Accueil » Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex

Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex

Le musée de Mehun-sur-Yèvre (Cher) conserve les souvenirs d’André Prévot, le mécanicien qu’Antoine de Saint Exupéry a entraîné avec lui dans ses raids aériens. Avec Saint Ex, Prévot a notamment vécu deux crashs en Caudron Simoun. Le 28 novembre dernier, le temps d’une journée, le musée a fait revivre ces souvenirs.

1.12.2015

Saint-Exupéry au musée de la porcelaine ! Cela ressemble à une boutade. Pourtant, cette journée bien remplie du 28 novembre 2015, au Pôle de la porcelaine du musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre (Cher), dirigé par Philippe Bon, conservateur généreux, volubile et passionné, a permis de découvrir les boîtes à chaussures contenant des documents uniques donnés au musée par Michèle Prévot, belle-fille d’André Prévot, mécano de Saint-Exupéry sur ses Caudron Simoun.

Michèle Prévot demeure à Mehun, c’est le seul rapport entre St Ex et la porcelaine, qui n’est pas seulement une spécialité de Limoges, mais aussi du bassin de Vierzon comme le montre l’exceptionnelle collection de pièces de maîtres, dont certaines ont nécessité la réalisation de plusieurs dizaines de moules, voire de plusieurs centaines. Je ne suis pas spécialiste de cet art, mais je suis ressorti émerveillé de la visite du musée. A voir absolument. Le musée du château du roi Charles VII, dans un écrin de verdure et d’étangs, est aux antipodes des grands musées parisiens insérés dans un tissu urbain dense et minéral.

A l’initiative de la ville Mehun-sur-Yèvre, du musée et en collaboration avec l’Association pour la Renaissance du Caudron Simoun (ARCS) de Cergy-Pontoise, ces pièces inédites ont été présentées pour la première fois au public. D’intenses moments ont réuni François d’Agay, neveu et filleul de Saint-Exupéry, et Michèle Prévot. François se remémore ses quinze ans lorsque Saint-Exupéry et Prévot ont été déclarés disparus plusieurs jours après le crash de leur avion sur les bords du Nil, suite à une erreur de prévision météo.

Cet épisode de leurs aventures est raconté dans le carnet de notes manuscrit d’André Prévot. Ce fut la fin du F-ANRY, le premier Simoun de Saint-Exupéry, de couleur rouge et blanc selon ces mêmes notes. Trois ans plus tard, les deux hommes repartent pour un raid New York / Terre de Feu qui se termine par un crash au Guatemala, beaucoup plus grave encore, puisque les deux occupants ont gardé pour toujours des séquelles de cet accident. Encore le carnet de notes…

On se demande d’ailleurs, en voyant l’état du second Simoun (F-ANXK), par quel miracle ils ont survécu avec, dans le dos, un réservoir supplémentaire de carburant presque plein.

Cette journée au musée de Mehun a permis à une cinquantaine de personnes d’assister, le matin, à la conférence sur Saint-Exupéry, visionnaire sur bien des sujets d’une actualité brûlante, animée par Jean-Pierre Guéno, historien et écrivain. L’après-midi, Jean-Pierre Chellet, bénévole de l’association, a présenté de manière vivante, la technologie des avions de l’époque et les causes probables de ces deux accidents. A noter qu’un des auditeurs, qui a osé annoncer qu’il était ancien mécano sur le Renault 6Q, spécialiste des carburateurs, a été recruté sur le champ par l’association !

Selon Stéphane Lanter, président de l’Association pour la Renaissance du Caudron Simoun (ARCS), si la restauration semble marquer le pas, les bénévoles ne restent pas les bras croisés et se concentrent sur des actions « collatérales » afin de préparer un environnement favorable au premier vol. Ainsi, il a été décidé de préparer trois moteurs (Renault 6Q) afin de tenir sous la main un petit stock de moteurs « neufs » (en cas de panne de l’un d’eux) et surtout de se faire la main en mettant en vol un de ceux-ci avionné sur le Nord 1000 de l’association, avion mieux connu, contrairement au Simoun. C’était d’ailleurs un précepte de Marcel Dassault : « on ne met jamais un moteur nouveau sur une cellule nouvelle ». Cela prend du temps, la progression ne se voit pas : aucune date n’est proposée pour le 1er vol, afin d’éviter de se mettre la pression.

