Accueil » « Je savoure chaque instant jusqu’à l’extinction des moteurs. »

« Je savoure chaque instant jusqu’à l’extinction des moteurs. »

Avec mon oncle le Commandant Pierre Maréchal le 1er septembre 2006 juste après l'atterrissage à JFK... © Jérôme Bonnard

Par Jérôme Bonnard

Ce premier septembre 2006, je n’ai pas beaucoup dormi la veille tellement j’attendais cette journée avec impatience. Je devais me rendre à New York pour le travail, et j’avais prévenu mon oncle suffisamment longtemps à l’avance pour que ce vol coïncide avec son planning. Nous étions sur la première rotation Air France de la journée vers JFK (départ 8h30).

L’avion était parqué loin du terminal, c’est donc en navette que nous sommes...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Autrefois, avant que les terroristes (palestiniens pour commencer)ne nous en chassent on allait à Orly, le dimanche, sur les terrasses voir les avions et parfois en demandant au chef de cabine de demander au CDB de nous permettre de visiter le cockpit on pouvait même faire un petit arrêt sur le strapontin derrière le CDB surtout si on annonçait être pilote privé.La première fois pour moi ce fut en Caravelle de nuit J’accédai au cockpit dès la mise en palier et j’y suis resté jusqu’à l’arrêt des moteurs à Londres. Eh oui on vivait beaucoup mieux à cette époque bien qu’on a gagné depuis certaines commodités dans la vie courante et en moyens aériens les « low-cost »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.