Accueil » Culture Aéro » Masters of the air, les B-17 entrent en scène

Masters of the air, les B-17 entrent en scène

Callum Turner et Austin Butler incarnent deux pilotes de B-17 de l'US Air Force dans « Masters of the Air ». © AppleTV+

A raison d’un épisode par semaine, le public peut découvrir, depuis le 26 janvier 2024, « Masters of the air », la nouvelle série historique (9 épisodes) produite par Tom Hanks et Steven Spielberg. Un percutant hommage aux équipages de la 8e Air Force, plus précisément à ceux du 100ᵉ groupe de bombardement, engagé entre 1942 à 1945 au-dessus de l’Allemagne nazie.

Il y a eu d’abord « Band of brothers » (2001) avec les troupes aéroportées du 506e régiment d’infanterie parachutée, puis “The Pacific” (2010) avec les Marines et enfin « Masters of the air » (2024) avec les bombardiers de l’US Air Force. Une trilogie produite par Tom Hanks et Steven Spielberg à la mémoire des militaires américains engagés dans la Deuxième guerre mondiale. Au vu des premiers épisodes disponibles, le troisième opus est à la hauteur des deux premiers du point de vue émotionnelle. Après avoir vu « Masters of the air » vous ne pourrez plus voir voler en meeting un B-17 sans ressentir une boule au ventre.

Le 100e groupe de bombardement dont « Masters of the air » raconte l’histoire était surnommé « Bloody Hundredth » en regard des pertes qu’il a subies au cours de la guerre.

La série « Masters of the Air » (9 épisodes) est diffusée sur la chaine AppleTV. © AppleTV+

La série est basée sur le livre « Masters of the Air » de Donald L. Miller, et scénarisée par John Orloff. Elle retrace l’histoire des équipages du 100ᵉ groupe de bombardement alors qu’ils effectuent de périlleux raids de bombardement au-dessus de l’Allemagne nazie en affrontant le froid glacial, le manque d’oxygène et la terreur extrême des combats livrés à près de 8.000 d’altitude.

La série dépeint avec réalisme le préjudice psychologique et émotionnel subi par ces jeunes hommes pour mettre fin à l’atrocité du Troisième Reich d’Hitler. Certains d’entre eux ont été abattus et capturés, d’autres ont été blessés ou tués. Quelques-uns ont eu la chance de rentrer chez eux. Mais quel que soit leur sort, ils ont tous payé un lourd tribut.

Masters of the Air”, c’est aussi du grand spectacle, notamment quand des vagues de B-17 traversent les rideaux de la défense anti-aérienne ou qu’elles affrontent les chasseurs allemands. Aucun B-17 n’a été utilisés. Il en reste d’ailleurs très peu en état de vol. La production a eu recours aux effets spéciaux et a construit des maquettes fidèles, notamment pour les scènes intérieures. Trois B-17 ont toutefois été reconstitués avec un souci extrême du réalisme.

Branden Cook dans le rôle d’un pilotes de P-51 des Tuskegee Airmen dans « Masters of the Air ». © AppleTV+

En revanche, les réalisateurs ont eu la possibilité d’utiliser de véritables P-51 Mustang, notamment lorsqu’entrent en scène les « Red Tails » (épisode 8), les Tuskegee Airmen, ces premiers pilotes afro-américains de l’US Air Force chargés notamment d’escorter les bombardiers au-dessus de l’Europe, et en particulier de l’Allemagne. Il va falloir attendre encore quelques semaines pour les voir entrer en scène, à leur tour, dans cette remarquable série qui fera date.

Mardi 6 février 2024, à partir de midi, nous présenterons en image « Masters of the Air« , en direct sur JumpSeat. Si vous avez commencé à regarder cette série sur AppleTV+, ou si avez l’intention de le faire, venez en parler avec les chroniqueurs d’Aerobuzz.fr. Activez la notification dès à présent pour être prévenu, mardi matin.

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.