Dernier détail d’importance, si vous décidez de passer un week-end pour visiter les musées de Mehun, à deux pas du Pôle de la porcelaine , et donc de la collection Prévot, le restaurant « L’Octroi », avec sa cuisine à la fois traditionnelle et innovante, vous réserve le meilleur accueil.

Jean-Marie Klinka

A propos de Jean-Marie Klinka

chez Aerobuzz.fr
Jean-Marie Klinka est ingénieur (aussi pilote). Il a partagé sa carrière entre le bureau d’études, essentiellement aux Avions Mudry, la formation, à l’ENSICA de Toulouse et l’ESEM d’Orléans, la certification à la DGAC. Pour Aerobuzz.fr, il jette un regard personnel sur les activités de l’aviation légère.

30 commentaires

  • miranda

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    si cet avion est revenu en France, il doit être facile d’ en retrouver la trace, et si l’ assurance en a payé le transport, et sans doute le capital assuré, cela veut dire qu’elle en est devenue propriétaire
    pour commencer, si j » étais  » petite souris  » je commencerais par les archives de la DGAC, et pourquoi pas par le musée de l’ air , peut être par la compagnie d’ assurance, mais vu l’ ancienneté, c’est plus délicat, si quelqu’un connait le nom de la compagnie, ce peut être une autre piste
    peut être aussi par la Société Caudron, ou ce qu’il en reste !
    peut être les enfants de ceux qui sont intervenus à cette époque ont-ils quelques indications?

  • Chellet Jean-Pierre

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Pierre Daneluzzi ( notre documentaliste ) me confirme, il s’est vendu dernièrement en salle des ventes, les courriers de Ragot ( aussi appelé Raccaud dans certains récits ) , avec de nombreuses lettres de rappels et demandes de défraiements à l’assurance pour le rapatriement du Simoun en France. Défraiement qui semble avoir été effectif deux années plus tard. Raccaud fit aussi parvenir à Saint Ex des photos du remorquage du Simoun … visiblement Saint Ex n’avait plus de moyens …

    wwww.Caudron-Simoun.com

  • Chellet Jean-Pierre

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Prévot a laissé sur un texte dactylographié au Musée de Mehun s/Y ceci (le texte dactylographié est différent du texte manuscrit sur cahier d’écolier, même s’il relate le mm événement ) :

    « … Nous repartîmes et vers le soir, nous arrivâmes à une usine de soude, qui à notre grande surprise, était commandée par un ingénieur français Monsieur Ragot. Il nous reçu, lui et sa femme, avec bienveillance. Nous primes un bain et nous nous restaurâmes. Saint Ex’ partit pour le Caire et le lendemain, je retournais à l’avion avec la police du désert. Un mois après je rentrais en France avec l’avion que l’assurance n’avait obligé de ramener ( il était irréparable … )  »

    Je crois avoir lu que Mr Ragot avait avancé le financement du rapatriement de l’épave et qu’il a eu le plus grand mal à obtenir le défraiement de l’opération par l’assurance. C’est peut être à Mehun s/Y dans un courrier Ragot (à voir). Donc ne rien chercher dans le désert de Libye (La Tripolitaine) !!! … c’est pas le moment …

    • michel

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      Il n’y a pas que prévot qui en parle: St Ex lui-même mentionne quelque part que son appareil a été ramené à l’usine de Mr Ragot sur …un char à boeuf !

  • mefiance

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    peut être par l’ attaché aeronautique à l’ ambassade, s’il est nouveau, il pourrait vous indiquer son, ou ses prédécesseurs.

  • miranda

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    si vous faites en alu, le 3003 semble convenir, attention , pas d’ alliage contenant du magnésium, il brule très bien !
    si vous optez pour le remplissage avec les petites tubes ( du 10×12 x 20 ) semblent convenir, même alliage, cela permet de contrôler la bonne résistance aux additifs, avec un aspirateur industriel ( anti-déflagrant) vous pouvez les aspirer !
    pour l’ extérieur, passer un produit anti-feu, vous en trouverez chez le brico du coin, mais là aussi, lisez bien la notice ( elle engage le fabricant ) avant d’ acheter, et agrément par les assurances ! voyez les prix, pour la même qualité, cela va du simple au double, voir plus ! et surtout, fuyez le baratin du vendeur !

    • breguet14

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      Bonsoir tous !

      concernant l’épave du simoun de Saint Ex en Libye, une question : sait-on si celle-ci s’y trouve toujours ? Oui je sais, cette question semble absurde vue le contexte géopolitique actuel, car personne ne pourrait aller la récupérer. Pourtant ce serait (ou cela aurait été) intéressant de recueillir ne serait-ce que des morceaux de cet appareil historique.

