée par exemple, avec des blocs modernes où les sujets aussi différents que les vibrations ou de la disponibilité des pièces pour maintenance soient faciles.
      Je pense également aux hélices,…
      Nous ne partons pas de rien, des solutions existent déjà, il suffirait de les développer, les fiabiliser pour qu’elle puissent faire partie des hypothèses crédibles de rétrofit massif.
      Tout cela pourrait être développé à l’échelle nationale, pour (bis repetita) aborder les phases de développement avec à la fois une vision quant à la définition des produits (CDC) et d’un volume de produits, pour lancer le travail avec une perspective de retour sur investissement.
      Les pratiquants loisirs sont nombreux (persos et assos) et ont besoin de réassurance pour imaginer modifier leurs machines.
      Il y a des ressources parmi les acteurs industriels.
      La solution est au fond assez simple. Il s’agit de trouver une entité qui prenne en charge ce sujet, non seulement le porter et l’animer, mais qu’elle « organise » les moyens au travers d’un consortium.
      Ce dernier a des arguments pour aller chercher des fond de R&D qui accéléreront le déploiement. En ligne de mire, les autres marchés Europe et pourquoi plus loin.
      Mais il faut se faut préserver des attitudes de défiance style « vaccin » et que le péquin bruyant et fier de l’être, d’emblée curieux et s’étant déclaré intéressé se défausse au final, et renonce à l’achat, pour une raison métaphysiques… (C’est vrai, il y a 60 millions d’avis d’experts en France).
      Je peux rêver : c’est à ce même écosystème, qui fort de ses moyens, d’une place dans le fonctionnement du microcosme, contribuerait aux pas suivants, qui pourraient être des GMP au H2 ou autres solutions vertes…

  • BIB57

    Une Remarque: à l’ouest rien de nouveau….

  • Greg765

    Sauf peut être sur certains sujets précis (style Pay to Fly), je pense que ce n’est qu’une utopie…
    Chaque État a sa propre fiscalité, son propre droit du travail, son propre système de protection sociale, plus ou moins généreux.
    Comme de nombreuses compagnies opèrent dans toute l’Europe, éviter toute forme de « concurrence déloyale » entre les différents pays implique en fait un alignement des lois des différents pays pour que les conditions soient les mêmes partout. Je ne crois pas du tout en un alignement entre les États, et je ne suis pas sûr que les populations suivent une réforme aussi majeure dans chaque pays, les blocages seraient trop nombreux.

    • BIB57

      Et oui, l’Europe sociale et fiscale que l’on nous ressert à chaque élection n’est qu’une utopie, surtout depuis l’élargissement à 27 Etats…

    • Xav520

      Oui c’est l’Europe…
      Justement un des vieux idéaux était non pas un changement, mais une amélioration, un alignement vers le haut des législations.
      Cela s’est tout-de-même fait, très progressivement en Europe de l’Est (Tarom, Lot, feu Malev…), poursuivons la courbe, malgré tout !

      • Jean Baptiste Berger

        En attendant, à l’ouest, l’alignement se fait plutôt vers le bas, BIB57 a raison.
        Loin des ambitions nobles des promoteurs initiaux du projet.
        Quand une bonne idée se transforme en dogme elle en perd l’intérêt (sauf pour quelques voyous)

      • Tonton Volant

        En France, le mot  »libéralisme » était imprononçable, alors on en a trouvé un autre : Europe (Alain Touraine, sociologue, mai 99)
        « Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l’apparence de la solidarité à un simple courant d’air » (George Orwell)

      • PlasticPlane

        Oui Xav520, poursuivons l’effort. Le plus rude combat de l’Europe est de se confronter aux égoïsmes des nations, qui ne sont jamais que la déclinaison de l’ensemble des égoïsmes unitaires de chacun de leurs citoyens. Regardons simplement ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux, maintenant réputés pour être le reflet des populations… et je ne parle pas ici d’Aérobuzz, évidemment 🙂

      • Pilotaillon, vivant et réaliste

        La solidarité (ré)apparait lorsque sa propre vie en dépend.
        Orwel, un oiseau qui n’a pas fait le printemps, s’était placé sur un autre plan que cette évolution sociologique, se traduisant par l’individualisme.
        Les raisons viennent du secteur marchand et du principe de marketing en général. La marque a intérêt de s’adresser à l’individu, car c’est se donner une chance de vendre à plusieurs, à chaque consommateur qui se défini en terme social (l’exemple : la voiture), se procure son confort (les principes d’automatisation qui rendent dépendant d’un service) ou plus simplement pour l’usage attendu (une éponge, un peigne)….
        Le marketing prend tant de formes qu’il a tout envahi, un message simple ne passe plus, il est devenu ringard.
        J’ajoute que le web accentue, accélère ce phénomène, des réseaux sociaux qui permettent tous les excès car on ne voit pas (plus) celui qu’on blesse. (Je mets ma force, je me réalise dans les mots, qu’importe ce que j’écris et qui je suis, on ne me connait pas)
        Force est de constater que le marketing a gagné, car en intériorisant à l’extrême notre identification, nous avons changé de positionnement.
        Cela donne les effets suivants :
        – des catalogues immenses, aujourd’hui la production unitaire, personnalisée
        – l’obsolescence des produits +/- programmée
        – une circulation d’argent intense et diffuse, qui marginalise les « petits porte-monnaies »
        Mais le plus grave, à mon sens :
        – une consommation intensive des matière premières et d’énergie pour produire et transporter
        – pour des produits qui sont destinés à la destruction, emprisonnant des matière à jamais, comme on ne récupère plus l’oeuf une fois qu’il a été cuit avec un autre ingrédient…
        – des dépenses de CO2 à l’envie, qui vont conduire à un changement majeur subit de l’humanité.
        Bravo, et surtout félicitation à ceux qui ignorent sur cette réalité, ayant peur de perdre « leurs avantages » en léguant la situation (???) sans réagir, aux futures générations.
        Orwel était loin de prédire cet emballement, il avait justement peur de se faire emprisonner, pensant que la technologie (donc la consommation) allait devenir ingérable.
        C’est l’Homme qui collectivement est « ingérable » ou plutôt déraisonnable.
        Passons au plus vite à l’économie circulaire et la stabilisation du climat.
        Au fond l’aéronautique de loisirs, quelle importance ?
        Et j’aime voler, mais en regardant le monde évoluer, avec réalisme j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.