      Dans les déserts, qu’ils soient glacés ou écrasés de chaleur, on a pu parfois retrouver un peu au hasard certains appareils. Je pense à ce P 40 retrouvé assez récemment ou cet appareil des forces françaises libres retrouvé en Libye je crois dans les années 50.

      Didier

    • Theo

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      En ce qui concerne la recherche d’épaves dans le désert , bonne chance, cela ne fait que 2500 ans qu’on recherche une armée de 50 000 hommes perdue dans le désert égyptien.
      Le mieux c’est l’exploitation des photos satellitaires après une tempête de sable.
      Il faudrait un projet collaboratif type SETI.
      par profession j’ai accès à ces zones (je travaille dans le pétrole) , j’ai des désert pass pour l’Égypte et l’algérie

  • rouletabille handicapé

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    je continue pour vous conseiller de visionner le site de  » exact  » très bien présenté, ils ont la mousse ( ce n’est pas mon fournisseur ) mais suggèrent une autre solution très simple et facile et parait-il utilisée par l’ armée US, ce sont des petits tube de dural (pour notre aviation de loirs , un diamètre de 10 longueur 20 devrait convenir, deux avantages, vous pouvez acheter du tube au mètre ( attention à la bonne qualité ) et le couper au coupe tube en regardant la télé ! attention, ne pas utiliser un autre procédé, pas de copeaux que vous pourriez retrouver dans votre filtre. ne pas oublier d’ ebavurer.
    autre intérêt, vous pouvez remplir les réservoirs existants, et le volume n’est que 1,5% ( contre 10% pour la mousse )
    attention de prendre du tube de qualité résistant aux essences, mais surtout aux additifs
    vérifier régulierement que le réservoir est bien rempli avec les petits tubes.
    petit inconvénient = le remplissage sera plus lent.

  • rouletabille handicapé

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    je continue…..je viens de faire un tour sur le site Alpine A310, qui precise que superflexit n’existe plus, et plus grave, une photo de la mousse utilisée à cette epoque….c’est du granulé !
    il donne deux adresse , l’une aux Pays Bas pur du reservoir alu sur mesure, et l’autre en Allemagne qui travaillerait pour Mercedes, ( à vérifier )
    faire très attention à la qualité de la mousse anti-collision et demandez une attestation au fournisseur pour la qualité utilisée en fonction du carburant, et surtout des additifs
    même remarque pour la résine epoxy….malgré la haute qualité de certaines, elles ne conviennent pas forcement en fonction du carburant.
    une comparaison = en course auto, malgré la violence des chocs, les incendies sont extremement rares, malheureusement, en aéro, de loisirs, ils sont encore très fréquents….n’oubliez pas que les accidents n’ arrivent pas qu’aux autres.
    souhaitons que la commission sécurité de la FFPLUM qui n’ a pas de contraintes de réception puisse se pencher rapidement sur ce problème, et si vous faites un CNRA, pensez-y , cela ne dépend que de vous, il y va de votre vie.

  • rouletabille handicapé

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    @chellet Jean-pierre = votre question est multiple = esr-ce pour du CDN , avion de collection ? ou CNRA, ou ULM ?désirez-vous faire des réservoir en métal ? ( sans doute dural ? ) ou en composites, il y a maintenant des résines qui résistent très bien aux carburants et additifs ) il y a même des réservoirs composites à très haute pression, plus de 700 bars ! le choix est grand et vaste !
    il faut donc faire avant tout une définition du produit désiré.
    souhaitez-vous le remplir de mousse anti-explosion ?
    à noter que pour une fabrication composite, la mousse peut servir de basse pour  » emmailloter  » celle-ci , dans ce cas, je conseille le tissus polyéthylène ( pas le carbone , très dangereux dans ce cas ) qui est très résistant, voir les nouveaux gilets pare-balles.
    si vous aviez besoin d’une très haute pression, il faudrait mettre, un tisses carbone entre deux de polyéthylène ( dynéema )

    2 – comme nous avons dévié sur le plan sécurité, j ‘en profite et remarque qu’il existe des gilets avec air-bag pour motards, ne seraient-ils pas utilisables pour un ULM ( en plus du parachute global ) voir pour un avion ? et tout le monde peut en mettre un !
    qu’en pense les spécialistes ? je remarque que jusqu’à ce jour, ce post n’est pas parti en sucette , et je souhaite qu’il continue dans l’ intérêt de tous les pilotes sérieux.
    pour la polémique, on a déjà donné. merci

    • Chellet Jean-Pierre

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      L’objectif poursuivi est de refaire les réservoirs du CAUDRON SIMOUN réalisés en alliage magnésium et aujourd’hui oxydés, donc inutilisables. L’idée qui vient ensuite à l’esprit est de les réaliser sur une technologie moderne anti-feux, anti-explosion. Il serait en effet ridicule de perdre des milliers d’heures de travail, un exemplaire unique de SIMOUN sur un simple incendie, ou sur un simple atterrissage forcé avec incendie. Le réservoir du SIMOUN de PROST en photo montre choc & incendie.
      Les questions sont :
      • Où est en France le savoir-faire ?
      • A-t-on des références sur des avions de collection ?
      • Quels sont les aspects réglementation dans les choix possibles ?
      • Qui a fait … et qui est capable d’en parler sur une matrice de décision (choix technologiques, contraintes & conséquences exploitation, avions, vols, coûts, réglementation, etc …)

      • MERCI A VOUS TOUS

  • Chellet Jean-Pierre

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Cette conversation est fort intéressante à plusieurs titres. Nous nous posons pour le Simoun la question des réservoirs qui seront probablement les seuls composants qui ne seront pas d’époque. Les réservoirs d’origines sont en alliage léger sur base de magnésium et ils sont largement oxydés, inutilisables. Ils semblent aussi avoir largement contribués au feu du dernier Simoun (celui de Prost) ; nous les avons récupérés. Qui en France a le savoir-faire pour des réservoirs mousse Aviation ? Quelles sont les références en aviation générale … ? … votre conversation aborde ces sujets … .

    • Boyer Frédéric

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      En réponse à vos questions une entreprise dans le nord fabrique des réservoirs « essence mousse  » qualité aviation , ils ont la certification aéronautique (part21), ils travaillent pour Embraer …etc
      Contacter: PRONAL zone industrielle de Roubaix Est
      59115. LEERS
      Contacter : Me GODART Maryse 0362722900
      Ou par mail : maryse.godart@pronal.com
      Le principe est de découper des pièces en tissus cahout vulcanisés en four incluant une mousse, ils ont réalisé des réservoirs de voiture de course ayant des formes complètement tordu impossible à faire en alu ou fer!!
      Encore une perle de notre industrie mais peu connue
      Un coup de fil s impose…
      J espère voir un jour votre Caudron
      Cordialement
      F Boyer

  • miranda

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    j’en termine avec la mousse anti -crash ou anti -explosion, c’est selon !
    volume au DM3 = 1/10° pour la mousse, 9/10° pour le carburant
    poids de la mousse au DM3 = 19 g.

  • G.Hardy

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    La techno de la mousse dans les réservoirs n’est pas nouvelle car il y a longtemps que la course auto l’utilise. Côté aéro, il y a plus de 20 ans la société Superflexit avait travaillé sur le sujet (pour les hélicos notamment) lorsque les normes crash s’étaient resserrées. Cela évite entre autre le coup de bélier qui fait éclater le réservoir lors d’un choc.
    J’ai effectivement un de ces réservoirs souples contenant cette mousse pour ma machine…mais je n’ai pas (encore) l’expérience en vraie grandeur…

  • JMK

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Le § 23.967 – Fuel Tank Installation – est devenu très dur en certif. pour nos petits avions, les anciens, comme le Cap 10 et les monoplaces, seraient incertifiables aujourd’hui et les 15 § ou sous § du 967 permettent de passer outre l’installation de mousse anti déflagration (dont le principe de fonctionnement m’échappe). Je l’ai envisagée un temps comme anti balottement, mais j’ai toujours préféré les cloisons échancrées.
    Ci-dessous, le § (d) qui proscrit les installations de réservoirs en cabine: pourtant je n’ai pas connaissance de crash violent ayant conduit à un incendie. Je pense à Dousson, en Cap 20 dans les années 70, ma première enquête. Par contre, les plaquettes de frein au roulage….. L’accident de St Ex, au Guatémala, est exemplaire de ce point de vue.
    CS 23.967 (extrait)
    (d) Each fuel tank must be isolated from personnel compartments by a fume-proof and fuelproof enclosure that is vented and drained to the exterior of the aeroplane. The required enclosure must sustain any personnel compartment pressurisation loads without permanent deformation or failure under the conditions of CS 23.365 and 23.843. A bladder type fuel cell, if used, must have a retaining shell at least equivalent to a metal fuel tank in structural integrity.

    Gérard,
    j’ai pensé à toi en écrivant ces lignes (et surtout à ton convoyage du Swift de Guillaume depuis les USA), car ton exemple, avec le R44, vient contredire mon optimisme technique. Je crois plutôt, parmi les causes des risques d’incendie, qu’il faut chercher du côté de la proximité du réservoir et des parties chaudes (moteur). Ce qui explique peut-être que l’avion de St Ex n’a pas explosé malgré un réservoir sup. volumineux et mal placé (qui obligeait les pilotes à passer par la fenêtre).

    Miranda
    2- (je cherche le 1-) : les moyens modernes numériques existent aussi en province et les photos jaunies ont été confiées par Michèle Prévot à un « vrai » musée qui ne les a sorties que pour la journée inaugurale. Elles sont maintenant enfermées à double tour, a l’abri de la lumière. On peut se les procurer numérisées à l’adresse du musée que j’ai donné, ou à l’association Caudron: nul besoin de se déplacer au Bourget, aller plutôt à Mehun, le site vaut le détour (2 h de Paris).

    • michel

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      Bonjour. Petite question subsidiaire à M.Klinka: selon votre expérience de la certification FAA, un industriel construisant un appareil avec réservoir en cabine, certification obtenue avant durcissement des règles, pourrait-il obtenir un amendement pour la sécurisation de ce réservoir…ou verrait-il son certificat totalement remis en cause. En d’autres termes, vaut-il mieux se faire oublier de l’administration.(et pas que pour le carburant)

    • JMK

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      À Michel,
      Votre question n’est pas simple, car il faudra déposer un dossier de modif. majeure et je dois me renseigner pour savoir quel réglement la FAA va appliquer (à la mod. ou à tout l’avion !!!)
      Wait and see.

    • michel

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      Merci de votre réponse. je doute que le constructeur actuel de mon appareil (ACA) se lance dans un dossier de modif majeure lié directement à un risque sensible, pas massivement demandé par la communauté des propriétaires et rétroactive sur un Bellanca , certes du même modèle, mais d’un constructeur disparu. ça me rappelle ce que me disait un intructeur « pour traverser la france en avion sans être em…, ferme ta g… à la radio »: par sa surcharge de réglementation, l’administration oblige le citoyen à se « débrouiller »… et l’accident arrive, entrainant encore plus de règles !

    • JMK

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      à Michel,
      C’est un peu compliqué (mousse dans réservoir):
      1-Je pense que vous pouvez vous-même postuler à un STC sans être titulaire d’un DOA ou APDOA, compte tenu de la catégorie de l’avion. Donc sans passer par le constructeur.
      2- Il faudra, dans le dossier de certif. du STC, prendre comme argument que ce serait trop coûteux de se mettre en conformité avec l’ensemble de l’amendement et que vous ne modifiez « que » le réservoir (avec la mousse).
      3- Vous devrez passer par la rédaction d’un CRI avec la FAA et là ça ne rigole pas, si vous n’êtes pas familier du process, je ne vous le conseille pas. Donc passer par le constructeur qui va vous demander …
      4- Modif. sauvage ?: pb avec l’assurance en cas de pépin.

  • gérard DAVID

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    le débat sur les risques d’incendie lors d’un crash me touchent de près…Grand brûlé à la suite du crash en 2011 d’un Robinson 44 en montagne piloté par son propriétaire irlandais qui n’avait jamais volé au delà de 2.000 pieds(sic!) j’ai involontairement accéléré l’obligation d’équiper ce genre de machines de réservoirs « anti-feu », le SB étant devenu une AD, tardivement il est vrai en France alors que la Belgique et l’Allemagne avaient déjà rendu la modification impérative.
    Cela étant, pour avoir traversé l’atlantique en Écureuil en 2007 de Paris à Oshkosh avec un réservoir supplémentaire de 500 litres de kéro dans le dos, j’étais confiant dans l’ininflammabilité relative de ce carburant…
    Encore Bravo à Jean Marie Klinka pour ses compte-rendus documentés et passionnants qui enrichissent si bien notre patrimoine commun aéronautique

  • michel

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Commentaires intéressants; j’ai toujours été un peu mal-à-l’aise sur mon Bellanca décathlon 8KCAB d’avoir la nourrice pour le vol dos sur mes genoux… Cet appareil étant toujours produit dans les conditions de certification originelles par ACA (American Aircraft Corporation), il serait intéressant de mettre de la mousse dans cette nourrice qui, de tète, doit faire 5 US galons. J’y penserai lors de la remise en vol de mon F-GGFH, objectif primordial de ma retraite qui s’approche.

  • Thierry

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    Je pense que c’est lié aux caractéristiques de l’essence aviation, notamment température d’auto inflammation et tension de vapeur saturante et au point éclair car c’est la phase gaz qui s’enflamme.
    Avec de l’essence le réservoir est aux températures usuelles complètement sous pression de vapeurs d’essence, donc peu de raison que de l’air y pénètre . De plus la fenêtre explosibilité (concentration de gaz dans l’air ) est bornée par la LIE (Limite Inférieure d’explosivité ) et la LSE (Limite Supérieure)
    Pour la 100 LL c’est 456° c 1.4 – 7.4 pc soit une fenêtre assez étroite
    Pour le Kéro c’est une autre histoire car la tension de vapeur est proche ou infèrieure à la pression atmosphérique ce qui explique peut être l’explosion de l’avion de la Pan Am
    Quand au règlement EASA, ils n’ont pas du faire une étude de risque pour 2 raisons, en position cabine AR il est le plus éloigné des parties chaudes et à moins de probabilité d’être impacté qu’un réservoir avant

    • Thierry

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      De plus un réservoir AR proche du CG aura un effet négligeable ou dans le sens de la sécurité lors de sa vidange (centrage AV) alors qu’un réservoir avant augmente le centrage AR en se vidant.

  • miranda

    Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
    une petites précision, il existe une mousse spéciale anti-explosion , il existe deux qualités qui sont utilisées et impérativement imposées en voitures de F1
    j’ai toujours été surpris que l’on ne fasse pas grand chose, ou rien, sur nos aeronefs, cela n’ empêche pas une inflammation, mais bloque une explosion ou autre, faut-il rappeler que le risque zéro n’ existe pas, mais s’il peut être diminué de façon importante, c’est toujours bon à prendre.
    cela diminue un peut la contenance du réservoir et pèse ( un peu, mais très peu )
    pour ceux qui ont pour habitude de douter de mes dires, je précise que je dipose de cette mousse dans les deux qualités.

    • Jean-Pierre

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      Miranda,
      Ce que vous dites est intéressant, connaissez vous les masses de ces mousses ?
      Y a t il une maintenance particulière à faire sur ces mousses ? Vieillissent elles ? Résiste t elle à tous les types de carburant ?
      Cordialement

    • miranda

      Les boîtes à chaussures d’André Prévot, mécano de Saint Ex
      le poids, c’est très faible compte tenu que la mousse prend 10% du volume je peux les peser, mais j’avoue que ce n’était pas mon problème. lorsque l’on peur sauver la vie des personnes.
      qualité, oui, il y a en a deux, et je crois trois, mais j’en ai deux, une pour l’ essence pure, et l’ autre pour le ssence avec additifs, à ce sujet, il serait utilie d’avoir l’avis du laboratoire Total ( ex ELF qui est à coté de Lyon ) car les additifs varient d’une année sur l’ autre, par exemple, Total fait actuellement de la pub pour l ‘excellium qui n’ éxistait pas il y a quelques années.
      le mieus est de contacter le labo de Solaize qui connait très bien cette mousse, et pourra vous donner toutes précisions utiles
      il y a un staff de F3 à coté de chez moi qui l’ utilise, mais depuis que cela a changé de propriétaire, ils ont la particularité de ne pas répondre, je vais essayer de savoir pourquoi, mais cela risque de ne pas être très rapide…
      surement trop de curieux qui leur faisait perdre beaucoup de temps, le precedent propriétaire, qui, par la force des choses était très humain ( handicapé ) ne s’arrêtait pas à ce genre de considération.
      si vous n’ arrivez pas, donnez votre email à Gil Roy avec autorisation de me le communiquer

      2 – Compte tenu de leur ancienneté ,les photos ci-dessus sont très belles, il serait dommage de les laisser jaunir, si cela n’est pas déjà fait, il serait utile de les reproduire par des moyens modernes, si possible en numérique, et si possible d ‘en confier un exemplaire au musée de l’ air.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *